Actus

Épargne salariale : des évolutions à venir

Épargne salarialeEn 2006, La Poste signait avec cinq organisations syndicales dont FO les accords relatifs à l’Épargne Salariale. Deux dispositifs existent :

    • Le Plan d’Épargne Entreprise dont les fonds sont disponibles au bout de 5 ans.
    • Le Plan d’Épargne Retraite Collectif dont les fonds sont disponibles à la retraite.

Le législateur a cependant prévu des cas de déblocages anticipés sur les deux dispositifs.

Les sommes versées sont investies sur des supports de placement : Fonds Communs de Placement d’Entreprise avec des profils de risque et donc des potentiels de performance différents. La gestion peut être libre (au choix de l’épargnant) ou pilotée (clé en main en fonction d’un profil déterminé). L’ensemble des FCPE sont dédiés. Ils ne sont construits que pour le dispositif d’Épargne Salariale de La Poste et donc uniquement accessibles aux postiers éligibles à ce dispositif. Aujourd’hui, il en existe six.

Depuis quelques années, le Conseil de Surveillance* dont FO fait partie, interpelle La Poste sur la nécessité de faire évoluer l’Épargne Salariale.  En effet, un besoin de diversification sur les thématiques mais également sur la géographie nous a semblé nécessaire mais sans amener plus de complexité, donc en conservant le nombre de six FCPE. Les pistes explorées aujourd’hui sont :

    • Diversification Petite et Moyenne Entreprise avec une approche multi-thématique et en soutien à l’économie locale
    • Diversification Monde
    • Nouveau fonds multi-thématiques durables
    • Réflexion sur l’absorption de « La Poste ISR Allocation Flexible »
    • Modification des grilles de la gestion  pilotée

Le prochain Conseil de Surveillance prévu en juin devrait prendre position sur ces différents sujets. Si vous souhaitez plus de précisions, n’hésitez pas à vous rapprocher des correspondants locaux FO Com qui vous communiqueront les coordonnées des membres du Conseil de Surveillance FO Com.

*Conseil de Surveillance : représentants des salariés porteurs de parts (issus des organisations syndicales signataires des accords) et représentants des employeurs du Groupe La Poste.

BSCC : fais pas ci, fais pas ça, ou le contraire

Les injonctions contradictoires deviennent récurrentes à La Poste. Dernier exemple en date : la gestion des « ponts du mois de mai ». En effet, FO Com a constaté, çà et là, des organisations spécifiques permettant à certains agents de bénéficier de jours de repos supplémentaires. Mais là où le bât blesse, c’est qu’en fonction du territoire, les options retenues sont déclinées très aléatoirement : Lundi bleu, sectorisation, pose de congés, de RC, etc.

Face à ce constat, les représentants locaux de FO Com, se rapprochant  de leurs Directions, se voient répondre, la main sur le cœur : « ce n’est pas de notre initiative, cela émane du national ! ». Du coup et afin d’obtenir des éclaircissements sur ces décisions, FO Com se rapproche de la Branche et obtient la réponse suivante : « Il s’agit d’initiatives locales ! ».

Pour FO Com, il ne fait aucun doute que même si la BSCC n’a pas imposé ce type d’organisation, celle-ci a sauté sur l’occasion pour mettre un bon coup de pression aux territoires pour diminuer ce qu’elle nomme la dette sociale.

Voilà donc le meilleur moyen de laisser le doute s’installer et de laisser FO Com dans l’expectative. La BSCC n’en est pas à son premier coup d’essai en la matière.

Avec cette méthode rien de surprenant que le dialogue social tant dans certains territoires qu’au niveau national soit inopérant. C’est pourquoi, FO Com exige de la BSCC des résolutions claires et factuelles afin de proposer un dialogue social cohérent, loyal et constructif.

Logement : Ne passez pas à côté des aides !

Pour faire valoir ses droits, il faut d’abord les connaître !

Pour FO Com, la promotion des aides et prestations par La Poste est donc essentielle. Suite à l’Accord Logement 2020, signé par FO Com, La Poste s’était engagée à renforcer la communication autour du logement et a finalement ouvert le site monagencelogement.

Le soutien aux postiers en matière de logement est multiple : aide à la recherche d’un logement, aide à la mobilité, à la recherche d’un logement social ou d’un hébergement temporaire, aides financières etc…

 Notez bien : Au-delà de l’accompagnement à l’accès aux seuls logements sociaux et pour pallier le manque de logement social en France, La Poste développe aujourd’hui aussi l’accès des postiers au logement intermédiaire afin d’offrir plus d’opportunités.

 Le saviez-vous ? Il existe des aides au logement pour les postiers débutants. Propriétaire ou locataire, selon votre grade et votre lieu de résidence, il faut formuler votre demande d’aide dans les 24 mois suivant votre embauche en CDI à La Poste. Vous voulez effectuer une demande ? Pour retrouver le formulaire qui correspond à votre situation, rendez-vous dans le menu « Aides financières et mobilité », rubrique « Les aides aux logement ».

N’attendez plus, faites valoir vos droits ! Pour toute question, n’hésitez pas à vous rapprocher de FO Com: social.focom@fo-communication.fr

L’accord logement signé en 2020 a été renouvelé deux fois par avenant. Il doit être aujourd’hui renégocier en 2024. FO défendra comme toujours les intérêts des postiers en matière de logement : développement des moyens et de l’information aux postiers !

InFO RH : l’ indemnité de congés payés (ICP)

indemnité de congés payésL’ indemnité de congés payés (ICP) concerne les agents contractuels. Elle est individuelle. Son montant varie chaque année selon les agents concernés. Il résulte d’une comparaison entre le salaire moyen et le salaire théorique que l’agent aurait perçu pendant la période de congés s’il avait continué à travailler (salaire maintenu). Pour le calcul, le Code du Travail décrit 2 méthodes. Après comparaison, c’est la plus favorable qui est appliquée au salarié.

  • La règle du maintien de salaire : l’employeur verse au salarié durant ses congés un salaire identique à celui qu’il aurait perçu s’il avait travaillé durant cette période. Cette règle est en général plus avantageuse lorsque le salarié est récemment passé du temps partiel au temps plein ou a récemment obtenu une augmentation.
  • La règle dite du « dixième » : l’employeur verse une indemnité égale à un dixième de la totalité des sommes brutes perçues par le salarié durant la période de référence. Tous les éléments de rémunération doivent être pris en compte dans ce calcul : salaire brut, commissionnement, primes, heures supplémentaires… Sont exclus : les remboursements de frais et les primes exceptionnelles collectives.

A La Poste ? la comparaison s’effectue une seule fois, globalement, lorsque les salariés ont épuisé la totalité de leurs congés. La régularisation de cette indemnité (ICP) est versée sur la paie du mois de mai.