Actualités

Actus

La Poste : première  » Entreprise publique à mission ”

Entreprise publique à missionLa loi PACTE (loi relative à la croissance et à la transformation des entreprises) du 22 mai 2019 a consacré dans le Code civil et le Code du commerce la notion d’intérêt social de l’entreprise.

Deux années après son vote, elle fait aujourd’hui de La Poste la première entreprise publique française à détenir la qualité “d’entreprise à mission”. La finalité d’une entreprise à mission consiste à concilier la recherche de performance économique avec sa contribution à l’intérêt général. Ainsi, ces deux notions, l’une commerciale et l’autre sociétale, que l’on oppose généralement en raison de leur nature nativement divergente, ont désormais vocation à former un duo équilibré. Ce duo articule l’économie de marché avec le développement durable et vise à créer le socle de l’économie responsable, ce qui n’est pas sans impact sur la gouvernance de l’entreprise.

Si le pari est ambitieux, il n’en demeure pas moins que les postières et les postiers seront appelés à tout mettre en œuvre pour le gagner. Car, en cas d’échec, il est prévu une procédure de retrait de la qualité “d’entreprise à mission”. En clair, tout autre chemin que celui du succès conduirait à laisser à d’autres le soin de combler à terme tous les manquements de l’entreprise.

Certains verront dans ce nouveau statut le mariage de la carpe et du lapin, quand d’autres y trouveront une très belle opportunité pour La Poste d’inscrire dans le marbre les missions de service public dont elle assume pleinement la charge depuis des générations (service universel de la distribution de la presse et de la distribution du courrier 6J/7, accessibilité bancaire, aménagement du territoire).

Et pour rappel, le plan stratégique “La Poste 2030, engagée pour vous”, présenté au Conseil d’Administration du 26 février dernier, intègre quatre engagements qui sont :

  • la contribution au développement et à la cohésion des territoires ;
  • la favorisation de l’inclusion sociale ;
  • la promotion d’un numérique éthique, inclusif et frugal ;
  • la contribution à l’accélération de la transition écologique pour tous.

La raison d’être de La Poste, qui a toujours eu pour mission fondamentale de relier les hommes partout sur le territoire, demeure la même : « Au service de tous, utile à chacun, La Poste entreprise de proximité humaine et territoriale, développe les échanges et tisse les liens essentiels en contribuant aux biens communs de la société toute entière. »

Dans tous les cas, pour FO, il faudra d’abord inscrire les postières et les postiers au cœur de la stratégie, sans brader leur santé au nom du “tout économique ». Car, sans elles et sans eux, il n’y aura pas d’avenir pour La Poste.

#maremu #monpouvoirdachat : Michaël Amsilli

Qu’il s’agisse de parts variables ou d’augmentations de salaire, le flou plane sur la rémunération des cadres et ingénieurs à La Poste. Ils ont répondu par leurs investissements, leurs énergies et ce saupoudrage n’est certainement pas la réponse…

Alerte canicule : Le soleil c’est bien, en abuser ça craint !

caniculeBien que le code du travail ne définisse toujours pas de seuil précis de déclenchement de mesures réglementaires, l’employeur, en raison de son obligation générale de sécurité, se doit de prendre des mesures adaptées pour préserver la santé physique et mentale des travailleurs (art. L4121-1 du code du travail). Que contient-elle ?

  • L’adaptation des organisations de travail (horaires, pauses, réductions d’objectifs, allégement de la charge, protection des postes de travail exposés au soleil, renouvellement de l’air…)
  • La mise à disposition d’eau fraîche, de ventilateurs…
  • Les conseils au personnel. L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) ne manque pas d’ailleurs de rappeler que la chaleur peut constituer un risque pour la santé dès lors que l’on effectue un travail physique au-delà de 28°C (30°C pour un travail sédentaire). Et à partir de 33°C, il est alors question de « risques graves ». Il est bien évident que toutes ces mesures doivent être anticipées afin de ne pas se retrouver au pied du mur.

Il serait tellement plus élémentaire de prévenir et ainsi faire face à ces épisodes climatiques qui ne doivent plus surprendre. Il faut, pour ce faire, évaluer les risques professionnels chaque début d’année et constituer un plan d’actions de prévention soumis à l’avis du Comité Hygiène Sécurité et Conditions de travail (CHSCT). Un correspondant « Alerte météo » doit être identifié dans chaque entité postale comme stipulé dans la note RH Groupe du 3 juin 2020. Vous trouverez également la note de service RH de La Poste du 15 mai 2019  qui précise les mesures d’organisation en cas de circonstances exceptionnelles.

Pour ce qui concerne les ruptures de stock en matériel tels que brumisateurs, ventilateurs, bouteilles d’eau, hormis à démontrer le manque manifeste d’anticipation de l’employeur, il reste inacceptable que cela se produise ! Maintenant et à défaut d’anticipation :

  • Si vous estimez que votre activité professionnelle représente un danger grave et imminent pour votre santé et/ou celle des autres, vous pouvez faire une inscription au registre HSCT de votre établissement et alerter un de vos représentants au CHSCT
  • Ces derniers peuvent également déposer un droit d’alerte pour « danger grave et imminent » en cas de chaleur excessive. Il faut savoir également qu’un manquement de l’entreprise peut entraîner une action pénale.

Les conséquences des chaleurs extrêmes peuvent présenter des risques graves pour la santé. Besoin de renseignements ? FO est à vos côtés ( http://www.focom-laposte.fr/representants-departementaux/)

Droit à la formation des salariés : attention à la date limite !

formationIl vous reste des Droits Individuels de Formation (DIF)? N’attendez plus, inscrivez-les sur votre Compte Personnel de Formation (CPF) avant la date limite du 30 juin 2021.

Pourquoi reporter ces heures ?

Ces heures de DIF, converties en euros à hauteur de 15€/heure, vous permettent de financer des formations en vue de concrétiser votre projet professionnel. Cela peut représenter jusqu’à 1 800 € si vous disposez du nombre maximal de 120 heures de DIF.

Pour saisir vos heures, reportez-vous au courrier qui reprend votre solde d’heures DIF de 2014 (reçu à votre domicile en octobre 2020), munissez-vous de votre numéro de Sécurité Sociale et connectez-vous à www.moncompteformation.gouv.fr. La saisie est simple et le nombre d’heures s’arrondit à l’heure supérieure. Il vous suffit ensuite de télécharger votre justificatif et d’enregistrer votre solde.

Au-delà du 30 juin 2021, il ne sera plus possible d’enregistrer vos heures et vos droits seront perdus.

Pour FO Com, le financement des formations via les heures de DIF est un plus puisqu’il permet aux postiers de se professionnaliser. Il est donc important de ne pas perdre ces heures de DIF.