édito

Les cadres au cœur de la stratégie ?

Lors de son audition devant le Sénat, FO Com a rappelé que les missions de service public doivent être financées par l’État à leur juste coût pour ne pas entraver l’indispensable développement des nouveaux relais de croissance.

Le rapport Launay, qui vient de sortir, confirme cette analyse. Reste à l’État de décider quelle suite il veut donner. Pour FO Com, La Poste se doit d’être une entreprise de missions de service public et une entreprise innovante dans sa recherche de nouvelles activités dans un monde ultra-concurrentiel. Si, comme l’écrit le rapporteur, « aucune entreprise ne peut porter dans son modèle économique un déficit annuel approchant 1 milliard d’euros pour les missions de service public qui lui sont confiées », FO Com ajoute que c’est le modèle social qui est en péril. Alors que l’emploi devient de plus en plus précaire et que la politique salariale est en berne, les personnels sont de plus en plus fragilisés. Les cadres eux-mêmes ne sont pas épargnés par cette précarité et cette lente paupérisation, leur statut ne les protège en rien. A force d’engagement et d’investissement, ils y laissent souvent leurs projets et, parfois, leur santé.

Justement, pour son nouvel accord social, « La Poste se fixe comme ambition de poursuivre ses actions en faveur de l’amélioration de la qualité de vie, de la santé, et de la sécurité au travail et de développer une gestion prospective des ressources humaines », reste à savoir quels vont être les moyens déployés et à quelle hauteur. L’accord social place les cadres au cœur de la stratégie. Leur donnera-t-il tous les moyens pour l’accomplir et pour s’accomplir ? Au vu de l’équation économique et des déficits cumulés comment ne pas en douter ?

Le Groupe « sait pouvoir compter sur l’engagement des postiers dans ce nouveau plan stratégique » et singulièrement sur l’engagement des cadres. Mais le désengagement de l’État dans son soutien à La Poste (le rapport Launay parle de 4 à 5 milliards d’euros de compensation déficitaire en 2025 !), le manque de « sincérité de l’État » et de « lisibilité, sincérité des comptes de l’entreprise », interrogent, interpellent et questionnent.

C’est ce qui, entre autres, ne nous a pas permis de signer cet accord social. Pas de chèque en blanc quand il y a tant de chèques en bois pour financer ces ambitions. Pour autant, FOCom, engagée pleinement dans cette négociation, a fait avancer des points clé pour tous les postières et postiers qu’elle entend bien défendre.

Actualités

Les ravages prévisibles du flex office

flex_office

La nouvelle génération d’open space sans bureaux attribués permettant aux entreprises de réduire les surfaces et les coûts immobiliers a des conséquences inquiétantes sur les relations de travail. Outre les ratios dictés par la lutte des places, avec la génération d’un stress pour trouver un bureau, premier arrivé, premier servi, la question de la performance collective semble étrangement absente des réflexions sur le flex office. Que penser de la montée en puissance, dans le même temps, du recours aux messageries instantanées ? De la définition de temps d’échanges au risque d’occulter les discussions informelles créant pourtant de la richesse au sein d’une équipe ? Aux injonctions de silence absolu pour permettre la concentration et la performance ?

Lire la suite »

Management hybride : une délicate évolution à forts enjeux

management_hybride

Depuis l’arrivée de la pandémie, les pratiques ont changé et le management doit s’adapter. Imposé dans l’urgence, le télétravail est plébiscité par bon nombre d’entreprises et celles-ci songent désormais à pérenniser cette organisation sur le long terme. « Un retour à la normale » ne sera pas un véritable retour. Les anciennes habitudes ne peuvent être reprises et il est temps de penser et d’organiser une nouvelle façon de travailler avec en premier plan le management hybride, oscillant entre présence physique sur site et distance organisée. Le dernier baromètre « impact de la crise sanitaire sur la santé psychologique des salariés » réalisé par OpinionWay pour Empreinte Humaine (mai 2021) démontre que le nombre de burn-out a doublé en un an pour atteindre 2 millions de personnes.

Lire la suite »

Télétravail et COVID : s’ancrer dans la durée et rester vigilant face aux dangers pour la santé

Télétravail et COVID

Jusqu’à la crise sanitaire, les entreprises avaient recours au télétravail de manière occasionnelle. Les Agences nationales et régionales pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT et ARACT) viennent de publier une enquête sur ce mode de travail. On observe une majorité d’employés souhaitant conserver un niveau soutenu de télétravail : plus de trois jours par semaine pour 36% des répondants et un à deux jours pour 56% d’entre eux. Cette tendance peut s’expliquer par une amélioration de l’environnement matériel du télétravailleur comme le souligne 72% des répondants (contre 67% en 2020) et l’utilisation d’outils numériques adaptés (95% contre 87% en 2020). À noter que seuls 20% des répondants décrivent une prise en charge par leur entreprise des surcoûts liés à ce mode d’organisation du travail.

Lire la suite »

Revalorisation salariale 2021 des cadres : Résolument contre-productive !

remu_cible_objectifs_zero

Dans une précédente parution, nous nous interrogions sur la politique salariale de La Poste devenue « un mille-feuille de plus en plus opaque ». La rémunération et la promotion restent en effet les socles incontournables de la motivation de bon nombre de cadres. Elles constituent des éléments centraux du projet stratégique d’une entreprise à l’égard de tous ceux qui en font le succès et assurent ainsi son avenir. Elles sont aussi des leviers essentiels des managers pour fédérer et motiver leurs équipes. Pour FO, la compréhension par la gouvernance RH de ces enjeux est donc fondamentale.

Lire la suite »

Service universel postal : ce qu’il faut retenir du rapport Launay

carrousel_lp_rapport_launay

rapport LaunayPourquoi ce rapport sur le Service Universel Postal (SUP) ? Depuis 2018, le SUP ne compense plus les 3 autres missions de service public confiées à La Poste par la loi postale de 2010. Le déficit arrive aujourd’hui à 1,3 milliards d’€. Comme l’écrit le rapporteur, Jean Launay, ancien député, missionné par le ministre de l’économie qui lui a commandé ce rapport : « Aucune entreprise ne peut porter dans son modèle économique un déficit annuel approchant 1 milliard d’euros pour les missions de service public qui lui sont confiées ». Ce déficit, devenu chronique, a forcément des causes qu’il faut analyser, des impacts qu’il faut mesurer et nécessite des actions et des leviers de compensation.

Lire la suite »

Gérer à distance !?

management_distance

Depuis le début de la crise sanitaire, nombreux sont les encadrants à être en télétravail. Pour La Poste, c’est bien une continuité de travail. Mais pour le personnel concerné, il s’agit d’un nouveau métier à créer quotidiennement. En effet, comment gérer désormais des équipes à distance ? La distance ne permet pas un suivi collectif et individuel des plus faciles. Le manageur doit se réinventer tous les jours pour trouver les modalités d’accompagnement les plus adaptées et les plus pertinentes à ses équipes. La Poste ne propose pas un accompagnement type, si ce n’est celui de surveiller des chiffres, des connexions, pratiquer le phoning et les réunions sur Teams. Or, les risques psycho-sociaux (RPS) proviennent aussi de la sur-utilisation des moyens numériques. La Poste doit l’entendre !

Lire la suite »

EAP (Équipes Autonomes et Performantes) et encadrants de proximité : attention danger !

alerte_eap

Cette nouvelle organisation de travail voulue par la Branche Services Courrier Colis représente un vrai risque pour le management de proximité. Celle-ci tend à donner plus d’autonomie aux agents en charge de la distribution avec des tâches telles que, par exemple : la gestion du parc auto, les indicateurs et le suivi de la prime d’équipe, les réclamations, le contrôle des objets signalés... Il est évident que La Poste ayant décidé de sanctuariser la partie de distribution attribuée aux ROP avec la création d’une tournée à hauteur de 50 % de sa position de travail, ceux-ci se trouveront moins impactés par cette nouvelle organisation de travail. En revanche, les Responsables d’Équipe (RE), habituellement en charge de certaines des missions qui, dans un futur proche, seront confiées aux facteurs, risquent quant à eux de se retrouver en difficulté. En effet, pour le moment La Poste reste complètement muette concernant leur avenir.

Lire la suite »

Tentation du flex office : une solution d’avenir affichée au détriment de l’humain

tentation_flex_office

Le flex office est une des nombreuses façons d’aménager l’espace, où les postes de travail ne sont pas attitrés et souvent moins nombreux que les salariés. Présentés comme un gage de modernité, ils se sont également répandus dans de nombreuses entités, n’épargnant ainsi aucun métier. Si techniquement rien ne le relie à l’openspace – on pourrait imaginer des flex offices avec bureaux fermés par exemple – en pratique, flex office et openspace sont systématiquement combinés : il s’agit alors d’openspaces où les postes ne sont pas attribués. En format « îlots » le flex office identifie des espaces collectifs par équipe, groupe projet, etc. où chaque membre peut s’installer où il le souhaite dans l’espace de l’îlot.

Lire la suite »