Actualités

Actus

Vente de quartiers : le bon sens est-il aux abonnés absents ?

Vente de quartiersLa notion de titulaire de quartiers est historiquement un des piliers de l’organisation du métier de facteur. Elle permet de garantir une relation de confiance avec la population, elle est une des garanties de la qualité de service public postal, elle assure au facteur des conditions de travail stables via une parfaite connaissance de sa tournée.

En prenant prétexte de la pandémie pour geler la vente de quartiers de mars 2020, La Poste joue contre son camp, contre les agents de la distribution, et contre ses intérêts futurs (lancement de nouveaux services). Elle fragilise la confiance de la population, car cette confiance passe d’abord par le lien quotidien établi avec le facteur !

FO Com n’a cessé, par de multiples interventions, de demander le retour des ventes de quartier. Mais La Poste s’entête et semble décidée à faire disparaitre la notion de titulaire de quartier notamment le samedi, en attendant la suite…

Pour FO Com, ceci est inacceptable et exige : 1 tournée  = 1 titulaire du lundi au samedi.

Mutualisation des portefeuilles bancaires : FO Com tire la sonnette d’alarme !

portefeuillesLe siphonnage des portefeuilles clients « les plus à potentiel » inquiète à juste titre un grand nombre de conseillers financiers III-1. En effet en cette fin d’été, la dernière étape de la segmentation des portefeuilles permet le transfert des derniers clients à enjeu dans les portefeuilles des conseillers clientèles.

Pour FO Com, il est évident que La Poste prépare la généralisation de cette  expérimentation pourtant à peine entamée et dénommée « prise en charge des clientèles bancaires grand public » ou encore « mutualisation des portefeuilles ».

Quatorze bureaux et un centre financier sont concernés.

L’objectif serait de permettre à tout client souhaitant joindre un conseiller financier d’y parvenir aisément. Si pour FO Com, la solution la plus évidente reste de mettre les moyens humains nécessaires pour faciliter la mise en relation, pour La Poste, la solution réside dans la création d’un portefeuille commun, dans lequel pourront puiser les conseillers financiers III-1 du bureau, les gestionnaires de clientèle SF et les chargés de développement du Centre Financier. Une organisation spécifique par secteur, pilotée par le directeur, sera évidemment nécessaire pour assurer l’astreinte d’un agent à côté du téléphone.

Alors que les retours d’expérimentation sont prévus fin d’année, certains managers sont déjà tentés de s’approprier le concept ! C’est sans compter sur notre vigilance…

Face au silence de La Poste, FO Com entend également animer le débat concernant la reconnaissance financière et le parcours professionnel des personnels impliqués.

Pour plus d’information sur ce sujet, n’hésitez pas à consulter le prochain Coba Libre.

Télétravail : l’urgence est à la négociation !

télétravailDès le mois de juin, FO Com a sollicité La Poste dans le cadre de la renégociation de l’accord télétravail. Et pour cause… La crise sanitaire a fait voler en éclats le cadre du télétravail, ainsi aujourd’hui on parle de travail à distance et La Poste s’exonère du respect de l’accord du 27 juillet 2018.

Trois mois après les premiers échanges, la DRH Groupe continue de trainer les pieds préférant sans doute la mise en place informelle d’un « télétravail gris » où chaque manager apporte ses propres réponses, résultat de tractations qui peuvent à l’occasion rappeler celles des maquignons d’autrefois !

FO Com dénonce ce « laisser faire », il est inadmissible que les demandes de télétravail soient traitées (quand elles le sont !) différemment d’un établissement à l’autre !

Il est urgent de revenir à un cadre protecteur avec des règles claires pour les nouveaux télétravailleurs et leurs managers, c’est pourquoi,  nous avons formellement demandé à la DRH de La Poste la tenue d’une première bilatérale dans les tous prochains jours.

Externalisation de l’informatique postale : FO écrit au ministre

externalisationEn pleine crise du COVID, alors que l’économie française souffre d’une baisse importante de l’activité, La Poste poursuit ses actions d’ externalisation de pan entier de ses activités. FO Com ne cesse d’agir pour s’opposer à ces projets qui sont à l’origine de la baisse constante des effectifs d’informaticiens postiers, mais aussi la perte d’emplois en France de nos propres sous traitants, au profit de pays moins disant au niveau social notamment au Maroc et en Inde. Nous avons déjà interpellé le président de La Poste à ce sujet en juillet 2020 [à lire ici]

Il s’agissait pour FO de réagir à ce véritable dumping social visant la mise en concurrence des conditions de travail et de rémunération des postiers, avec des pratiques salariales et sociales de pays peu préoccupés des conditions d’existence de leurs travailleurs. Et pourtant, La Poste se devrait de prendre soin de sa politique affichée de responsabilité sociale et environnementale en mettant un peu de cohérence avec ses choix économiques.

La réponse du 9 juillet 2020 du Président Wahl par l’intermédiaire de Mme Decaux, DRH du Groupe La Poste est décevante : [lire la réponse ici]

Aucune réelle réponse au contenu de notre demande ! Oubliés les beaux discours sur la solidarité nationale dès lors qu’il y a quelques intérêts (financiers) à les transgresser. La DRH ne réagit en rien à nos préoccupations pourtant clairement énoncées et ne remet donc nullement en cause la politique de sourcing offshore de La Poste. Bien que la Caisse des Dépôts et Consignations ainsi que l’État soient les deux seuls actionnaires de La Poste, la direction de l’entreprise publique n’entend pas faire sienne la politique gouvernementale de relocalisation d’activités sur le territoire national… Quel jeu de dupes !  Bref, le monde d’après ne s’annonce pas différent du monde d’avant, la preuve : à peine sortie du confinement, La Poste n’a pas hésité à signer un autre contrat de prestations pour envoyer de l’activité en Pologne !

FO ne lâche rien et a décidé d’interpeller désormais le ministre de l’économie : M. Bruno Lemaire. [Lire la lettre au Ministre]