gain_productivite

Après le Lean Management (la théorie),
voici le temps du Lean Manufacturing (la pratique) !

De nombreuses PIC (Plateformes Industrielles Courrier) sont implantées en France. Les agents de ces sites y traitent de façon industrielle les petits et grands formats, les encombrants, les chronos… Le travail peut y être très répétitif et ressembler au travail à la chaîne.
Dernière nouveauté de La Poste, faire appel à 7 sites pilotes (Bois d’Arcy, Clermont-Ferrand, Marseille, Nantes, Rennes, Strasbourg et Toulouse), après une phase expérimentale de plus de 8 ans à la PIC de Bordeaux, pour mettre en place les UAP (Unités Autonomes de Production).

Mais que sont exactement ces UAP ? Que cache ce concept ?
Les UAP sont de petites équipes qui résolvent leurs problèmes, directement sur le site de production, au plus près de leur outil de travail, lors de réunions dirigées par un animateur d’UAP.
Le but est, bien entendu, d’augmenter les cadences, d’optimiser l’utilisation du parc des machines, en réorganisant les espaces de travail et les équipes, en faisant toujours plus et toujours mieux avec… moins de moyens.
Pour la Direction du Réseau Industriel Courrier (DRIC), les UAP sont l’émanation d’un vaste projet structurel visant à rationaliser et optimiser l’outil industriel. Il y est question de culture de l’excellence, d’amélioration continue, le tout enveloppé de mesures SST (Santé et Sécurité au Travail). Dans un premier temps, la DRIC envoie ses cadres en formation UAP, mais aussi à la FAB’EX (Fabrique de l’Excellence).
De retour à la PIC, ceux-ci recrutent entre six et dix équipiers, tous « volontaires », à qui on explique que l’UAP sera chargée de régler tous les problèmes rencontrés sur un territoire – les fameux irritants – afin d’améliorer les conditions de travail de tous, la qualité et enfin la performance.
Un animateur est alors désigné, puis des relais (SST, communication, qualité) qui, dans des délais très courts, ont pour mission d’obtenir tout ce dont ils ont besoin pour la mise en œuvre de leurs projets.
Un tableau très loin d’être idyllique…
Les membres de l’UAP doivent travailler sur le même territoire (un plan de tri par exemple) pendant 30 % de leur temps, tous les jours, ce qui pose problème pour le « séquencement » des tâches à effectuer par tous les agents de l’îlot. Du coup, ils ne peuvent plus occuper différentes positions de travail et cela tend à aggraver les troubles musculo-squelettiques, mais aussi à détériorer les conditions de travail.
À vouloir en permanence modifier le travail afin de soi-disant mieux travailler, de mieux définir les zones de stockages, optimiser les déplacements, mutualiser les positions de travail, la DRIC change en effet les conditions de travail, mais ne les améliore pas ! La qualité du travail s’en ressent, affectant les agents de la PIC.
Faire partie d’une UAP n’est pas obligatoire, et pourtant, sans personnel suffisant, rien ne fonctionne correctement. Les UAP sont, pour la Direction, la solution unique afin d’améliorer le cadencement et le travail.
En outre, l’appartenance à une UAP ne favorise pas les promotions.
Il est clairement dit aux agents que faire partie d’une UAP ne garantit en rien la réussite à une RAP ou à un autre biais promotionnel, ce critère fait même partie des objectifs lors de l’appréciation. Attention aux agents avec des inaptitudes qui vont être mis de côté une fois de plus.
L’enjeu est toujours de faire plus avec moins
Les UAP guident les agents lentement mais sûrement vers les monotâches du travail à la chaîne et non plus vers la polyactivité si nécessaire à des conditions de travail décentes sur les PIC. Cette méthode de travail n’est pas sans rappeler celle mise en application par Toyota (inspirée du Kaizen au Japon et portant le nom de Lean Management en Occident), dont le but, au détriment de la santé des agents, était la meilleure qualité, les coûts les plus bas, les délais les plus courts, la meilleure sécurité et la plus haute éthique. Dans le monde occidental, ce modèle de travail porte un nom : Le Lean Manufacturing. Il permet aux entreprises d’augmenter la capacité en réduisant les coûts et le temps de cycle tout en s’appuyant sur les besoins des clients. Et La Poste a malheureusement bien retenu la leçon…
Ce modèle organisationnel se retrouve dans différents métiers de La Poste (Courrier, Réseau…). Fort est de constater l’accentuation du mal-être au travail !
FO Com demande le cadrage des UAP et affirme que les UAP ne peuvent pas fonctionner en PIC du fait, entre autres, de la multiplicité des tâches.