Archives: Épargne salariale

Épargne salariale : des évolutions à venir

Épargne salarialeEn 2006, La Poste signait avec cinq organisations syndicales dont FO les accords relatifs à l’Épargne Salariale. Deux dispositifs existent :

    • Le Plan d’Épargne Entreprise dont les fonds sont disponibles au bout de 5 ans.
    • Le Plan d’Épargne Retraite Collectif dont les fonds sont disponibles à la retraite.

Le législateur a cependant prévu des cas de déblocages anticipés sur les deux dispositifs.

Les sommes versées sont investies sur des supports de placement : Fonds Communs de Placement d’Entreprise avec des profils de risque et donc des potentiels de performance différents. La gestion peut être libre (au choix de l’épargnant) ou pilotée (clé en main en fonction d’un profil déterminé). L’ensemble des FCPE sont dédiés. Ils ne sont construits que pour le dispositif d’Épargne Salariale de La Poste et donc uniquement accessibles aux postiers éligibles à ce dispositif. Aujourd’hui, il en existe six.

Depuis quelques années, le Conseil de Surveillance* dont FO fait partie, interpelle La Poste sur la nécessité de faire évoluer l’Épargne Salariale.  En effet, un besoin de diversification sur les thématiques mais également sur la géographie nous a semblé nécessaire mais sans amener plus de complexité, donc en conservant le nombre de six FCPE. Les pistes explorées aujourd’hui sont :

    • Diversification Petite et Moyenne Entreprise avec une approche multi-thématique et en soutien à l’économie locale
    • Diversification Monde
    • Nouveau fonds multi-thématiques durables
    • Réflexion sur l’absorption de « La Poste ISR Allocation Flexible »
    • Modification des grilles de la gestion  pilotée

Le prochain Conseil de Surveillance prévu en juin devrait prendre position sur ces différents sujets. Si vous souhaitez plus de précisions, n’hésitez pas à vous rapprocher des correspondants locaux FO Com qui vous communiqueront les coordonnées des membres du Conseil de Surveillance FO Com.

*Conseil de Surveillance : représentants des salariés porteurs de parts (issus des organisations syndicales signataires des accords) et représentants des employeurs du Groupe La Poste.

Déblocage exceptionnel de l’ épargne salariale

épargne salarialeParmi les mesures de soutien au pouvoir d’achat, le déblocage anticipé de l’ épargne salariale a été adopté par le parlement. Jusqu’à présent, ces fonds devaient être conservés cinq ans avant d’être défiscalisés et seuls certains motifs permettaient de les débloquer sans être imposé (naissance, achat de la résidence principale, etc.).

Avec cette mesure, il sera désormais possible de débloquer les sommes accumulées sur le Plan d’Epargne Entreprise, et ce, jusqu’à 10 000 euros d’ici à la fin de l’année 2022. Toutefois, cet argent ne pourra pas être épargné et devra permettre « l’acquisition de biens ou la fourniture de services ».

D’autre part, nous avons demandé à revoir l’accord du Plan d’Epargne Salariale de La Poste qui n’a comporté aucune modification depuis sa création. Nous serons reçus avec les autres syndicats signataires le 22 septembre prochain. Ce sera pour nous l’occasion de demander la revalorisation des montants et pourcentages d’abondement Poste.

Même si ces « coups de pouce » vont dans le bon sens pour le pouvoir d’achat des postiers, ces mesures sont éphémères face à une inflation qui risque de perdurer au-delà de 2022.

FO Com réitère sa revendication prioritaire à savoir l’augmentation générale des salaires qui redonnera du pouvoir d’achat à tous les salariés.

Épargne salariale de La Poste : les dernières actualités

Épargne salarialeA ce jour, 112 716 PEG (Plans d’Épargne Groupe) et 4 768 PERCOL ont été ouverts par les postiers.

Si l’ensemble des postiers peuvent bénéficier de l’épargne salariale, tous aujourd’hui n’en ont pas la possibilité ou le souhait.

Les plus prudents, soit ceux qui ont orienté leur épargne vers les fonds monétaires et obligataires ne cessent de voir leur rémunération diminuer.  Or, 35% des épargnants ont choisi le support monétaire et 40% le support obligataire.  Ils sont donc directement impactés par la baisse des taux. Parmi les différentes pistes explorées pour que les rémunérations soient le moins possible affectées, La Banque Postale Asset Management (le gestionnaire financier), a retenu la possibilité d’orienter les fonds obligataires vers un univers d’investissement plus large.

En marge des décisions de LBPAM, une nouvelle règlementation vient améliorer de fait les rémunérations des épargnants. En effet, la nouvelle orientation de l’autorité européenne des marchés financiers modifie les commissions de surperformance qui vont passer de 30% à 10%. Cette commission de surperformance correspond au « bonus » que s’octroie la société de gestion lorsque le fonds est parvenu à battre l’indice qui lui sert de référence. Ce différentiel de 20% de commission bénéficiera désormais à l’épargnant.

Au-delà de la performance des fonds, l’abondement est aussi un moyen de « doper » la rémunération. Il n’a pas évolué depuis 2006. Ne serait-il pas temps d’en reparler ?

FO, signataire de l’accord « Épargne Salariale » de 2006 reste constamment à l’écoute des orientations de LBPAM, par le biais du Conseil de Surveillance dont il est membre et est force de propositions.

Mais beaucoup trop de postiers ne peuvent entrer dans le dispositif d’épargne salariale. La faute à une rémunération insuffisante, un pouvoir d’achat qui se dégrade… Aussi FO n’a de cesse de se battre et revendiquer pour augmenter #maremu #monpouvoirdachat