Actus Courrier – Colis

Campagne habillement 2023

Comme chaque année la campagne habillement pour 2O23 s’est terminée au 31 décembre 2022 pour une livraison à partir de mars 2023.

Le constat est clair : une baisse du nombre de commandes faites par les postiers, on passe de 64 000 pour la campagne 2022 à 56 000 pour 2023. Le manque d’informations, la dotation minimaliste, l’illectronisme et le process compliqué en sont des raisons !

Fort heureusement, nombre de postiers, soucieux de l’écologie et empreints de solidarité envers leurs collègues CDD ou intérimaires (non-éligibles) rapportent leurs anciens vêtements en bon état afin qu’ils soient réutilisés.

FO Com revendique un mode opératoire simple, une réelle campagne d’information et un suivi factuel par établissement et par site pour permettre à tous les postiers de pouvoir commander sereinement. Par ailleurs, nous exigeons une augmentation de la dotation pour chacun et également un abondement de points sur leur dotation suivante pour les postiers qui participent à la réutilisation d’anciens uniformes.

L’inFO du courrier n°9

-Spécial Rémunération-

Depuis des années FO Com n’a eu de cesse d’exiger une réelle augmentation du salaire de base de toutes les postières et de tous les postiers de la BSCC. Compte tenu de la situation économique du pays qui subit une inflation record depuis des mois, la situation de l’immense majorité des salariés et des fonctionnaires de La Poste, et ce, quels que soient leurs niveaux de fonction, est devenue insupportable. Il est grand temps que la branche service courrier colis réagisse !

Sommaire

  • Classe I et classe II : on touche le fond !
  • Classe III : et la reconnaissance
  • Intéressement : 865.72€ net, la poste nous doit bien ça !
  • NAO: Indemnité Transport

Lire [L’info du Courrier n°9]

Postières, postiers, êtes-vous bien payés ?

salairesQue vous soyez contractuels ou fonctionnaires, cadres ou non-cadres, il est plus qu’évident que les salaires à La Poste sont trop faibles ! Devons-nous nous contenter de ce que nous donne notre entreprise ? A-t-elle les moyens d’augmenter substantiellement les salaires ? Elle nous dit que non.

Vous vous en doutez : nous ne sommes pas d’accord !

Un exemple, l’État, en échange de la réalisation de missions de service public, rétribue La Poste à hauteur de 500 M€ environ. Sauf que… Cette somme est largement insuffisante, il en manque autant ! En gros : La Poste accepte de travailler à perte sur ce sujet-là ! Ubuesque non ? C’est pourquoi, FO Com a écrit au ministre de l’Économie et des Finances [Lire le courrier] afin de compenser à l’euro près la réalisation des missions de service public et donc, à sa juste valeur, le travail des postières et des postiers. Ce déficit de compensation depuis des années, représente une somme non négligeable qui aurait permis de revaloriser nettement les salaires de tous.

FO Com exige également la revalorisation du point d’indice des fonctionnaires encore nombreux à La Poste.

FO Com mobilisée avec vous !

E-lettre rouge : le début de la fin ?

E-lettre rougeD’après La Poste, les clients ne recherchent plus aujourd’hui un acheminement rapide de leur courrier mais plutôt un suivi.

Le 1er janvier 2023, sous couvert d’écologie, nait la e-lettre rouge au détriment du timbre rouge classique. Mais, force est de constater que bien peu de clients sont séduits par cette nouvelle manière d’envoyer leur courrier : seulement 3 500 personnes par jour l’utiliseraient, posant ainsi la question de la pérennité de la formule. Après avoir tué le timbre rouge classique, La Poste s’apprêterait-elle, déjà, à laisser mourir la e-lettre rouge ?

Une chose est certaine, faisant partie de la Nouvelle Gamme Courrier, cette e-lettre rouge ne bénéficie pas d’une publicité des plus agressive. D’ailleurs, dans le prochain « booster » organisé en bureaux de poste, ce produit ne sera pas mis en avant. Seuls les envois avec suivi seront concernés permettant de récompenser 40 % des meilleurs secteurs.

Alors que, lors de la mise en marché d’un nouveau produit, les entreprises cherchent à l’installer dans les habitudes d’achat et à le développer, La Poste, elle, préfère le délaisser. Le passage de la lettre rouge classique à la e-lettre rouge n’aura donc eu pour conséquence que de diminuer les flux. L’éventuelle suppression de cette e-lettre rouge ne pourra qu’accentuer le mécontentement des clients qui devront payer plus cher un courrier moins rapide.

Pas grave ! Aujourd’hui, le client ne rechercherait que le suivi… mais encore faut-il que ce service-là soit bien rendu. Que La Poste ne vienne pas se désoler de l’accélération de la baisse du trafic courrier !