Actualités

Idée reçue : un cadre n’a pas d’horaires… et le père Noël existe !

Au risque de décevoir, le Père Noël n’existe pas et un cadre est bien tenu a des horaires. D’ailleurs pour une grande majorité des cadres de la classe III, cela doit clairement apparaitre dans les horaires collectifs.

Un cadre en classe III (ou qui n’est pas sous convention de jours) est soumis aux 35 heures par semaine et compensé en cas de dépassement ? Et oui ! C’est la loi ! N’en déplaise à certains.

Comme tout peut être entendu, de « tu t’organises mal ! » à « mais personne ne te demande de rester après tes horaires ! », pensez à noter vos heures, c’est recevable auprès d’un tribunal. Et si vous ne voulez pas en arriver là, respectez les horaires collectifs. Enfin, si d’aventure, vous deviez dépasser, actez auprès de votre N+1 que vous êtes autorisé à dépasser !

Lire la suite »

Cadres : exit le coup de chapeau

A La Poste, il est un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre : le coup de chapeau. Ce geste qui permettait une promotion ou un poste prestigieux récompensait une carrière qui n’aurait pas été vaine. Aujourd’hui, le coup de chapeau a disparu.

De plus en plus de cadres voient leur poste supprimé au détour d’une réorganisation sans obtenir pour autant une proposition de poste concrète. Bien au contraire, ils occupent des postes au niveau de fonction supérieur sans la promotion qui va avec.

La Poste se vante d’être un « employeur responsable (qui) agit en faveur d’un emploi de qualité et mène une politique sociale volontariste tournée vers l’insertion, l’inclusion et la diversité, qui participent à l’attractivité de l’entreprise ». Pourquoi dans ce cas, les seniors sont-ils bien souvent les premiers dommages collatéraux des réorganisations ? La Poste laisse s’échapper des compétences, s’étioler des volontés. En revanche, elle développe aigreurs et regrets.

Lire la suite »

Bilan social … salaire ou sale air ?

Le bilan social, c’est « le truc » qu’on reçoit dans sa boite mail mais ne nous mentons pas, on le lit rarement. Trop de chiffres, trop d’informations… bref pas le temps! Pourtant, c’est une belle photographie de l’entreprise.

Par exemple, petit coup d’œil sur les rémunérations. Voilà ce qu’on y apprend pour les cadres :

Lire la suite »

Rémunération : les cadres sup fonctionnaires existent encore

Vous êtes cadre du groupe A et B à La Poste ET fonctionnaire ?

Vous avez souri en entendant l’annonce de l’augmentation du point indiciaire de 1,5 % le menant généreusement à 4,93 € brut quand l’INSEE annonce une inflation à 4,5% pour 2023. Puis voilà, le traitement de juillet tombe et… Augmentation = 0, rien, nada !

Et oui ! Pour les cadres supérieurs et stratégiques fonctionnaires de La Poste, n’oublions pas que les augmentations de point indiciaire sont compensées par une reprise sur le complément Poste et ce, depuis 2006.

Et le Siège rappelle que vous avez bénéficié d’une généreuse augmentation générale de 1,5% et d’une augmentation individuelle pouvant aller jusqu’à 2% pour les plus chanceux ! Au passage, ce n’est pas dans l’ADN du fonctionnaire de négocier son salaire et sauf exception, les augmentations tombent de façon parfaitement opaque.

Lire la suite »

Cadres à La Poste : FO s’engage pour vous

Le baromètre d’engagement des cadres à La Poste nous a interpellé parce que certains résultats semblent être en totale contradiction avec ce que nous constatons dans les territoires et ce, dans toutes les Branches.

C’est pourquoi, nous allons sur ces prochaines semaines diffuser deux enquêtes avec des questions pragmatiques qui concernent tous les cadres du Groupe. Bien sûr l’anonymat sera préservé.

Plus vous serez nombreux à répondre, plus nous pourrons argumenter nos revendications à l’aide de vos remarques.

Il y a plus de 97 000 cadres à La Poste, cela représente 40% du personnel. Ce n’est pas un nombre anodin.

Lire la suite »

Cadres à la BSCC : un trop plein à corriger d’urgence

Trop d’injonctions contradictoires, trop de perte de sens à ne plus comprendre la stratégie que les cadres sont supposés décliner, trop de perte d’autonomie au point de se sentir seulement utile à exécuter des ordres « venus d’en haut », trop de mépris lorsqu’il s’agit des salaires ridicules poussant de nombreux postiers à partir, trop de cadres déconsidérés quel que soit leur niveau à qui l’on confie pourtant de plus en plus de missions en leur expliquant que s’ils n’y arrivent pas, c’est à cause de leur manque d’organisation.

Voilà ce que nous constatons au travers des très nombreux appels venant d’une population peu encline à se tourner vers une organisation syndicale.

Lire la suite »

Cadres : télétravail… précisions

télétravail

Ne nous mentons pas, le télétravail est surtout possible pour les cadres au regard des fonctions qu’ils exercent. Toutefois, si l’on observe les pratiques à La Poste, il est surtout autorisé aux cadres qui exercent des fonctions d’expert ; la pratique a encore du mal à passer pour les cadres commerciaux ou opérationnels.

FO Com a signé l’avenant à l’accord du 27 juillet 2018 concernant le télétravail, convaincue que les postières et les postiers y gagneraient en temps de déplacement, pourraient y trouver un équilibre vie personnelle-vie professionnelle. Côté Poste, cela génère des économies, tant qu’à faire !

Toutefois, des effets secondaires peuvent venir voiler le tableau comme la perte de lien avec l’équipe qui isole le télétravailleur. Également, une surcharge de travail, génératrice de stress, mais aussi le non-respect des horaires ou mauvaise installation qui entraîne des douleurs physiques ou encore la confusion entre l’espace privé et l’espace professionnel. Par ailleurs, comme nous l’avions évoqué de nombreuses fois, le management à distance ne s’improvise pas ; la mise en place d’une formation est nécessaire.

Lire la suite »

Le droit à la deconnex…quoi ?

Depuis 7 ans, le droit à la déconnexion est un acquis. Il était supposé créer une frontière claire entre la maison et le travail.

Oui, mais comment faire tout rentrer dans une journée de travail qui déborde déjà ? Comment absorber la lecture de plus de 100 mails journaliers, de réunions qui viennent se greffer dans son agenda quand on avait prévu autre chose (être avec son équipe par exemple) ? Comment répondre aux sollicitions des équipes support qui ont aussi besoin de réponses, sans rapporter du travail chez soi ?

Côtés Chiffres

75 % des salariés français utiliseraient les outils numériques plus de 3 heures par jour, contre 67 % en 2016. Pour 43 % d'entre eux, le temps passé dépasse les 6 heures par jour. Un phénomène qui touche davantage les cadres, plus de la moitié d'entre eux (55 %) dépassant les 6 heures « connectés ». Parmi la population des cadres ou des managers, ils sont d'ailleurs une majorité significative à ne pas déconnecter le soir ou le week-end. Près de 68 % des managers, et de 65 % des cadres travaillent le soir après le travail, et une proportion équivalente utilise leurs outils professionnels le week-end. Ils sont même 40 % à culpabiliser lorsqu'ils déconnectent de leurs outils le soir, et 37 % le week-end.

Concernant l'utilité de ces outils qui prolifèrent au quotidien dans les entreprises, là encore, les salariés sont partagés. Près de 62 % des salariés et 69 % des cadres estiment que les messageries et autres outils permettent une meilleure réactivité dans l'échange d'information. La réalité est que si une majorité de salariés estiment que ces outils permettent une plus grande flexibilité en termes d'horaires de travail (télétravail) et l'apprécient (45 %), certains dénoncent le débordement sur la vie privée que cela peut engendrer (14 %).

Lire la suite »