Brèves

Covid-19 : situation intenable à La Poste !

Suite à la dernière réunion avec La Poste, nous constatons que notre employeur ne prend pas les mesures fermes à la hauteur de la situation sanitaire que nous traversons.

Le constat d’une absence d’application des consignes nationales au niveau local nous amène à déplorer ce problème de gouvernance particulièrement sensible à la Branche Service Courrier Colis (BSCC). Il est pour le moins surprenant qu’une entreprise publique à capitaux d’État traine à appliquer les mesures gouvernementales.

Au vu du nombre de remontées de situations catastrophiques, de propos indécents, d’actes managériaux inadaptés,  FO Com exige :

  • La liste des activités postales définies comme nécessaires dans la continuité du maintien des liens essentiels de la Nation.
  • L‘application stricte des mesures imposées par le gouvernement et notamment toutes les mesures barrières
  • L’arrêt de tous les projets de réorganisations du travail enclenchés avant la crise sanitaire. L’ensemble de la communauté managériale a pour devoir de prioriser la sécurité sanitaire des personnels sur le maintien des activités.

Le gouvernement impose des règles strictes, La Poste doit s’obliger à les respecter nationalement comme localement, et ce, dans tous les domaines, déplacements compris.

Aussi, FO Com ne peut que conseiller à tous les postiers de se protéger, en prenant les initiatives appropriées à la préservation de leur santé, de leurs collègues et de leur entourage.

Les militants FO Com locaux et nationaux restent mobilisés dans le soutien aux postiers. En parallèle, FO Com s’adresse solennellement au PDG de La Poste. [Lire le courrier adressé à Philippe Wahl]

La Poste face au coronavirus

coronovirusSi actuellement un vent de panique circule dans certains pays, avec l’application de mesures radicales, la France doit bien se préparer, elle aussi, à un épisode beaucoup plus aigu dans les semaines voire les jours à venir.
Avec 49 décès enregistrés pour 2281 cas recensés (source gouvernementale au 11 mars 2020), La Poste avec ses plus de 200 000 agents ne pouvait raisonnablement pas passer à coté de la pandémie (épidémie qui touche plusieurs continents). Les premiers cas de postiers porteur du virus ont été détectés en ce début de semaine. Dans ses différentes notes envoyées depuis l’apparition du coronavirus en Chine, La Poste suit de près la recommandation des autorités de santé, sans toutefois prendre de mesures radicales. Comme une grande partie du système économique, il faut maintenir l’activité quitte à laisser les postiers exposés comme notamment dans les zones Cluster.

C’est la panique aussi en interne, puisque La Banque Postale y est allé de ses propres mesures de prévention afin d’assurer une continuité d’activité, en privilégiant entre autre le travail à distance : limitation à 30 personnes pour les réunions physiques, audio ou visioconférence, télétravail. Ces mesures tombent sous le bon sens.
Mais que faire pour un facteur ou un agent en bureau de poste dont l’essence même du métier est le contact avec le public ? La baisse d’activité déjà enregistrée avec la chute du trafic colis en provenance de Chine interroge déjà. Nul doute que face à cette situation La Poste devra apporter des réponses pour tous ses agents qui assurent un service en contact avec le public.

Distribution postale : Ne pas s’en laisser compter…

distribution postaleBien que moins sévère qu’en 2016, le dernier rapport de la Cour des comptes concernant la distribution postale, appelle cependant notre méfiance.

En effet, si la Cour reconnait les importantes transformations réalisées par La Poste, elle préconise une fois  de plus une « diminution des coûts » mais aussi « un service universel postal à réexaminer ». Et là on commence à craindre le pire…

De telles préconisations purement comptables ne doivent pas produire l’effet inverse et ainsi affaiblir l’entreprise publique en  attaquant un de ses principaux atouts constitué notamment par la proximité des postiers avec la population. En effet, la fréquence du passage des facteurs, le fameux « 6 jours sur 7 » permet d’affirmer une présence quasi quotidienne et ainsi consolide le développement de nouveaux services. L’adaptation et l’implication des postiers sont tout aussi importantes, dans cette pérennisation de l’entreprise, à travers le maintien d’un Service public de qualité pour les citoyens.

La Cour, qui compte si bien, omet de dire que l’absentéisme pèse pour plus de 6 millions de jours d’absence soit 1 milliard d’euros dans le budget de La Poste.  En le soulignant, la Cour pourrait aussi préconiser une étude approfondie sur les conditions de travail, la santé et sécurité et la qualité du dialogue social. Parce que ça aussi, ça compte !

 

Connaissez-vous la démarche participative à la mode postale ?

demarche-participativeElle est  fameuse et fumeuse cette idée de tout « co-construire » pour « co-responsabiliser»…

Ainsi il était une fois, dans le cadre du nouveau plan stratégique 2030, un Président de La Poste souhaitant recueillir les avis des postiers du Groupe mais aussi celui des élus, mais aussi celui des fournisseurs, mais aussi celui des associations, mais aussi celui des clients qu’ils soient particuliers comme professionnels, mais aussi…,mais aussi…

Une belle méthode pour atteindre deux objectifs principaux : faire le point sur « où en est La Poste en 2020 ?» histoire de voir comment elle s’est transformée et répondre aux besoins des clients à travers le futur plan stratégique « La Poste 2030 ».

Serait-ce une séquence d’écoute et de dialogue ? Les dates sont annoncées avec un déploiement du 27 février jusqu’à la fin du 2e trimestre 2020.

L’avis précieux des postiers nécessite la mise en place d’ateliers de 45 min à une heure intégrés aux Espaces Temps Communication (ETC). Un kit d’animation sera envoyé aux managers, afin qu’ils veillent à bien guider leur équipe. Les contributions seront saisies sur une plateforme en ligne et analysées au cours du 3e trimestre afin de pouvoir présenter le plan stratégique en fin d’année.

FO Com n’hésite pas à attirer votre attention sur la possibilité, au sein de ce questionnaire, de répondre à des questions ouvertes, ce qui n’était pas le cas lors de la consultation du même type qui s’était déroulée en 2013.

Tous les moyens sont bons pour vous faire entendre, c’est pourquoi FO Com sera présente lors des bilatérales à venir et a besoin de vos verbatim.

 

Réforme des retraites : Vers plus d’égalité ? Vraiment ?

égalitéLes grands discours se sont succédés au niveau du gouvernement et élus de la majorité présidentielle. « L’égalité entre les hommes et les femmes sera une cause nationale », « La réforme des retraites sera plus juste, plus équitable »,  ou bien encore les femmes « grandes gagnantes » du nouveau système de retraite : nous ne sommes plus victimes de « langue de bois » mais bien de mensonges notoires! Dès lors qu’on se penche sur les mesures prévues dans le texte examiné en ce moment à l’Assemblée Nationale, il serait hypocrite d’approuver les propos tenus par l’exécutif.

Le projet de retraite par points reproduira les inégalités du marché du travail. En effet, la prise en compte de l’intégralité de la carrière pénalisera ceux qui ont des carrières décousues, des temps partiels, des périodes de chômage, des congés parentaux et des petits boulots. Les femmes en sont les premières victimes. Dans la génération née en 1956, une femme sur 2 a eu plus de 20 % d’années incomplètes au moment de liquider sa pension, contre 6 % des hommes.

De plus, les mesures concernant les pensions de réversion joueront moins leur rôle d’atténuation des inégalités. L’âge à partir duquel on peut prétendre à cette pension a été modifié ainsi que le « statut » des époux au moment du décès de l’un d’eux. Il  faudra que le couple soit marié au moment du décès et exit les divorcés, les pacsés ou les personnes vivant en concubinage.

La fin des trimestres de maternité met également un point d’honneur pour l’aggravation des conditions de retraite des femmes. Avec ces trimestres en moins, il sera d’autant plus difficile d’avoir une retraite complète pour les femmes, qui subiront de plein fouet des décotes. Les 5% de majoration dès le premier enfant ne seront pas nécessairement profitables aux femmes. Ce dispositif cible les femmes puisqu’elles perdent 5% de salaire horaire par enfant selon l’INSEE. Si au premier abord, donner 5% de points dès le premier enfant au lieu de 10% au bout du 3ème enfant semble avantageux, cette mesure n’enrayera pas les inégalités car comme aujourd’hui, les parents feront le choix d’appliquer cette majoration à la pension la plus élevée… en général celle du père.

il est clair que ce n’est pas l’actuel projet de réforme des retraites, ni les effets d’annonces, qui vont enrayer ces inégalités. Bien au contraire ! En ne s’attaquant pas au fond du problème, le gouvernement ne fait que mettre des sparadraps là où il faudrait mettre un plâtre…

L’égalité : une raison supplémentaire pour FO Com de lutter pour le retrait du projet de réforme des retraites !