Tracts

Social à La Poste – Quotient Familial, le COGAS vote des évolutions positives pour tous les postiers !

cogas-1-socialCertaines prestations sociales sont soumises à conditions de ressources. Le Quotient Familial* (QF) constitue l’indicateur de référence.
Dans le but de limiter les effets de seuil, 10 tranches de QF étaient définies mais leur bornage était déterminé jusqu’à présent de façon approximative. Une enquête BVA a démontré la nécessité de revaloriser les bornes des tranches afin que chacune corresponde bien à 10% de l’effectif postal. Ce nouveau bornage revient à une revalorisation pouvant aller jusqu’à 16% !

[Lire le tract]

Décisions du COGAS * du 27 juin 2019

Le Conseil d’Orientation et de Gestion des Activités Sociales à La Poste (COGAS) a entériné l’évolution de deux offres sociales : la prestation « Séjours Enfants Accompagnés » et le Micro-crédit.

AVEC FO, SOLIDAIRES ENSEMBLE ET TOUJOURS !

[Télécharger] [Télécharger N&B]

InFOSocial – FO encore plus que jamais dans l’action !

La mise en place de la nouvelle mandature au sein du COGAS nous permet, plus que jamais, d’asseoir nos revendications concernant l’action sociale. FO réaffirme sa volonté de faire de l’action sociale à La Poste un axe essentiel au service de nos collègues postières et postiers, tant du point de vue du pouvoir d’achat, que du bien-être de chacun et de la conciliation entre vie privée et vie professionnelle.

[Télécharger] [Télécharger N&B]

Rétroactivité de certaines demandes de prestations sociales : FO obtient gain de cause

Une note de service RH, parue le 21 décembre 2018, faisait état de la modification du délai de demande de prestations pour l’allocation de scolarité, les allocations liées au handicap de l’enfant, les séjours « vacances enfants accompagnés » et l’aide à la garde des enfants. L’échéance entre le fait générateur et la demande de prestation était sensiblement réduit !

Pour FO, la décision de La Poste n’est pas conforme aux échanges qui ont lieu en fin d’année 2018 en Commission Jeunesse. Nous sommes intervenus auprès de l’entreprise pour demander le retrait de cette note de service. Cette décision excluait des postiers éligibles et exposait les plus fragiles à ce risque. De plus, cette restriction était contraire à la revendication de FO, qui souhaite que l’offre sociale profite au plus grand nombre.

Enfin, la rétroactivité est nécessaire pour répondre à la complexité de l’offre sociale quand les postiers tardent à comprendre qu’ils ont droit à certaines prestations.

FO a obtenu gain de cause ! La rétroactivité de demande des prestations concernées restera de deux ans, exceptée pour la garde des enfants. En effet, conformément aux échanges de la Commission Jeunesse, les demandes d’aide à la garde des enfants se feront sur l’année civile, dans le cadre de l’expérimentation de la nouvelle offre « Enfance ». Cette dernière devrait entrer en vigueur à partir de la rentrée scolaire 2019.