Rémunération

#maremu #monpouvoirdachat : Sylvain Graff

Le pouvoir d’achat des postiers est alarmant. Le salaire n’est pas l’ennemi de l’emploi, il crée entre autre la relance économique par la consommation et donc, par de nouveaux emplois. Et nous pouvons également alimenter notre système social français permettant à chacun d’être couvert par les risques de la vie.

Non-versement de la prime d’intéressement, un non-évènement pour La Poste

petitionFO a dû se battre pour exiger qu’un débat se tienne en demandant la réunion d’une commission de suivi sur l’accord intéressement 2018-2020.

« Pas d’année blanche pour une année noire pour tous les postiers ! » : Derrière ce slogan nous avons interpellé le Président de La Poste, puis la DRH du Groupe. Nous n’avons pas cessé de dénoncer cette situation via nos tracts, nos affiches et nos interventions lors de réunions bilatérales ou plénières avec La Poste.

La solution, dès le mois de février, FO l’a donnée : transformer le montant prévu au budget de La Poste pour le versement de l’intéressement en une prime exceptionnelle. Et c’est le gouvernement qui a « validé » cette solution en permettant aux entreprises, sous condition de conclure un accord intéressement, de verser une prime exceptionnelle de pouvoir d’achat qui peut aller jusqu’à 1000 euros.

Les autres syndicats, après que FO ait clairement posé cette revendication forte, se sont mobilisés et ont proposé un « travail unitaire » pour réfléchir à une action commune. Bien entendu, nous nous engageons à défendre de façon unitaire une revendication sociale essentielle des postières et des postiers, en particulier lorsqu’elle touche leur salaire et leur reconnaissance.

Nous soutenons donc sans réserve la pétition, fruit de ce travail unitaire [Signer la pétition]. Nous vous encourageons à la relayer le plus largement.

FO est fier d’avoir porté, dès le mois de février, cette revendication et nous le serons encore plus lorsqu’elle aboutira enfin !

Demande de prime exceptionnelle : FO Com ne lâchera pas !

prime exceptionnelleDepuis le 24 février, nous avons porté la demande d’une prime exceptionnelle auprès du Président de La Poste [Lire la lettre], puis en mars auprès de la DRH du Groupe [Lire le courrier].

Les modalités de versement de cette prime exceptionnelle ont été publiés le 28 avril par le ministère du travail. Nous réitérons notre demande une nouvelle fois auprès de La Poste.

FO Com, porte parole de tous les postiers, n’a de cesse de porter au Groupe le besoin de reconnaissance des postiers durement éprouvés durant cette période si compliquée.

Après des négociations salariales à 0, une prime d’intéressement à 0, La Poste doit écouter et entendre notre revendication.

Nouvel accord intéressement : pas de bis repetita

interessementLes négociations sur le nouvel accord intéressement pour la période 2021-2023 ont commencé. Notre demande est très claire : il ne doit pas y avoir d’année blanche !

C’est pour cette raison que nous avons revendiqué une clause de sauvegarde pour fixer un seuil minimum de versement pour chaque année. Une nouvelle année sans versement de prime d’intéressement, ce n’est pas concevable !

Une amélioration du montant de la prime d’intéressement et des critères de déclenchement réalistes, c’est ce qui nous guidera lors des négociations qui devront s’achever en juin. Nous avons également renouvelé notre demande de versement de la prime Macron comme nous l’avons demandé en février par écrit au Président de La Poste, et en mars par écrit à la DRH Groupe. Les postiers sont la richesse de l’entreprise. La reconnaissance de leur travail et de leur investissement malgré la crise sanitaire est incontestable et doit être payée en retour.

Nous poursuivons notre combat que nous menons depuis toujours pour l’amélioration de la rémunération des postiers et nous exigeons :

  • Le 13ème mois pour tous,
  • Un salaire minimum d’embauche de 1450€ net par mois avec effet induit sur tous les postiers,
  • La correction des grilles salariales pour les classes I, II, III pour garantir l’effet promotion en reprenant 100% de l’ancienneté acquise,
  • La garantie pour les agents Groupe A une revalorisation salariale annuelle minimale par le rétablissement d’une augmentation générale en plus de l’augmentation individuelle et des mesures relevant de l’enveloppe spécifique,
  • La revalorisation de la prime ultra-marine.

Inscrivez-vous ici pour obtenir des informations régulières à travers notre newsletter mensuelle.

 

Rémunération : Politique salariale à La Poste

Rémunération

Un mille feuilles de plus en plus opaque…

La politique de rémunération reste un outil privilégié pour motiver et fidéliser les salariés d’une entreprise : c’est le discours de l’entreprise.

Pour FO, une politique salariale digne de ce nom doit donner du sens au travail, récompenser l’engagement et reconnaître les compétences mises au service de l’entreprise. Du sens, de la reconnaissance ? Qu’en est-il à La Poste ?

Travailler plus pour gagner plus… ou moins ?

Les managers sont confrontés à une équation de plus en plus complexe : l’obsession comptable de toujours « dépenser moins » a pris le pas sur le « savoir investir » et le « donner du sens ». Tout le personnel en fait les frais.

Ainsi, depuis plusieurs années, les principes qui définissent notre politique salariale ont perverti un système désormais opaque qui rend possible des revalorisations salariales inférieures à l’inflation malgré une surperformance et des objectifs atteints !

Ce type d’exemple n’est pas un cas isolé et beaucoup en font les frais. Car les « garde-fous » réglementaires sont systématiquement supprimés par la DRH dont la doctrine est un monde avec le moins de règles possibles, sans repères…

Le repère ce serait « l’ancien monde », la modernité ce serait l’absence de règles, de recours, le fait du prince en quelque sorte.

Ce phénomène est accentué par une volonté affichée de donner beaucoup à quelques-uns et à gérer la disette pour le plus grand nombre (qui fait pourtant tourner la boutique).

Ainsi les écarts se creusent tant au niveau des rémunérations fixes que variables. Cette politique des « premiers de la classe » dévalorise les « premiers de corvée ». Elle est clivante et assumée. Elle pose question.

Alors revenons ensemble sur ce mille feuilles que constitue la politique salariale de La Poste et tentons de comprendre si nos salaires sont simplement le résultat d’une conjoncture défavorable ou bien d’une politique parfaitement réfléchie.

degel
Lire le tract : [Rémunération : Politique salariale à La Poste]