Actus

A quand le Conseil des postiers ?

Le souhait de nos dirigeants est de voir, à horizon 2025, La Banque Postale se hisser sur la 3e marche du podium de la satisfaction client.

Force est de constater, par le biais des écoutes clients à chaud comme à froid, que le chemin à parcourir semble encore long. La voix du client classe l’établissement à la dernière place en ce qui concerne les conditions d’accueil dans les bureaux de poste, l’accessibilité téléphonique ainsi que le traitement des réclamations.*

Face à ce constat, différentes pistes voient le jour. La nécessité d’écouter le client est devenue une évidence. Le 2 juin 2022 s’est réuni le premier conseil des clients de La Banque Postale. Composé d’une dizaine de personnes incarnant la diversité de la clientèle et des Français, ce conseil aura en charge de faire remonter les différentes attentes des clients, explorer leurs irritants ainsi que leur vision sur le travail de la banque. L’objectif sera alors de savoir prendre en compte ces avis afin d’améliorer l’expérience client.

Pour FO, rien ne vaut la parole directe du client. L’idée semble donc séduisante même si l’échantillon est réduit.

Dans le même esprit, il serait temps de prendre en compte le mécontentement des collaborateurs. Donc, à quand le Conseil des postiers ?

*d’après le Directeur de l’expérience client et de la qualité lors de la master class sur l’expérience client en octobre 2022

FO Com demande le versement de la « Prime Macron »

prime Macron

Toujours dans le cadre de la « clause de revoyure » acté dans l’accord NAO signé par FO Com et en lien avec l’évolution du coût de la vie, nous avons écrit à la Directrice des Ressources Humaines de La Poste afin d’obtenir une négociation pour le versement d’une Prime de Partage de la Valeur (PPV) communément appelée « Prime Macron ». (Lire le courrier à la DRH)

Cette prime serait un réel coup de pouce pour les postières et les postiers dont beaucoup sont dans une situation financière de plus en plus délicate.

Le pouvoir d’achat reste une priorité pour FO Com. Depuis le début de l’année, nous œuvrons en ce sens (revalorisation des salaires à 2 reprises, augmentation des indemnités kilométriques et de l’indemnité de transport pour l’utilisation du véhicule personnel, accord intéressement).

Pour autant, nous maintenons fermement nos revendications concernant le 13e mois ainsi qu’une augmentation substantielle de tous les salaires.

Les enfants de postiers profitent de vacances solidaires et aidées

vacances

Depuis 2001, pour les vacances, l’AVEA organise des séjours pour les enfants de 4 à 17 ans à des tarifs extrêmement préférentiels puisqu’ils incluent une aide du COGAS définit en fonction du Quotient Familial.

Par ailleurs, différentes prestations existent pour les vacances des enfants :

  • Participation aux frais de séjours des enfants accompagnés de leur parent ou d’un proche (maisons familiales, village de vacances, gîtes, location meublées et camping municipaux ou privés, etc…),
  • Aides financières pour les vacances des enfants QF (frais de séjour en centre de vacances, accueil de loisirs pendant les vacances, frais de séjour linguistique).

Voir Les barèmes 

Nouveau : depuis 2021, aucune limite d’âge ne s’applique pour les enfants en situation de handicap pour la prestation « séjours enfant accompagné » et la prestation « colonie de vacances » adaptés aux jeunes adultes en situation de handicap. Pour cette dernière prestation, les postiers parents perçoivent le montant d’aide le plus élevé quel que soit leur QF.

Par ailleurs, le COGAS participe aux frais de séjour en centres de vacances spécialisés pour handicapés à hauteur de 30 /jour dans la limite de 45 jours/an/enfant, sans conditions de ressources.

FO Com insiste sur l’exigence d’augmenter les budgets dédiés aux offres vacances afin que les postiers bénéficient d’une meilleure aide. Cette mesure permettra sans nul doute d’accroître le nombre de postiers partant en vacances.

Pour connaître votre tranche de Quotient Familial, cliquez ici

Emploi : Un peu de calcul…

EmploiEffectifs et mouvements : le compte est bon (pour La Poste)

Le bilan social 2021 faisait état d’un effectif total de 176 866 postières et postiers mais, en réalité, si on enlève les TPAS, les agents en longue maladie, etc… on comptabilise 134 727 personnels permanents dont 73 165 femmes.

Une fois qu’on a dit cela, on regarde les tableaux d’un peu plus près : 5 449 embauches en CDI pour 11 957 départs !

La Poste est une entreprise qui se porte bien, et même très bien lorsqu’on regarde les résultats financiers de ce premier semestre 2022. Certes, la finance, ce n’est pas uniquement les activités propres à l’entreprise mais aussi de judicieuses écritures comptables.

En résumé, selon La Poste : baisse de trafic au courrier, baisse de fréquentation dans les bureaux de poste, concurrence de plus en plus acérée, compétitivité à revoir : Il faut baisser les effectifs ! Certes, mais il ne faut pas faire n’importe quoi : On ne remplace qu’un 1 postier pour 2 départs, on mutualise, on presse, on agrandit les périmètres d’intervention, les tournées, on réduit les créneaux horaires d’ouverture. Aucune surprise donc de retrouver de nombreux personnels en burn-out ou en inaptitude.

Tiens, l’inaptitude, parlons-en ! 525 licenciements pour inaptitude ! Mais combien le sont devenus du fait de conditions de travail déplorables ?

686 licenciements pour discipline ! Là aussi, une recrudescence à peine voilée de la part de La Poste. Les CAP/CCP sont-ils devenus un outil RH afin de réguler les effectifs ?

FO Com dénonce fermement la politique de gestion des effectifs. Bien que les profits d’une entreprise soient essentiels à la survie de celle-ci et donc de ses salariés, ces derniers étant les principaux acteurs de cette réussite, ils doivent être les principaux bénéficiaires de ces résultats. Par des augmentations réelles et substantielles de salaire mais aussi par une amélioration des conditions de travail.