édito

L’action militante, encore et toujours

Malgré l’importance du travail effectué par la Confédération durant les trois mois de concertation, ce qui a permis le maintien de garanties et le blocage de dispositions néfastes, nombre de mesures inacceptables figurent dans les ordonnances adoptées cet été. Nous en exigeons le retrait.

D’autres risques se profilent : assurance chômage, formation professionnelle, service public républicain, retraites… De plus, le budget 2018 proposé par le Gouvernement suscite des inquiétudes, pour ce qui nous concerne, sur les sommes allouées aux missions de service public de La Poste ou la cession de parts du capital d’Orange.

Chez Orange, précisément, du 7 au 9 novembre, se dérouleront les élections professionnelles. Ce journal leur fait une large place. Parmi les revendications portées par FO Com, l’emploi figure toujours en bonne position. Après une enquête sur les effectifs et les conditions de travail réalisée en septembre, nous avons obtenu 500 recrutements supplémentaires lors de la réunion sur l’emploi avec le P.-D.G. d'Orange.

En cet automne, le contrat de service public sera conclu entre La Poste et l’État. Ce dernier a lancé une consultation publique mais il a «oublié» de nous consulter en tant que syndicat. Nous lui avons quand même donné notre avis ! Et, lors du comité ministériel qui se réunira en novembre, nous défendrons les missions et les subventions du service public postal comme nous l’avons toujours fait.

Notre action est encore et toujours déterminante pour qu’existe, en toute indépendance, une défense des personnels, de leurs statuts et de l’avenir de nos emplois. C’est pourquoi nous devons être plus que jamais unis et mobilisés, dans les initiatives de notre Confédération et de notre Fédération, dans les élections professionnelles et dans le développement du syndicat.

Philippe CHARRY