Brèves

Quand les MSAP deviennent des Maisons France Services…

image msapSi développer les Maisons de Services au Public (MSAP) et leurs activités est au cœur du sujet, FO Com rappelle qu’elle combattra toute implantation de « Maisons France Services » qui se ferait au détriment du réseau postal existant!

Aujourd’hui,  nous comptabilisons 501 MSAP et, peut-être demain sous l’appellation « Maisons France Services » avec de nouveaux partenaires, leur nombre devrait s’accroître rapidement côté Poste avec 250 en plus. Globalisées avec celles gérées par l’État ou encore les associations, cela représenterait quelques 2000 maisons à destination des usagers. Pour l’ensemble des acteurs, l’aide est de 30000€ par an.

Pour FO Com, La Poste doit penser davantage au service aux usagers plutôt que « proposition commerciale » ! Les attendus des Chargés de Clientèle doivent, de ce fait, être moins tournés vers le commercial.

Les problématiques de moyens et de formations (notamment des remplaçants) sont à résoudre le plus rapidement possible si on ne veut pas mettre à mal, encore une fois, un projet sensé rendre un service de qualité aux usagers.

FO Com revendique qu’il y ait une reconnaissance vis-à-vis des agents au regard de cette nouvelle montée en compétence. Et par montée en compétence, nous pointons du doigt plus particulièrement la formation au numérique. Tous les Chargés de Clientèle devront être formés en 2019, condition indispensable au regard des évolutions.

En cas de canicule…

La canicule s’invite en France. Afin de vous préserver et de préserver vos collègues, n’oubliez pas de :

  • boire beaucoup d’eau toute la journée, même sans avoir soif
  • ventiler et aérer les pièces de travail
  • hydrater votre corps à l’aide des brumisateurs fournis par La Poste
  • manger suffisamment même sans avoir faim afin d’éviter les malaises

N’hésitez pas à demander le recours au télétravail afin de limiter les déplacements et les efforts physiques, de décaler des horaires plus « à la fraîche », d’éviter tout effort physique !

Pour la tenue de travail, privilégier des vêtements amples et en coton. Aucun article du Code du travail ne précise l’autorisation exceptionnelle du port de vêtement léger en cas de chaleurs extrêmes. Les agents en relation avec le public doivent porter une tenue convenable, donc pas de tong, shorts, bermudas…

Si vous ressentez nausées, vertiges, fatigue, prévenez de suite votre responsable. En cas de difficultés, contactez vos représentants du personnel au CHSCT (Comité d’Hygiène, Santé et Sécurité au Travail) ou vos représentants locaux FO.

Que faire en cas de fortes chaleurs ?

Ces prochains jours, de fortes chaleurs sont attendues dans toute la France. Chaque postier se pose la question de savoir quelles sont les obligations de l’employeur durant ces conditions météorologiques particulières.

Le Code du travail ne définit pas de seuil précis de déclenchement de mesures réglementaires, mais l’employeur se doit « de préserver la santé physique et mentale de ces employés » (Art L4121-1). L’INRS rappelle que la santé des agents est mise en danger au-delà de 28°C pour un travail physique et de 30°C pour un travail sédentaire. Au-delà de 33°C, il est question de « risques graves ».

Pour cela des mesures exceptionnelles sont mises en place dans chaque branche de La Poste dont l’adaptation des organisations de travail (horaires, pauses, réductions d’objectifs, allégement de la charge, renouvellement de l’air…), la mise à disposition d’eau fraîche et de ventilateurs…

FO vous rappelle que vous pouvez exercer votre « droit de retrait » si vous estimez que votre activité professionnelle constitue un « danger grave et imminent » pour votre santé en alertant un de vos représentants aux CHSCT (Comité d’Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail). Ces derniers pourront déposer un droit d’alerte pour « danger grave et imminent ».

N’hésitez pas à vous rapprocher de vos représentants locaux FO pour de plus amples informations !

FO dénonce le changement de notre modèle social

Le 16 mai 2019, FO a apposé sa signature sur l’accord interprofessionnel sur les retraites complémentaires du privé AGIRC-ARRCO. Le point majeur de l’accord est d’assurer l’indexation des pensions sur l’inflation pour les quatre années à venir, tout en préservant l’équilibre et la stabilité du régime, pour les 13 millions de retraités concernés. Cette disposition rompt avec les quatre années de gel des pensions connus par les retraités.

Durant une rencontre autour de cet accord, le gouvernement et son Haut Commissaire à la réforme des retraites ont annoncé la possibilité de mettre en place le dispositif dit de bonus-malus dans le cadre de la future reforme des retraites, la retraite par points. FO a souligné son opposition à la retraite par points et au bonus-malus contraignant les salariés à travailler jusqu’à 63-64 ans. N’oublions pas que la retraite est un salaire différé, bâti tout au long d’une carrière, et que l’État ne doit en aucun cas décider de ce que chacun veut en faire !

FO réaffirme, et ce malgré la signature de cet accord, son opposition à la réforme de la retraite par points prévue en septembre, véritable régression économique et social. FO annonce déjà une mobilisation exemplaire le samedi 21 septembre 2019 à Paris.

FO réaffirme son opposition à la retraite à points

image retraiteFO continue à marteler son opposition au projet de réforme des retraites, projet destructeur de solidarité et fragilisant les plus faibles. Nous n’avions jamais connu cette situation de régression sociale depuis la seconde guerre mondiale.

Chaque salarié peut prétendre à un moment à la retraite. Aujourd’hui, tous les salariés cotisent ce qui leur donne des droits : santé, retraite, CAF, solidarité… Les années cumulées dans le monde du travail permettent à chaque salarié de partir avec un certain revenu mensuel. Il s’agit en quelque sorte d’une tirelire. Demain, avec ce projet de retraites à points, les salariés n’auront plus de droit. Quid du remboursement des soins et de la prise en charge pour les plus démunis. Nous allons tous perdre nos acquis sociaux!

Dans ce nouveau projet, le travail se retrouve budgétiser et les salaires les plus bas verront leur départ en retraite s’éloigner. La vraie question est de savoir avec quel montant chacun partira, d’autant plus qu’à La Poste, nombreux sont les salaires bas !

FO s’est adressée par [courrier au Haut-commissaire à la réforme des retraites], Monsieur Jean-Paul Delevoye, rappelant ses revendications et ses conclusions néfastes de la mise en application de ce système à points et l’informant de la suspension de la participation de FO aux négociations en cours.

FO ne peut et ne veut en aucun cas cautionner une réforme décidée sans négociations. FO continue et continuera à s’opposer à cette réforme des retraites, véritable régression de nos acquis sociaux.