Distribution

L’inFO du courrier n°11

Sommaire:

  • Qu’est-ce qu’une réorganisation ?
  • Révision de tournée et de position de travail,
  • À chaque tournée, le bon MOLOC,
  • La méthode de conduite du changement,
  • Les truculentes aventures de Gégé le postier
[Lire l’InFO du Courrier n°11]

Timbre rouge – timbre vert : l’écart de tarif se réduit mais pas le délai d’acheminement

Lorsque le timbre rouge a disparu en janvier 2023, son tarif était de 1.43€. Il fut remplacé par la e-lettre rouge, dématérialisée pour un même délai d’acheminement au prix de 1.49€. Le timbre vert, celui qui permet une distribution à J+3, était au tarif de 1.16€.  Pour un poids identique (max 20g), la différence entre ces deux timbres était, fin 2022, de 27 centimes. Le prix de deux jours d’acheminement supplémentaires sans doute.

La Poste annonce que d’ici 2024, le timbre vert, c’est-à-dire celui qui reste encore à disposition du public, subira une augmentation de 11.20% pour atteindre 1.29€, c’est-à-dire à 14 centimes de « feu » timbre rouge. CQFD.

Bien sûr, toutes les autres options d’affranchissement de La Poste augmenteront comme par exemple, la lettre recommandée dont le coût fera un bond de 53 centimes et tous ces ajustements tarifaires se mettent en place pour « permettre à La Poste de s’assurer la pérennité du service universel postal ». Chacun appréciera !

Le timbre deviendra bientôt un produit de luxe et d’investissement : achetez des timbres sans valeur faciale, ils prennent 8% à 10% tous les deux ans, c’est plus que le livret A.

BSCC – Père-Noël et peak period

NOËL ! Quelle période magnifique ! Les congés, les repas en famille, le Père-Noël, les cadeaux… Mais au boulot, elle a sa face obscure : fatigue, intempéries, montée en charge des colis, accidents, manque de place, réorganisations… 

La PEAK PERIOD 2023 est plus particulière que jamais! Le 23 décembre est un samedi, le 24 décembre un dimanche et pour terminer en beauté le 25 décembre un lundi! Le rêve pour le postier en repos le samedi.

Pour en savoir plus, [Lire le tract]

Jours Pénibilité Seniors

Jours Pénibilité Seniors… ou comment faire des économies à La Poste ?

L’accord « un avenir pour chaque postier » signé en 2015 prévoyait diverses mesures dont l’octroi de jours de congés supplémentaires pour les postiers seniors.

Ces jours appelés JPS ( Jours Pénibilité Seniors ) sont crédités sur MaBoxRH au 1er janvier aux postiers éligibles, c’est-à-dire à ceux qui ont plus de 55 ans et qui occupent des positions de travail pénibles. 3 jours jusqu’à 57 ans, 4 jusqu’à 60 ans et 5 au-delà de 61 ans. La liste des fonctions éligibles avait été établie et même étoffée sous l’impulsion de FO Com, en 2021.

Et là, qu’apprenons-nous donc ? Comme elle en a le secret et le pouvoir, La Poste, de manière unilatérale, décide de modifier la liste des fonctions pénibles au prétexte que le diagnostic de certaines jusqu’alors éligibles ne le seraient désormais plus. Elle aurait donc surévalué ? Ben tiens !

Ainsi, un Chef d’équipe courrier-colis, un agent S3C ou un technicien de maintenance ne pourra plus bénéficier de ce dispositif à partir du 1er janvier 2024. Comme toujours, on tire les acquis vers le bas et cela devient insupportable.

FO Com considère que la pénibilité ne se constate pas uniquement par une activité physique. FO Com demande que La Poste, spécialiste du double discours, revoie sa copie et fasse bénéficier toutes les postières et tous les postiers de ce dispositif. Elle ne peut pas en effet, proposer des accords dans lesquels elle écrit qu’« une attention toute particulière sera portée aux seniors » et écrêter une liste d’activités pénibles qui en exclut fatalement.

FO Com alerte également La Poste sur le fait que certaines DEX commencent déjà à appliquer cette mesure en demandant aux futurs-ex-éligibles de « rembourser » les JPS acquis alors que celle-ci ne sera active qu’à partir de 2024 !

FO Com revendique un retour à la liste originale des fonctions pénibles et demande que les outils de diagnostics soient plus précis et prennent en compte d’autres facteurs de pénibilité comme le prévoit d’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité).