édito

force ouvrière, fidèle à ses combats

Notre congrès confédéral de Lille a été l’occasion d’un très large débat sur notre place dans les combats en cours et à venir. Les commentaires médiatiques peu amènes ne changeront jamais cette réalité : FO, organisation libre et indépendante, a défini à la quasi-unanimité sa feuille de route pour les trois ans à venir. Elle y confirme sa nature revendicative et réformiste, attachée à la politique contractuelle et au combat pour défendre les intérêts des travailleurs. Dans ce cadre, nous avons réaffirmé notre soutien aux personnels de la SNCF, d’Air France et de tous les autres secteurs dans leurs justes combats.

Nous refusons le mépris des organisations syndicales dont fait preuve le pouvoir politique en cherchant systématiquement à nous contourner. Cette attitude qui se traduit dans les projets de loi par une remise en cause du paritarisme, cherche in fine à déconstruire l’édifice social qui cimente notre République. C’est néfaste pour les salariés car ils auront moins de droits collectifs et c’est dangereux pour la démocratie car cela favorise les mouvements extrémistes, y compris les plus violents comme on le voit régulièrement dans les manifestations de rue.

C’est pourquoi nous agissons pour la préservation des droits collectifs arrachés au fil des décennies, qu’il s’agisse de l’assurance chômage, des régimes de retraites ou encore de la formation professionnelle gérée collectivement dans les branches. C’est notre devoir de le faire, et encore plus quand le combat est difficile.

À La Poste et dans ses filiales, comme à Orange et dans la branche télécom, les combats s’inscrivent dans la défense de l’emploi, du pouvoir d’achat et des conditions de travail. Au quotidien, nous défendons l’application du droit que les employeurs cherchent en permanence à contourner. Nous défendons également avec opiniâtreté les accords que nous signons, qui font partie de la norme juridique et qui constituent un point d’appui pour améliorer la situation des personnels.

Tous les militants de FO Com sont aujourd’hui mobilisés pour renforcer la représentativité de nos syndicats en particulier dans les élections professionnelles de fin d’année.

Les résultats que nous enregistrons déjà dans les filiales de La Poste – FO Com 1re à 44,37 % à DPD France – montrent que nous sommes sur la voie de la réussite.

Philippe CHARRY