Diversité

Égalité Femmes/Hommes : pourquoi doit-on encore en parler ?

en dépit des lois multiples sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, nous nous rendons compte que les femmes sont, encore et toujours, moins bien payées. En France, 83% des 33,8 millions de femmes, âgées de 25 à 49 ans travaillent. Même si le principe de l’égalité salariale figure dans le Code du travail depuis 1972, les femmes gagnent toujours 25% de moins que les hommes pour un poste égal, tous secteurs d’activité confondus, et 37% de moins à la retraite. Le quotidien des femmes est toujours marqué par les inégalités salariales, la précarité et les violences sexistes et sexuelles.
l’égalité professionnelle est le thème fort de la Journée Internationale pour les Droits des Femmes qui s’est déroulée le 8 mars 2019. Depuis 1911, les femmes du monde entier ont une journée commune annuelle afin de faire entendre leurs voix. Le 8 mars est reconnu, en 1977, comme une des 87 journées internationales par l’ONU. De tout temps, les femmes se battent pour plus de droits et d’égalité. Cette journée est la journée de leur lutte.
ce combat, fo le partage et revendique depuis toujours l’égalité de rémunération, ainsi que la garantie de la dignité et de la liberté des travailleurs quel que soit leur sexe. C’est pourquoi FO réclame depuis des années une obligation de résultat de l’employeur plutôt qu’une obligation de moyens. La loi de septembre 2018 sur l’avenir professionnel entérine cette demande. Les entreprises devront établir annuellement leur note en utilisant le barème de l’Index Égalité. Les entreprises bénéficieront de trois ans afin de corriger les écarts constatés entre les femmes et les hommes, sous peine de pénalité financière. FO est satisfaite de cette avancée malgré un manquement au niveau des pénalités qui devraient être systématiques.
focom a toujours défendu l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes au sein de La Poste et d’Orange. À La Poste, le troisième accord « Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes», signé par FO le 3 juillet 2015, a été prorogé d’une année. FOCom a obtenu de nouvelles mesures dans cet accord, notamment sur la parentalité, la lutte contre le sexisme et les stéréotypes, le respect du temps de travail et de l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle. Chez Orange, FOCom joue un rôle prépondérant dans les négociations des accords sur le sujet, notamment en termes de rémunération, de carrière et de recrutements.
force est de constater que le sujet sur lequel ces deux entreprises évoluent peu reste le temps partiel. En effet, les femmes sont plus souvent contraintes de prendre un temps partiel. Ce temps réduit au sein de l’entreprise leur permet de gérer plus facilement leur travail et la vie de famille, mais leur permet également des dépenses moindres en matière de frais de garde, ces derniers restant très élevés malgré les aides financières des entreprises.
aujourd’hui, nous déplorons trop souvent que l’entreprise demande aux agents en temps partiel les mêmes résultats qu’aux agents en temps plein. Comment réaliser 100% des résultats en 80% de temps de travail ? Cette pression se ressent sur toutes les femmes en temps partiel. Il est inadmissible que le monde moderne contraigne encore plus les femmes pour l’unique raison qu’elles demandent à accéder au monde du travail.
Il est du devoir des entreprises et de la société de trouver un équilibre entre ces deux vies qui aujourd’hui s’opposent au lieu de s’équilibrer. C’est notamment en ce sens que FOCom revendique systématiquement la prise en charge par les entreprises des cotisations de retraite des temps partiels, comme elles le font pour les TPAS/TPS. Il est tout autant inadmissible que les femmes soient victimes financièrement des choix durant leur carrière. Sachant que les femmes sont majoritaires parmi les bas salaires, FO revendique l’augmentation de ceux-ci. Dans la Fonction publique, les femmes représentent 62% des personnels. Il est donc plus que nécessaire de revaloriser leur point d’indice.
Afin de permettre aux femmes d’évoluer professionnellement, pour FO, augmenter l’indemnisation du congé parental au niveau de l’arrêt maladie pour permettre une parentalité partagée serait une solution, à laquelle pourrait s’associer un allongement du congé paternité à au moins un mois et le rendre obligatoire. Chaque entreprise devrait soulager ses agents en investissant massivement dans les services publics pour garantir le droit à une place d’accueil pour chaque enfant.
cette journée du 8 mars est également l’occasion de rendre hommage aux femmes victimes de violences. Elles en sont victimes quotidiennement partout dans le monde, au travail, dans le milieu conjugal et dans la rue. Les chiffres des violences faites aux femmes sont en hausse : + 22% en 2018. Plus qu’un symbole, l’égalité constitue plus que jamais une PRIORITÉ. Sans cette égalité, il ne saurait y avoir de justice sociale. Et comme le disait si bien Rosa Luxembourg : «Celui qui ne bouge pas ne sent pas ses chaînes ». Alors, toutes et tous, en mouvement !


Une note pour lutter contre les inégalités entre les femmes et hommes
Parmi les mesures phares de la « loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel » du 5 septembre 2018, figure un index de l’égalité salariale que doivent mettre en œuvre les entreprises de plus de 1 000 salariés. Celles qui auront obtenu moins de 75 points devant mettre en place des actions correctives avant le 1er mars 2022 pour redresser les écarts sous peine de sanctions pouvant aller jusqu’à 1 % de la masse salariale.
Lors de la présentation de cette grille de notation par le Gouvernement, FO avait considéré que la démarche constituait une avancée tout en relevant les « failles » du système de notation retenu. Sur une échelle de 100 points, l’absence totale d’écart salarial en rapporte 40, l’égalité devant les augmentations annuelles = 20 points, l’absence d’écart dans les promotions = 15 points, les mises à niveau de salaire au retour du congé maternité = 15 points, la présence des femmes parmi les plus hautes rémunérations = 10 points. Ce qui fait qu’une entreprise peut obtenir une « bonne note » tout en maintenant des écarts de salaires.
Orange a obtenu 94 points. Pour l’instant, c’est une des meilleures notes parmi les grandes entreprises qui devaient communiquer la leur à partir du 1er mars. FOCom est curieuse de connaître le mode de calcul de celle d’Orange…

stop-violence

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES :
IL FAUT QUE CELA CESSE!

Malgré les années, les annonces, les actions, les femmes demeurent particulièrement victimes de violences sexistes et sexuelles, y compris sur le lieu de travail. Les chiffres sont sans appel. Parmi les femmes salariées: 82 % ont été victimes d’agissements sexistes ou sexuels, 20 % de harcèlement sexuel au travail, 4,7 % de viols au travail (seuls 5% des cas sont portés devant la justice).
Pour FO, ces violences sont inacceptables, et portent gravement atteinte à la santé physique et mentale des victimes. Plus largement ces attaques à la dignité et à l’intégrité physique sont autant d’obstacles à l’égalité.
FO agit donc au quotidien aux niveaux national et international pour développer une politique globale de lutte contre l’ensemble des violences.
C’est pourquoi Force Ouvrière revendique et défend l’adoption d’une convention contre les violences et le harcèlement au travail par l’Organisation Internationale du Travail, lors de son centenaire en 2019. FO souhaite également la mise en place de véritables mesures de prévention et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles au travail, mais aussi d’accompagnement et de protection des victimes tout au long de leur parcours dès le signalement. Enfin, il faut que les moyens des institutions représentatives du personnel soient renforcés pour exercer leurs missions et prérogatives contre les violences sexistes et sexuelles. Pour Force Ouvrière, la lutte contre les violences faites aux femmes sur le lieu de travail est une nécessité pour aboutir à l’égalité professionnelle.

Le rôle méconnu de FO en matière de handicap

Le 18 décembre 2018 s’est tenu la 19ème journée FO « Travail et Handicap » à la confédération FO. Trois cent cinquante participants ont assisté à cette conférence dont le sujet était « L’action du syndicat en faveur de l’emploi des travailleurs en situation de handicap ». Plus d’une vingtaine d’intervenants, militants FO, professionnels et acteurs institutionnels se sont exprimés à la tribune afin de témoigner ou de présenter leurs actions en matière d’emplois.

Le rôle du syndicat est méconnu en matière de handicap. Vos représentants FO accompagnent et défendent les salariés en situation de handicap pour le maintien dans l’emploi, le reclassement, l’inaptitude, et mènent des actions de prévention et d’amélioration des conditions de travail en CHSCT (Comité d’Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail).

A La Poste, FO est signataire de l’accord Handicap qui protège les postiers en situation de handicap.

Un grand pas pour les personnes en situation de handicap

Le décret n° 2018-1222 du 24 décembre 2018* permet l’allongement de la durée maximale d’attribution de certains droits pour les personnes handicapées ainsi que leur attribution sans limitation de durée pour les personnes dont le handicap est irréversible.

Dès le 27 décembre 2018, la durée maximale de validité des décisions de la CDAPH (commission des droits et de l’autonomie) augmente de 5 à 10 ans (sauf spécification contraire).

A partir du 1er janvier 2019, sont attribuées sans limitation de durée à toute personne qui présente un taux d’incapacité permanente d’au moins 80 % et dont les limitations d’activité ne sont pas susceptibles d’évolution favorable, la CMI « invalidité » (Carte Mobilité Inclusion), l’AAH1 (Allocation aux Adultes Handicapés et l’ACTP (Allocation Compensatrice pour Tierce Personne).
En cas de droits multiples attribués par la CDAPH, l’ensemble de ces droits devra être attribué pour la durée la plus longue, sauf cas particulier.

À partir du 1er janvier 2020, la RQTH et l’orientation vers le marché du travail sont attribuées sans limitation de durée à toute personne qui présente une altération définitive d’une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale, cognitive ou psychique qui réduit ses possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi.

FO se félicite de ces mesures qui vont mettre fin à l’obligation pour les personnes handicapées de justifier sans cesse de leur situation de handicap pour accéder à leurs droits.
Pour autant, la durée des droits « rallongée » ne doit pas empêcher les personnes de saisir la MDPH lors de tout changement de situation.

N’hésitez pas à vous rapprocher de vos représentants FO pour de plus amples renseignements !

* https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2018/12/24/SSAA1832060D/jo/texte/fr

« Journée Nationale Travail et Handicap »

Force Ouvrière organise sa 19ème « Journée Nationale Travail et Handicap » le mardi 18 décembre. Cette journée est axée sur l’action du syndicat en faveur des travailleurs en situation de handicap. Différents sujets y seront étudiés comme l’accompagnement et la défense des salariés handicapés ou qui le deviennent (maintien dans l’emploi, reclassement, inaptitude, retraite, modalités de travail …) ainsi que le rôle des IRP notamment l’action en SSCT : prévention des situations de handicap, amélioration des conditions de travail, avis sur les reclassements …

Les négociations sur le sujet spécifique y seront abordées, mais aussi la prise en compte de cette thématique dans toutes les autres négociations (GPEC, formation, congés, actions sociales et culturelles …)

Cette journée permettra aussi de parler du rôle de FO dans la progression du sujet du handicap dans les entreprises et dans tous les endroits où le syndicat est présent : dans les instances dédiées (CDAPH, CDCA, PRITH) mais aussi dans les instances qui doivent intégrer cette thématique de manière naturelle (CREFOP).

La parole est donnée aux militants qui viendront témoigner ou présenter leurs différentes actions sur le sujet.

Postier.e.s « aidant.e.s », un nouvel accord pour vous rendre plus FOrt.e.s

Il était urgent d’offrir une aide plus concrète à celles et ceux d’entre nous qui consacrent une grande partie de leur existence à aider un proche dans la difficulté.

FO, dans le cadre de ce premier accord, n’a eu de cesse de revendiquer de nouveaux droits pour les Postières et Postiers aidants. Nos arguments, notre détermination ont permis d’obtenir les avancées suivantes… :

[Télécharger]