Ligne conseil bancaire

Réseau – Spécial CECI – FO Com remonte au créneau !

reseau_special_ceci_avril21Par un précédent tract diffusé courant mars, FO Com dénonçait le peu de places en groupe A réservées aux CECI (Conseiller Expert Crédit Immobilier) [Lire ici].
Lors de la dernière CDSP (Commission de Dialogue Social à La Poste) relative à la LCB (Ligne Commerciale Bancaire), La Banque Postale nous a bien précisé que le sujet du crédit immobilier était un sujet à part entière. Et pour cause !

[Lire le tract]

Ligne Conseil Bancaire – Le grand chambardement

vd_reseau_grand_chambardement_avril21L’heure du PNB roi a sonné ! Pour La Banque Postale qui se dit « banque citoyenne » 2 modes de gestion des clients est en train de voir le jour en fonction du potentiel de chacun :

  • Une gestion dite industrialisée pour la clientèle « grand-public » opérée par les gestionnaires clientèles, les conseillers financiers III.1 et les Centres Financiers.
  • Une gestion personnalisée pour les clientèles patrimoniales par les conseillers en secteur, mais les conseillers à partir du niveau III.2.
[Lire le tract]

La Banque Postale : la banque qui « blackliste » à la promo ses professionnels de la filière crédit immobilier

la-banque-postale-promo-mars-2021Le plan stratégique « La Poste 2020 : conquérir l’avenir » annonçait un objectif de 15 % de parts de marché du crédit immobilier pour La Banque Postale. Avec tout juste 5 % à fin 2020, on est loin de l’ambition initiale !
Pour autant La Banque Postale persiste et signe. « Le nouveau schéma de distribution du crédit immobilier doit être conduit jusqu’à son terme ! » : voilà la position qu’elle a affichée lors de la dernière CDSP Crédit Immobilier.
Ces décisions prises en haut lieu ne devraient pas remettre en cause la valeur et le professionnalisme des équipes de terrain de la filière : CECI, Assistant(e)s crédit, Chargés de clientèle crédit immobilier dans les Centres financiers…

[Lire le tract]

Fil à la patte !

fil_contact_2Souvenons-nous qu’en mars dernier, lors du 1er confinement ce fut le grand branle-bas de combat !

L’idée lumineuse d’équiper les conseillers d’ordinateurs portables et de smartphones venait de naître. Il était même prévu que ces derniers soient pris sur le stock LPM (La Poste Mobile) pour être restitués à terme.

Un an plus tard, force est de constater que le télétravail n’est autorisé qu’à la marge pour la Ligne Conseil Bancaire. D’ailleurs, les ordinateurs portables « dorment » au fond des armoires dans les bureaux. En revanche, un calendrier de déploiement pour les téléphones portables vient d’être publié.

Celui-ci se terminera le 9 avril avec l’équipement de la DEX Ouest. L’ensemble des acteurs de cette Ligne Conseil Bancaire ainsi que les postiers de la Maison de l’Habitat seront équipés de Motorola G9 Play et de cartes SIM Orange.

Les fonctions concernées sont les suivantes : Conseiller expert crédit immobilier (CECI), conseiller prescription crédit immobilier (CPCI), correspondant financement de l’accession sociale (CFAS), conseiller financier (COFI), conseiller clientèle (COCLI), gestionnaire clientèle sf (GESCLI) , conseiller spécialisé patrimoine (CSP), conseiller spécialisé en immobilier (CSI), responsable développement maison de l’habitat (RD).

L’accompagnement de la mise en service jusqu’à la mise à jour de Fil Contact se fera grâce à un bagage accessible sur e-atouts et sur Teams.

Fil Contact, voilà donc la raison profonde de cet équipement. Évidemment, le téléphone sans fil du bureau ne permettait pas de dépasser l’enceinte de l’agence. Maintenant, le conseiller pourra enfin décrocher dans les transports, depuis chez lui…

Que d’avantages pour La Poste !

Et l’année prochaine, dans les repères d’activité qui, rappelons-le ne sont que des repères, quelle sera l’exigence du taux d’accessibilité ? Pour le moment, La Poste semble nous avoir entendu et accepte de neutraliser ce taux pour le 1er quadrimestre et donc de ne pas impacter la Rémunération Variable Bancaire. En effet, les dysfonctionnements informatiques faussent de manière trop importante les remontées et mettent à mal tous les efforts des conseillers.

Le message de Philippe BAJOU est clair. Au-delà de son souhait que l’ensemble des acteurs concernés puissent bénéficier des applications mobiles de La Poste, il veut également que l’usage de ce Smartphone soit « une facilitation pour la prise d’appels clients entrants » et que le seul numéro d’appel communiqué au client soit le numéro Fil Contact. Il ajoute que « ce déploiement matériel doit s’inscrire en cohérence avec les objectifs définis par la Direction de l’Expérience clients sur le pilotage du taux de décroché » et termine en précisant que « ce déploiement s’inscrit dans la continuité des engagements pris pour rappeler à chacun le droit à la déconnexion ».

Que veut dire cette dernière phrase ? Pour FO Com, c’est très simple !

Le smartphone est un facilitateur à utiliser pendant le temps de travail et n’a pas vocation à sortir de l’enceinte du bureau. Il en va de la santé des postiers !

Si La Poste prétend faire de la qualité de vie au travail une de ses priorités pour 2021, FO Com saura le vérifier notamment par le réel respect du droit à la déconnexion au sein des secteurs.

Fil contact : méli-mélo organisé

Fil contactTaux de décroché, puis taux d’accessibilité et re-taux de décroché = grand cafouillage autour de Fil Contact !

Si lors de la CDSP relative à la Rémunération Variable Bancaire (RVB), La Poste a bien précisé que dorénavant le taux d’accessibilité serait suivi comme un repère d’activité, la définition exacte de ce nouveau terme est loin d’être claire. Ce serait un taux qui prendrait en compte les absences des conseillers… Face à la fiabilité des outils informatiques on ne peut que rester sceptique !

Mais s’interroger sur le sujet ne sert absolument a rien ! En effet, lors de la présentation du contrat d’objectifs du Réseau La Poste, il apparaît que dans la rubrique « satisfaction client », c’est bien un objectif de taux de décroché qui est indiqué. Les managers sont donc objectivés sur cet item. Et, pour ceux qui souhaitent être beaux sur la photo ou tout simplement ne pas subir de pressions managériales, le suivi « à la culotte » des COBA s’explique.

Du coup, les Directeurs de Secteur font preuve d’une grande ingéniosité. Les appels sont basculés sur un portable confié à un stagiaire ou à un agent du bureau qui doit répondre systématiquement. Au final, le client a bien eu un interlocuteur mais n’a pas forcement obtenu de réponse. En revanche, le bureau affiche des résultats faramineux, laissant penser à La Poste qu’elle est dans le vrai alors que dans le baromètre social, 46% des répondants estiment que leurs objectifs individuels ne sont pas réalisables.

Au-delà du dogme, il y a la vie en bureau! Est-ce qu’un seul conseiller refuserait de répondre à un client, sachant que derrière cet appel il y a peut-être du « business » ou, a minima de la satisfaction client générant la confiance ?

A chaque occasion, FO réclame le suivi du taux de rappel en 24 à 48h source d’une réelle satisfaction client. La Poste reste sourde mais nous continuerons à avancer nos arguments et vos témoignages en la matière nous sont précieux.