Tracts 2024

CC/CCR : on sera en grève le 2 avril !

La direction de la BGPN a fait le choix de faire paraitre deux Instructions (2024-80 et 2024-81) devant cadrer l’organisation de l’activité des Chargé·es de Clientèle et Chargé·es de Clientèle Remplaçant·es, qui entreront en application à partir du 1er avril. Nos fédérations CGT, FO, Sud et CFTC ont interpellé la direction de la Branche pour demander leur retrait et l’ouverture de nouvelles négociations.

Montrons à La Poste que votre métier mérite mieux que notre quotidien actuel ! Face à l’obstination de La Poste : refusons d’appliquer ces instructions, en étant en grève le 2 avril.

[Lire le tract de l’intersyndicale] [Préavis Intersyndicale]

InFO Social – Activités Sociales et Culturelles, FO signe pour une répartition juste du budget !

Avec l’arrivée des Comités Sociaux et Économiques (CSE) à La Poste, de nombreux boule­versements vont avoir lieu. Parmi eux la gestion des Activités Sociales et Culturelles (ASC), qui seront gérées demain par vos seuls élus. Les activités sociales à La Poste regroupent aujourd’hui toutes les activités de vacances, de loisirs, de solidarité offerte aux postières et postiers actifs ou retraités et à leur famille.

FO Communication s’engage pour l’avenir et signe l’accord « relatif aux Activités Sociales et Culturelles ».

[Lire le tract]

NAO – Chronopost peut et doit augmenter les salaires pour une juste rémunération des salariés

Tous les salariés ont contribué aux résultats de 2023, la direction doit reconnaître cet effort et récompenser l’ensemble des effectifs.

FO revendique une augmentation de 4,5 % dans le cadre des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO). Cette proposition prend en compte la forte hausse des prix de l’énergie, notamment de l’électricité et du gaz. De plus, les prix des carburants, des produits alimentaires, des loyers et des transports ont également augmenté, entraînant une pression accrue sur les dépenses des ménages. L’objectif de cette revendication est de garantir une augmentation salariale adéquate pour compenser l’impact de ces augmentations de prix sur le pouvoir d’achat des salariés.

[Lire le tract]