Santé / Sécurité

Coronavirus, les postiers concernés … aussi !

L’épidémie de Coronavirus ne connait pas de frontières et après l’Italie, des alertes  se localisent sur le territoire métropolitain et notamment dans l’Oise. Dans ce contexte, La Poste ne peut rester sans réagir, sans communiquer. Ainsi sur la demande de FO Com, une réunion Commission Nationale Santé et Sécurité au Travail ( CNSST) du  Groupe s’est tenue, l’obligeant à prendre et communiquer sur des premières mesures.

Si masques et gel hydro-alcoolique peuvent sembler rassurant, il est bien évident que la communication et les consignes à l’attention de tous les postiers doivent être claires sans équivoques afin de pouvoir réagir dans les meilleurs délais.

Précisons qu’il y a la possibilité de se faire placer en arrêt de travail par un médecin de l’Agence Régionale de Santé (ARS) pour une durée de 20 jours et sans conséquence sur les jours de carence.

FO Com demande que toutes les mesures conservatoires soient prises pour protéger les personnels, leur famille et leurs proches en particulier la mise en œuvre de précautions supplémentaires pour les personnels en contact avec le public. Toutes facilités doivent être données pour l’élargissement du télétravail.

Pour plus d’information rapprochez vous de vos représentants locaux.

 

Quand travail rime avec peur !

Et une de plus…Mais cette fois l’agression passe au cran supérieur puisque des menaces de mort ont été proférées envers des agents de La Poste du bureau central de Montélimar.

La raison ? Le refus de donner une lettre recommandée à un client démuni de documents d’identité pourtant imposés par la loi. Encore un agent menacé alors qu’il n’applique que la réglementation…

Entre menaces de mort, risques de représailles (plus de 5000 en 2017) et incivilités (plus de 17000 déclarées en 2017), les postiers n’en finissent plus de subir une violence grandissante et trop quotidienne.

Pour FO Com, il est urgent que La Poste prenne des mesures concrètes avec la re-mise en place des moyens humains et financiers nécessaires pour enrayer un phénomène dont elle ne peut se dédouaner totalement. La sécurité des postières et des postiers et le maintien des services postaux méritent quelques efforts budgétaires ! De notre côté, nous continuons à travailler à la mise en place d’une véritable politique de prévention dans ce domaine  avec les membres des CHSCT, les encadrants, les préventeurs et les médecins du travail.

NON les agents ne doivent pas venir au travail « la boule au ventre » et se sentir en insécurité!

Épidémie de Coronavirus

Une épidémie de Coronavirus sévit en Chine, actuellement et au moins trois cas sont recensés sur le territoire français en métropole. Ce lundi 27 janvier, le groupe La Poste et la branche Courrier Colis ont informé sur les mesures de prévention envisagés , au moyen d’audio conférence.

Outre ces mesures, La Poste s’est engagée à communiquer auprès de tous les agents afin de limiter  l’effet d’angoisse que peut générer une telle situation.

Le risque de propagation, au moyen de colis (on pense en particulier aux petits paquets impor) venant de Chine serait inexistant, le virus ne résistant pas au-delà de trois heures, à l’air libre et dans des capacités optimales (milieu humide).

FO demandé que La Poste communique en temps réel en fonction des évolutions, le virus ayant une capacité de mutation d’une part, les connaissances d’autre part pouvant faire évoluer les mesures de prévention préconisées par les autorités médicales compétentes.

Nous avons également exigé que toutes les demandes de CHSCT extraordinaire sur le sujet soient honorées afin de ne pas laisser s’installer de sentiment de psychose.

La Poste cherche joueur de flûte !

C’est ainsi que pourrait s’intituler un appel d’offre de La Poste en Savoie suite aux visites du bureau de Chambéry le haut par des rats, qui ont élu domicile dans les locaux arrières.

Dératisé une première fois en avril de cette année et traité régulièrement, le bureau de poste, qui est une ancienne boulangerie, est toujours infesté de rats. Le rat étant reconnu comme un animal vecteur de maladie, le risque de morsure ou de contamination potentielle n’est pas à négliger.

FO Com a exigé de La Poste que le risque soit traité de manière pérenne en éradiquant définitivement les rongeurs, et que des mesures conservatoires soient prises pour éviter toute exposition éventuelle.

Pour terminer sur une note d’humour, dans le conte moyenâgeux, le joueur de flûte non payé pour avoir entrainé les rats hors de la ville revint et cette fois-ci entraina les enfants avec lui. Espérons que dans notre cas, les rats seront bien éliminés et les postiers maintenus dans de bonne conditions de travail !

Choc et interrogations après l’explosion d’un colis à Gennevilliers

Samedi 19 octobre 2019, une vive émotion s’est emparée des colipostiers du centre de tri paquet de Gennevilliers (92).

Un colis a littéralement explosé alors qu’il circulait sur un tapis roulant. Peu de dégâts matériels puisque les installations n’ont pas été endommagées, mais un impact psychologique certain pour les agents présents. D’autant plus que les services de police, sapeurs pompiers, démineurs ont investi les locaux alors que les postiers étaient évacués au point de rassemblement.

D’après les premières informations, le colis contenait du matériel d’armurerie, il était à destination des Antilles et avait été refusé à l’aéroport de Roissy.

De nombreuses interrogations demeurent, notamment sur le fait qu’un colis de ce type soit entré dans le réseau postal et que, suite à son refus à Roissy, il n’ait pas été isolé au vu du caractère dangereux qu’il présentait. Pour rappel, les conditions générales de vente de La Poste sont très précises sur la nature des envois ne pouvant être pris en charge dans le réseau.

Sans présager du travail du CHSCT local qui va se réunir en séance extraordinaire, pour FO, il est important que ce genre de dysfonctionnements ne se répète plus, et aussi que les agents témoins oculaires ou auditifs de l’événement soient bien pris en charge ; le traumatisme psychologique évident ne devant pas être négligé.