Rémunération

Rémunération : Politique salariale à La Poste

Rémunération

Un mille feuilles de plus en plus opaque…

La politique de rémunération reste un outil privilégié pour motiver et fidéliser les salariés d’une entreprise : c’est le discours de l’entreprise.

Pour FO, une politique salariale digne de ce nom doit donner du sens au travail, récompenser l’engagement et reconnaître les compétences mises au service de l’entreprise. Du sens, de la reconnaissance ? Qu’en est-il à La Poste ?

Travailler plus pour gagner plus… ou moins ?

Les managers sont confrontés à une équation de plus en plus complexe : l’obsession comptable de toujours « dépenser moins » a pris le pas sur le « savoir investir » et le « donner du sens ». Tout le personnel en fait les frais.

Ainsi, depuis plusieurs années, les principes qui définissent notre politique salariale ont perverti un système désormais opaque qui rend possible des revalorisations salariales inférieures à l’inflation malgré une surperformance et des objectifs atteints !

Ce type d’exemple n’est pas un cas isolé et beaucoup en font les frais. Car les « garde-fous » réglementaires sont systématiquement supprimés par la DRH dont la doctrine est un monde avec le moins de règles possibles, sans repères…

Le repère ce serait « l’ancien monde », la modernité ce serait l’absence de règles, de recours, le fait du prince en quelque sorte.

Ce phénomène est accentué par une volonté affichée de donner beaucoup à quelques-uns et à gérer la disette pour le plus grand nombre (qui fait pourtant tourner la boutique).

Ainsi les écarts se creusent tant au niveau des rémunérations fixes que variables. Cette politique des « premiers de la classe » dévalorise les « premiers de corvée ». Elle est clivante et assumée. Elle pose question.

Alors revenons ensemble sur ce mille feuilles que constitue la politique salariale de La Poste et tentons de comprendre si nos salaires sont simplement le résultat d’une conjoncture défavorable ou bien d’une politique parfaitement réfléchie.

degel
Lire le tract : [Rémunération : Politique salariale à La Poste]

Prime d’intéressement: pas d’année blanche pour une année noire !

prime d’intéressementL’existence et le versement de la prime d’intéressement n’est possible qu’à travers un accord d’entreprise. Cette prime d’intéressement versée chaque année depuis 2010 n’a donc été possible que grâce aux organisations syndicales signataires dont FO Com. Ce qui a permis à chaque postière et postier, de percevoir sur cette période un montant global de 3264,57 euros. Avec des syndicats, qui n’engagent jamais leur signature, c’était Zéro.

Le déclenchement de cette prime est soumis à des indicateurs dont le résultat d’exploitation (REX). Il n’y a d’intéressement distribué que lorsque le REX est supérieur à 700 millions d’euros. Pour 2021, rien ne sera donc versé.

Mais qu’empêche La Poste de verser une prime en dehors du cadre de l’accord ? RIEN. Ceci serait d’autant plus légitime  pour reconnaître l’engagement et l’investissement des postières et postiers présents pendant la crise, pendant la Peak –Périod.

Qu’empêche La Poste d’être une entreprise socialement responsable ? RIEN non plus…

FO Com vient d’écrire au Président de La Poste [Lire la lettre] pour demander que le montant provisionné pour le versement de la prime d’intéressement 2021, soit redistribué sous forme de prime exceptionnelle à tous les postières et postiers concernés.

[Lire notre déclaration préalable du 25 février 2021]

NAO 2021
« Postiers, vous êtes des « héros » ! » Pourquoi exiger plus ?

NAO 2021

Gel des rémunérations, intéressement remis en cause, baisse des primes… La Poste compte sur les postiers pour amortir les conséquences économiques de la crise sanitaire.

INACCEPTABLE pour FO Com !

LE MOT D’ORDRE DE NOS DIRIGEANTS : FAIRE FACE À LA CRISE. Pour FO Com, la pandémie mondiale que nous traversons ne doit pas être un prétexte pour rogner sur les « salaires » et miser sur l’investisse-ment sans faille des postiers. La Poste doit enfin prendre conscience de la valeur de ses postiers.

[Lire notre tract]

Négociations annuelles obligatoires ( NAO ) à La Poste : quelle déception !

NAOAlors que les attentes en matière de rémunération sont fortes suite à l’investissement des postières et postiers lors de la crise sanitaire, nous ne pouvons être que déçus des propositions de La Poste lors de la réunion NAO du 26 janvier.

Concrètement, pas de 13ème mois, une menace sur l’intéressement, une enveloppe identique à 2020 pour le traitement des situations particulières (égalité salariale, familles monoparentales…), une proposition de revalorisation des salaires d’embauche pour les 1-2 et 1-3 (jusqu’à 6 ans d’ancienneté maximum pour les 1-2 et un an pour les 1-3), aucun abondement supplémentaire sur les placements PEG/PERCOL et au final une aumône de 0,2%…

FO Com s’insurge contre le manque de reconnaissance de la direction pour tous les postiers. Nous rappelons que les postières et postiers n’ont pas ménagé leurs efforts pendant cette crise sanitaire, ont permis à l’entreprise de réaliser ses missions de service public en maintenant les activités dites essentielles et ont ainsi permis de préserver l’image d’un Groupe socialement responsable. Plus que jamais, les agents ont été au rendez-vous pendant la «peak-period» et ont assuré le trafic colis sans les moyens pourtant exigés par FO Com et malgré des conditions de travail bien souvent dégradées.

 FO Com combat l’ubérisation de l’emploi et exige de vraies mesures salariales !