Centre Financier

La tension monte dans les centres financiers

Réorganisations successives, dégradations de la qualité de service, remise à plat des organisations du temps de travail, optimisation des activités et des process… engendrent une dégradation sans précédent des conditions de travail des personnels de ces entités. À cela, s’ajoute la baisse des effectifs par le non-remplacement des collègues partant en retraite qui va accentuer le mal-être au travail. L’automatisation et la volonté de La Banque Postale de faire baisser les charges pour «faire des économies» vont accentuer la dégradation des services du Back et de gestion! Malgré ce contexte, les postières et postiers des centres financiers gardent le sens des responsabilités et continuent d’œuvrer dans l’intérêt des clients et de l’entreprise. En dépit des garanties obtenues grâce à l’accord « Avenir des Métiers Bancaires» (AMB 3), l’impact humain est fort, voire trop fort.
FO et les équipes militantes locales, de par leur engagement syndical et leur proximité de terrain, ont veillé à l’application concrète des garanties de l’accord AMB3, en défendant les intérêts de chacun dans les négociations OTT (Organisation du Temps de Travail) et le suivi des réorientations.logique_economique-2
Fortes des résultats obtenus, en progression lors des dernières élections représentatives, les équipes militantes ne lâchent et ne lâcheront rien. Les 27 et 28 mars, tous les camarades des centres financiers et centres financiers nationaux se réunissent pour définir les axes de revendications afin de faire face à ces enjeux. Notre fil rouge de campagne reste d’actualité: « un seul objectif: défendre un avenir et une carrière pour toutes et tous ! Avec FOCom, un avenir après 2020 ! ».
Pour cela, il est important aussi qu’avant la date d’échéance de l’accord AMB3 (fin 2020) certaines des revendications aboutissent, comme la création de nouvelles activités ; ce serait un gage non seulement de la pérennité de tous les sites mais également de reconnaissance de l’expertise et du professionnalisme des personnels. Ce qui reste primordial face aux enjeux stratégiques de l’après 2020.

Elections CAP/CCP 2018

Traitement des chèques : où va-t-on ?

Lorsque La Poste choisit de retirer progressivement le traitement des chèques des Centres Financiers, pour des raisons stratégiques, FO Com a mis en avant les conséquences sur les agents perdant leur emploi. La Direction est restée sourde. En 2017, suite à l’annonce du projet Excello et de la fermeture progressive de la Production, FO Com a de nouveau dénoncé les conséquences humaines néfastes et les pertes de compétences détenues par les agents des centres financiers. La Poste n’était toujours pas à l’écoute.

Aujourd’hui, La Poste revient sur sa stratégie et reporte la bascule totale vers Docapost de 6 mois pour les centres financiers de Lyon, Marseille et Paris, et de 2 mois pour Nantes, alors que les agents sont déjà partis ou réorientés sur d’autres postes.

La Poste a omis d’anticiper le processus du traitement du chèque ce qui a engendré une baisse de la qualité de service. En centres financiers, les agents doivent compenser et récupérer ces erreurs de stratégie ! Ayant diminué trop hâtivement les effectifs de la Production, seuls les quelques agents restants et des forces variables de travail doivent en subir les conséquences. C’est pourquoi FO Com demande une compensation financière et la reconnaissance pour ces agents.

FO Com dénonce la mauvaise gestion humaine de l’entreprise et met en garde La Poste sur les répercussions sur les personnels de ses projets non fiables, sources de risques-psycho-sociaux.

Ce qu’induit la rupture technologique des nouveaux moyens de paiement…

Le Comité Technique National concernant la nouvelle mutualisation d’activités des périmètres des centres financiers et centres financiers nationaux sur la filière Moyens de Paiements s’est tenu fin avril.

Cette nouvelle organisation est en lien direct avec Excello Production que FO Condamne. En effet, le projet Excello induit la fermeture des directions production en centres financiers. Elle intervient également dans une période de rupture technologique liée aux nouveaux moyens de paiement. Les trois filières Moyens de Paiement (Lille, Paris et Limoges) seront ainsi rattachées à la DOP (Direction Opérationnelle des Paiements) sur le NOD du CDP (Centre de Paiements) de Limoges. Les 260 agents des Filières Moyens de Paiement de Lille et de Paris changent ainsi de rattachement hiérarchique à compter du 1er mai 2018.

Heureusement, il existe des garanties grâce à l’accord AMB3 (Avenir des Métiers Bancaires) que FO a signé et défend au quotidien sur tous les centres : maintien des sites et pas de mobilité géographique forcée pour les agents. Il n’empêche que les agents s’interrogent beaucoup sur la pérennité de leurs emplois, impactés par les évolutions réglementaires. L’après 2018 est source d’inquiétude pour les personnels de la filière moyens de paiement.

Aux côtés des postiers, FO demande à l’entreprise de prendre en compte le professionnalisme des agents de la filière Moyens de Paiement, professionnellement et financièrement. FO demande à La Poste d’être à l’écoute des évolutions de carrière des agents et de proposer de réelles perspectives en II.3. Le grade de base doit être le II.3 et permettre ainsi aux agents d’accéder au III.1! FO exige aussi le grade III.3 pour tous les managers de proximité!