Actus

Élections législatives : Distribution des plis électoraux

plis électorauxLes élections législatives se dérouleront les 12 et 19 juin 2022. Il nous semble utile de rappeler quelques modalités concernant la distribution des plis électoraux :

  • Les postiers sollicités un jour de repos seront payés en heures supplémentaires (paiement ou RC conformément à la réglementation, au choix de l’agent).
  • Les postiers sollicités un jour de repos pour la distribution des plis du second tour de scrutin, qu’il s’agisse du jeudi, du vendredi ou du samedi, bénéficieront d’une prime forfaitaire de 15 € brut/jour.
  • Une attention toute particulière sera apportée à l’organisation du travail les lundis qui suivront les dimanches de scrutin.
  • Il n’y aura pas de déploiement de réorganisations durant la semaine précédant chaque scrutin.
  • Les élections pourront être l’occasion d’organiser des moments de convivialité à la main des managers.

Pour FO Com et au vu des efforts fournis par les agents de la BSCC, ces mesures restent très insuffisantes.

La Poste reconduit l’Accord social relatif à l’indemnisation des postiers éloignés de leur activité en raison du COVID-19

La Poste a réuni les organisations syndicales le 30 mai pour leur présenter les modalités de reconduction du dispositif d’activité partielle pour les salariés ou d’ASA éviction pour les fonctionnaires.

Bilan temporaire (incomplet car tous les chiffres ne sont pas arrivés) arrêté au 27 mai :

    • 142 salariés en activité partielle pour vulnérabilité
    • 98 fonctionnaires en ASA éviction pour vulnérabilité
    • 13 salariés en activité partielle pour garde d’enfants
    • 0 fonctionnaire en ASA éviction pour garde d’enfants

La baisse du nombre de salariés en activité partielle et de fonctionnaires en ASA éviction pour garde d’enfant se poursuit.

L’accord est reconduit dans les mêmes termes que le mois dernier. FO Com reste vigilante à toute évolution de la pandémie et aux mesures gouvernementales.

AVEA La Poste : Cet été des colonies de vacances pour les 4/17 ans

Depuis 2001, AVEA La Poste offre aux enfants âgés de 4 à 17 ans des séjours en France et à l’étranger lors de toutes les vacances scolaires. Partenaire exclusif de La Poste, l’AVEA fait vivre des vacances de rêve chaque année plus de 9 000 enfants autour de thématiques variées (séjours culturels, sportifs, linguistiques, animaliers, itinérants…).

À la mer, à la montagne, à la campagne, chaque séjour est fondé sur un projet éducatif fort, visant à permettre le développement de l’enfant.

Quelques exemples de séjours :

  • Tous à l’eau, à Narbonne-Plage (Occitanie)Séjours ouverts aux 4/7 ans, 11 jours (tout inclus) dès 166€. Le plus du séjour : immersion dans l’univers marin. Pour en savoir plus : https://bit.ly/3MU0W55
  • Embarquement immédiat, à Chamarande (Île-de-France)Séjours ouverts aux 8/14 ans, 11 jours (tout inclus) dès 220€. Le plus du séjour : chacun prend place à bord de l’avion pour un vol d’initiation de 30 minutes. Pour en savoir plus : https://bit.ly/3EToiVz
  • Terres des dieux et des mythes, Grèce (Europe). Séjours ouverts aux 15/17 ans, 20 jours (tout inclus) dès 567€. Le plus du séjour : découverte de Santorin, Paros et Naxos, îles incontournables des Cyclades. Pour en savoir plus : https://bit.ly/37Jh6iN

Et encore plus de séjours estivaux à découvrir sur le site www.avea-vacances.fr . Cet été, offrez à votre enfant une parenthèse enchantée.

Le saviez-vous ?

Grâce à une participation de La Poste, vous pouvez bénéficier en tant que postiers, de tarifs attractifs toute l’année(jusqu’à 85% du coût du séjour de votre enfant). Profitez également, d’une remise fratries à hauteur de -5% dès l’inscription de 2 à 3 enfants et de -10% dès l’inscription du 4ème enfant.

Inflation, pouvoir d’achat : Et les cadres dans tout ça ?

pouvoir d'achat des cadres

Les notifications des parts variables et des revalorisations salariales annuelles viennent d’être remises aux cadres. Dans ce contexte, vos appels et vos interrogations nous confirment que la question du pouvoir d’achat restent au centre des préoccupations de tout l’encadrement.

Les prix continuent en effet d’augmenter et, au mois d’avril, l’inflation a, selon l’INSEE, atteint 4,8 % sur un an. Toujours selon l’INSEE, ce niveau est historique en France depuis près de 37 ans.

Alors que de nombreuses mesures concentrées logiquement sur les plus vulnérables visent à amortir ce choc économique, la question du pouvoir d’achat des cadres devient, elle aussi, majeure. Contrairement aux idées reçues, tous les cadres n’ont pas de gros salaires, loin s’en faut. Tous ont des charges fixes, des prêts à rembourser, des coûts de transports à payer, des fins de mois à boucler … Personne n’est donc épargné, même les cadres seniors qui doivent aussi très souvent financer les études de leurs enfants, voire la dépendance de leurs parents.

FO s’inquiète du choix de La Poste de mettre en œuvre une répartition des revalorisations de plus en plus « individualisée », parfois à l’excès : derrière cet élément de langage se cache en réalité la volonté d’une répartition des revalorisations plus discriminantes : plus d’augmentation pour un petit nombre pour moins d’augmentation pour les autres… Ces consignes « d’arbitrage  discriminant » sont désormais connues de tous, mais ne sont pas réellement assumées par La Poste qui n’en parle pas dans l’accord NAO 2022.

FO alerte sur les conséquences de cette orientation qui, sans le dire, pénalise structurellement les cadres séniors et multiplie les situations de cadres performants se voyant attribuer des revalorisations inférieures à l’inflation.

Dans l’accord 2022 sur les Négociations Annuelles Obligatoires, il est prévu dans l’article 13, une « clause de revoyure » : « en cas d’évolutions majeures, une commission de suivi spécifique sera réunie à la demande d’une partie signataire à compter du second semestre 2022. ». Forts de cette revendication portée par FO, nous avons exigé une commission de suivi exceptionnelle et la transparence sur la réalité des revalorisations mises en œuvre en 2022 en intégrant des critères tels que le sexe, l’âge, les métiers, le temps partiel, le télétravail et l’appréciation.

Les représentants FO porteront, lors des prochaines rencontres avec La Poste, la question du pouvoir d’achat des cadres.