Santé / Sécurité

Indemnisation des postiers éloignés du service en raison du COVID-19 du 1er au 31 décembre 2020

activite_partielleForce Ouvrière réitère ses demandes sur les points de divergence avec La Poste concernant l’indemnisation partielle des postiers lors de la plénière du 26 novembre 2020.

L’accord est prolongé jusqu’au 31 décembre 2020. La liste des personnes en situation de vulnérabilité a été élargie depuis le 10 novembre par décret N° 1365. [Cliquez ici pour en obtenir la liste]

700 personnes sont concernées par l’accord en novembre 2020.

Par contre, les aidants, les postiers qui partagent leur domicile avec une personne fragile ne sont  toujours  pas concernés par l’accord et cela reste inacceptable car à FO Com a signé des accords aidant et handicap. La Poste ne va pas au-delà du décret gouvernemental et cela  malgré nos demandes insistantes.

Nous  continuons d’être à vos côtés et de revendiquer. N’hésitez pas à nous faire remonter les dossiers des collègues en difficulté.

Santé & Sécurité au travail n°1

sante-securite-n1

Derrière les chiffres, des femmes et des hommes

Stress au travail, troubles musculosquelettiques (TMS), risques psycho-sociaux (RPS), maladies professionnelles… La santé au travail est plus que jamais une question incontournable dans le milieu de l’entreprise. Depuis des années, FO Com en fait une priorité. Transformer le travail comme vecteur d’épanouissement et de progrès social individuel et collectif grâce à une véritable stratégie de santé et de sécurité au travail, c’est possible et nécessaire !

Portée par une logique financière, la stratégie de La Poste se concentre en priorité sur la réduction des coûts. Cela se traduit par une recherche constante de gains de productivité dans laquelle l’humain passe souvent au second plan. Insécurisés sur leur devenir, les postiers subissent les conséquences négatives de cette politique et paient depuis des années un lourd tribut en matière de santé au travail.

à l’heure où les réorganisations se multiplient à grande vitesse à La Poste, FO Com agit à tous les niveaux et dans toutes les instances de dialogue social sur les problématiques liées à la santé et à la sécurité au travail.
FO Com organise régulièrement des colloques et participe, au plan national comme au plan international, à des rencontres pour ouvrir des perspectives, pour s’enrichir mutuellement par des débats, des témoignages et des apports d’experts.

[Lire le « Santé & Sécurité au travail n°1 »]

Vous pouvez répondre à notre « Enquête Santé au travail : votre avis nous intéresse » en cliquant ici.

Coronavirus, les postiers concernés … aussi !

L’épidémie de Coronavirus ne connait pas de frontières et après l’Italie, des alertes  se localisent sur le territoire métropolitain et notamment dans l’Oise. Dans ce contexte, La Poste ne peut rester sans réagir, sans communiquer. Ainsi sur la demande de FO Com, une réunion Commission Nationale Santé et Sécurité au Travail ( CNSST) du  Groupe s’est tenue, l’obligeant à prendre et communiquer sur des premières mesures.

Si masques et gel hydro-alcoolique peuvent sembler rassurant, il est bien évident que la communication et les consignes à l’attention de tous les postiers doivent être claires sans équivoques afin de pouvoir réagir dans les meilleurs délais.

Précisons qu’il y a la possibilité de se faire placer en arrêt de travail par un médecin de l’Agence Régionale de Santé (ARS) pour une durée de 20 jours et sans conséquence sur les jours de carence.

FO Com demande que toutes les mesures conservatoires soient prises pour protéger les personnels, leur famille et leurs proches en particulier la mise en œuvre de précautions supplémentaires pour les personnels en contact avec le public. Toutes facilités doivent être données pour l’élargissement du télétravail.

Pour plus d’information rapprochez vous de vos représentants locaux.

 

Quand travail rime avec peur !

Et une de plus…Mais cette fois l’agression passe au cran supérieur puisque des menaces de mort ont été proférées envers des agents de La Poste du bureau central de Montélimar.

La raison ? Le refus de donner une lettre recommandée à un client démuni de documents d’identité pourtant imposés par la loi. Encore un agent menacé alors qu’il n’applique que la réglementation…

Entre menaces de mort, risques de représailles (plus de 5000 en 2017) et incivilités (plus de 17000 déclarées en 2017), les postiers n’en finissent plus de subir une violence grandissante et trop quotidienne.

Pour FO Com, il est urgent que La Poste prenne des mesures concrètes avec la re-mise en place des moyens humains et financiers nécessaires pour enrayer un phénomène dont elle ne peut se dédouaner totalement. La sécurité des postières et des postiers et le maintien des services postaux méritent quelques efforts budgétaires ! De notre côté, nous continuons à travailler à la mise en place d’une véritable politique de prévention dans ce domaine  avec les membres des CHSCT, les encadrants, les préventeurs et les médecins du travail.

NON les agents ne doivent pas venir au travail « la boule au ventre » et se sentir en insécurité!