La voix des cadres

La Voix des Cadres – Projet de réforme des retraites : les cadres grands perdants

voix_cadres_01_2020-miniC’est écrit dans le projet de loi : le principe de la réforme du gouvernement est de diminuer le coût des retraites. D’abord en bloquant les ressources dévolues à leur financement au-dessous du niveau actuel de 14 % du PIB… alors que le nombre de seniors est appelé à augmenter considérablement. Ensuite en fixant comme « règle d’or » un carcan budgétaire qui interdit tout déficit sur une période glissante de 5 ans.
Premier levier d’économie : l’âge de départ
Dans le système actuel, la loi garantit le calcul et le ni-veau des pensions. Dans la nouvelle formule, seul l’équilibre financier serait garanti aux dépens de droits qui pourront être revus à la baisse en permanence. L’article 11 du projet instaure un âge d’équilibre ou âge pivot qui se substituera au mécanisme faisant intervenir la durée d’assurance. L’âge légal est maintenu à 62 ans pour ouvrir les droits à retraite mais avec 5 % de décote par an si l’on part avant l’âge d’équilibre. Celui-ci évoluera pour chaque génération à raison des deux tiers des gains constatés d’espérance de vie à la retraite. Son introduction se traduirait, selon les estimations du Gouvernement, par un recul de l’âge effectif de départ qui attendrait 64 ans à l’entrée en vigueur de la réforme et 65 ans et 2 mois pour la génération 2000. Cela signifie des départs toujours plus tardifs et/ou des niveaux de retraites largement amputés. Pas vraiment un « choix » pour les seniors victimes d’un chômage élevé1 et pour les cadres qui ont fait de longues études et sont entrés tardivement dans la vie active!

[Lire la voix des cadres « Spécial retraites »]

La voix des cadres – Bilan social 2016 – FO demande à La Poste de veiller aussi sur ses cadres !

Qui a dit qu’il ne se passait rien entre le 14 juillet et le 15 août ? Pas à La Poste, en tout cas.

Pour preuve : le 18 juillet, le bilan social 2016 (arrêté 6 mois et demi plus tôt, donc) est présenté aux organisations syndicales et mis en ligne sans autre forme de publicité. Toujours mieux que le sort réservé aux baromètres sociaux…

[Télécharger le tract] [Télécharger le tract N&B]

La voix des cadres – L’agilité : mode d’emploi d’un mot à la mode

voix_cardres_06_2017Il faut devenir agile ! Cette injonction traverse la société et le monde de l’entreprise. Elle commence à se répandre de plus en plus à La Poste.
Le mot est bien choisi et amène spontanément l’adhésion: qui oserait dire
« personnellement, je préfère rester les deux pieds dans le même sabot » ?
Mais que signifie-t-il exactement? Que peut éventuellement cacher cette invitation/incitation au mouvement?
Car l’agilité est devenue un terme fourre-tout, un mot-valise pour accompagner le meilleur (l’adaptabilité nécessaire à toute organisation) mais aussi le pire (la précipitation dans la conduite des projets, la déshumanisation des rapports entre les différents
acteurs notamment). Revenons ici aux fondamentaux : les méthodes agiles, c’est quoi exactement ?…

[Télécharger] [Télécharger N&B]

La voix des cadres – Comment serons-nous appréciés à La Poste à partir de 2018 ?

Le point sur les évolutions à venir de l’entretien d’appréciation (EA)

Dans un monde du travail qui a radicalement changé depuis dix ans, qu’est devenu le rôle de l’entretien d’appréciation dans sa configuration actuelle : dernier point de repère ou pratique obsolète ?
Certaines entreprises sont en train de se poser la question.
Pour sa part, La Poste veut déjà s’affranchir d’un cadre réglementaire jugé désormais contraignant, en décidant unilatéralement de simplifier l’arrêté du 9 juillet 2001 qui impose l’évaluation de cinq familles de compétences identifiées. À la place, charge aux managers d’évaluer dès 2018 la seule bonne mise en oeuvre des «compétences nécessaires à l’exercice de la fonction».
Vaste (et vague…) programme, qui nécessite selon nous de redonner du sens à l’exercice, de rappeler quelques principes de bienveillance tant vis-à-vis des évaluateurs que des évalués, et de les accompagner dans cette évolution.
Sinon, le risque sera grand de transformer l’EA en un exercice (un de plus?) centré sur le «combien», qui ignore le «comment»… et là, pour le coup, autant le supprimer, non ?…

[Télécharger] [Télécharger N&B]