Santé / Sécurité

Accord indemnisation Covid, version mai 2022 : on ne change rien

La Poste a réuni les organisations syndicales le 28 avril pour leur présenter les modalités de reconduction de l’accord activité partielle.

Bilan temporaire (incomplet car tous les chiffres ne sont pas arrivés) arrêté au 22 avril :

  • 140 salariés en activité partielle pour vulnérabilité ;
  • 79 fonctionnaires en ASA éviction pour vulnérabilité ;
  • 60 salariés en activité partielle pour garde d’enfants ;
  • 2 fonctionnaires en ASA éviction pour garde d’enfants.

La baisse considérable du nombre de salariés en activité partielle et de fonctionnaires en ASA éviction pour garde d’enfant est due au fait que depuis le mois d’avril, seuls les parents d’enfants vulnérables bénéficient de cette mesure.

Aucun changement sur le projet d’accord. Il est reconduit dans les mêmes termes que le mois dernier.

FO Com reste vigilante à toute évolution de la pandémie et aux mesures gouvernementales.

Santé & Sécurité au Travail n°4

28 avril : Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail

La Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail sera célébrée le 28 avril 2022 par l’OIT (Organisation Internationale du Travail) et aura pour thème l’instauration d’une culture positive de la sécurité et de la santé nourrie par la participation et le dialogue social. La Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail promeut la prévention des accidents et maladies professionnels dans le monde entier.

Lire notre document « Santé & Sécurité au travail » n°4 – Avril 2022

Télécharger l’affiche « 28 avril »

 

Accord activité partielle : suppression de l’activité partielle pour garde d’enfant

La Poste a réuni les organisations syndicales pour présenter les nouvelles modalités  de reconduction de l’accord activité partielle.

Statistiques arrêtées au 22 mars 2022 :

  • Garde d’enfant : Activité partielle : 72 et ASA éviction : 4
  • Personnes vulnérables : Activité partielle : 162 et ASA éviction : 91

Compte tenu de la suppression de l’isolement pour les enfants cas contact, La Poste a proposé la reconduction de l’accord pour un mois, du 1 au 30 avril 2022, avec la suppression de l’activité partielle pour la garde d’enfant standard. Seuls les postiers parents d’enfants vulnérables pourront toujours en bénéficier.

FO Com reste vigilante sur toute évolution éventuelle liée à la reprise de la crise sanitaire.

Le registre d’hygiène, santé et de sécurité au travail

registre d’hygiène, santé et de sécurité au travailUn registre d’hygiène, santé et de sécurité au travail (HSCT), facilement accessible aux agents durant leurs horaires de travail, est ouvert dans chaque l’établissement. Sa localisation est portée à la connaissance des agents par tous moyens, par voie d’affichage et aussi lors du premier jour avec l’accueil sécurité obligatoire par exemple.

Dans certains établissements le registre HSCT et maintenant numérique et normalement accessible avec votre smartphone ou votre PC.

Pour FO Com, le registre HSCT numérique peut empêcher les postiers qui ne sont pas à l’aise avec le matériel informatique de l’utiliser librement ; idem pour les sous-traitants qui n’auront pas le lien et l’autorisation pour l’utiliser. Pour ces raisons, FO Com demande que le registre HSCT papier soit toujours présent en établissement.

Chaque postier a la possibilité d’inscrire sur ce registre toutes les observations et toutes les suggestions qu’il juge opportun de formuler dans le domaine de la prévention des risques professionnels et de l’amélioration des conditions de travail. Personne ne peut reprocher aux postières et postiers d’écrire dans le registre.

Le Directeur d’établissement où son représentant appose dans un délai raisonnable son visa, en regard de chaque inscription. S’il le souhaite, il peut accompagner ce visa d’observation(s).

Ce registre peut être consulté à tout moment par l’Inspecteur du Travail.

Le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) dans le ressort duquel se trouve l’établissement, examine, à chacune de ses réunions, les inscriptions consignées sur le registre HSCT. Il en discute et est informé par le Président du Comité des suites qui ont été réservées à chacun des problèmes soulevés par ces inscriptions.

La Santé et Sécurité au Travail c’est l’affaire de tous.

La Poste
POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE, RESPONSABLE DES CONDITIONS DE TRAVAIL !

Prise en compte renforcée de la pénibilité, application des accords handicap et égalité professionnelle, moyens humains et financiers suffisants fléchés vers la santé/sécurité, assurance d’avoir un environnement de travail sain et sécurisé, véritable droit à la déconnexion, autant d’exigences martelées par notre organisation syndicale depuis de nombreuses années.
Pour FO Com, la stratégie de La Poste n’est pas la bonne. Elle doit commencer par la mise en place d’une vraie prévention primaire en amont de toute réorganisation afin de faire cesser les surcharges de travail, la précarité des emplois et la baisse de qualité de service. Le temps n’est plus aux tergiversations devant l’urgence à combattre tout ce qui abîme le corps comme la tête des travailleurs.
S’il n’y a vraiment de richesses que de femmes et d’hommes dans l’entreprise, alors, que l’entreprise les protège, sans conditions ni restrictions. Cela relève ni plus ni moins de sa responsabilité sociale… et même de sa responsabilité légale.

Rappelons que, aux termes de la loi, « l’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent des actions de prévention des risques professionnels, des actions d’information et de formation, la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés » et il doit veiller à « l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes ».

Les mauvais comptes de l’emploi et leurs conséquences sur les conditions de travail

L’emploi en nombre suffisant d’une part, et la qualité de l’emploi d’autre part, sont les premiers éléments indispensables aux bonnes conditions de travail et à l’organisation des activités. Aujourd’hui à La Poste, l’organisation du travail « tourne » malheureusement avec un taux important de Force de Travail Variable (intérimaires et CDD).
Le retour à un emploi pérenne CDI à 35h est indispensable pour assurer toutes les activités avec la qualité de service exigée tout en répondant aux attentes des clients; une FTV avec des ressources internes est nécessaire pour poser les congés avec le choix respecté, assurer les formations obligatoires, tout comme celles liées à l’évolution professionnelle.
La dégradation de la qualité de service est une résultante d’un nombre important de vacances d’emploi non comblées ou comblées par des contrats de travail précaires. Les plis et autres objets, paquets, journaux s’entassent dans les établissements, la charge de travail devient trop importante, la pression managériale devient plus forte et les tensions entre collègues s’accentuent… et à la fin c’est le corps qui trinque.
La sous-traitance, très élevée à La Poste, ne doit être qu’un recours limité et non pas une variable d’ajustement permettant de réduire les coûts au sein de l’entreprise. Si La Poste continue ainsi, les savoirs, les compétences et la culture d’entreprise vont poursuivre leur déclin, amenant avec eux la détérioration de la qualité de service et faisant ainsi davantage de place au travail précaire.
Il doit y avoir un postier sur chaque position de travail, La Poste doit en finir avec sa politique de « chaises vides » et de réduction des effectifs « à gogo ».

Lire la suite »