Brèves

FO signe la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO)

Grâce aux revendications et aux avancées de FO lors de la négociation sur la NAO, FO a pu signer ce lundi 15 mars la NAO.

Ces nouvelles négociations ont abouti à l’obtention d’une évolution salariale de 1,6% pour les classes I, II (1,10% d’augmentation générale (AG) et 0,5% de Glissement Vieillesse Technicité(GVT)) et la classe III (0,5% d’AG et 1,10% d’augmentation Individuelle (AI)), et de 2% pour le Groupe A (0,40% d’AG, 1% d’AI et 0,60% de budget spécial).

Le GVT pour les classes I et II correspond à une augmentation par ancienneté. L’augmentation individuelle pour la classe III et le groupe A conduisent à un accroissement de l’individualisation de la rémunération.

A cela s’ajoutent l’augmentation du complément de rémunération, de la prime ultra-marine et du complément pour charges de famille à 1,60%. L’enveloppe nationale d’aides pécuniaires pour les familles monoparentales passe de 600.000 euros à 800.000 euros.

Pour les mesures spécifiques, FO a demandé l’augmentation des indemnités kilométriques afin d’alléger les coûts supportés par les postiers lors de leur déplacement pour l’entreprise (+5%). A la demande de FO d’augmenter les frais de repas lors des missions, La Poste a validé l’augmentation de 10% des frais de repas. A la demande spécifique de FO concernant la prime transport, La Poste a validé la création d’une indemnité transport domicile-travail.

Malgré le fait que FO attendait une augmentation générale plus élevée pour toutes les classes et revendiquait le retrait du jour de carence des fonctionnaires, qui n’a pas sa place dans un accord NAO, FO a décidé de signer la NAO.

FO continue de revendiquer l’instauration d’un treizième mois et un salaire minimum à hauteur de 80% de la valeur médiane des salaires.

En mars, bats-toi pour l’avenir de tous!

Deux marches sont prévues aujourd’hui et demain : la marche pour le climat le 15 mars et la marche du Siècle le 16 mars. La journée du 15 mars permettait aux jeunes en grève scolaire de manifester leur mécontentement face à un gouvernement absent sur les questions environnementales. La journée du 16 mars rassemblera différentes organisations autour de l’urgence climatique et de l’urgence sociale, notamment en terme d’aggravation des inégalités. 176 rassemblements sont prévus dans toute la France.

Pour FO, il s’agit de concilier l’urgence climatique et l’urgence sociale sous trois aspects : l’aspect social, l’aspect environnemental et l’aspect économique, notamment dans la mise en œuvre de la Stratégie Nationale Bas-Carbone visant à réduire les gaz à effet de serre d’ici 2050. Il est indispensable d’évaluer les impacts du changement climatique sur l’emploi afin d’anticiper et accompagner la reconversion des territoires concernés, et aussi des entreprises et des travailleurs. Pour FO, il faut garantir un emploi décent à chacun.

FO réaffirme sa demande de négociation du « Plan de Programmation de l’Emploi et des Compétences ». Ce dernier doit accompagner la Programmation Pluriannuelle de l’Energie.

FO s’engage également sur diverses thématiques comme la mobilité domicile/travail, la généralisation de la prime de transport et la création d’un prêt à taux zéro en complément de la prime à la conversion.

mobilisation: tous en grève le 19 mars !

dessin-postier-megaphoneFace à un gouvernement sourd aux revendications des syndicats et aux demandes de la population, le contexte sociétal actuel est des plus négatifs. La colère grandit.

Les prix des produits de consommation courante ne cessent de croître. La suppression de l’ISF n’est toujours pas remise en cause. Le chômage augmente. L’atteinte aux libertés de manifester est de plus en plus flagrante.  Comment espérer et évoluer sereinement dans une telle société de régression sociale ?

Pour les jeunes, aussi, les difficultés sont de plus en plus présentes : sélection, réforme du lycée et de la voie professionnelle, hausse des frais d’inscription des étudiants étrangers hors UE, progression de la précarité étudiante et gel des prestations sociales.

FO revendique entre autre l’augmentation des salaires, des minima sociaux, le renforcement de notre protection sociale, une véritable justice sociale et fiscale, un système solidaire de retraite par répartition, et la dénonciation des reculs sur les libertés publiques comme individuelles.

C’est pourquoi, FO, CGT, Solidaires, UNEF, UNL appellent à une puissante journée d’action, de mobilisations et de grève le 19 mars !

Pétition pour le maintien des congés bonifiés

congés-bonifiesLe projet de loi visant les congés bonifiés porte considérablement atteinte aux droits légitimes et fondamentaux des fonctionnaires originaires des départements d’Outre mer qui vivent et travaillent  dans l’hexagone. Sous prétexte  de partir plus souvent et moins longtemps dans les départements d’origine. Cette réforme ne vise en réalité qu’à la suppression de l’indemnité de vie chère et à la remise en cause des droits des originaires d’Outre mer.

Éloignés de leurs proches, de leur culture, de leurs centres d’intérêts et de tout ce qui leur est cher, les domiens ne peuvent consentir à de nouveaux sacrifices et à la remise en cause de leurs acquis sociaux. Ces modifications ne feront qu’appauvrir et pénaliser les fonctionnaires. La réforme proposée aura des conséquences économiques néfastes pour les territoires concernés. Pour ces motifs, FO exige l’abandon de ce projet de loi injuste.

Afin de soutenir l’action de FO, vous êtes invités à remplir la pétition en ligne, qui sera jointe à une lettre adressée à Madame la Députée et Monsieur le Député.

Pour rappel, FO n’accepte pas de telles remises en cause des congés bonifiés, bien au contraire, FO demande l’extension de ces acquis aux salariés. Pour toutes ces raisons, n’hésitez pas, signez !

Pour signer la pétition : http://www.fo-communication.fr/petition-maintien-conges-bonifies/

Télécharger le tract : Pétition pour le maintien des congés bonifiés

La filière maîtrise de risques évolue

Suite aux recommandations de l’Autorité Bancaire Européenne, La Banque Postale renforce de nouveau la filière Maîtrise de Risques en réunissant les métiers du contrôle afin d’améliorer l’animation et les bonnes pratiques dans l’ensemble de la filière « intégrée ».

Cela va impacter les filières métiers du  Réseau et des Centres Financiers (CF).

Au Réseau, les Risk Managers Délégués (RMD) passent de la DR aux Directeurs des Risques opérationnels  et les Directeurs Risques Opérationnels passent à la Direction de la Maîtrise des Risques opérationnels du Réseau. Leur activité ne changera pas.

Dans les Centres Financiers la mise en conformité entraînera un changement de rattachement des personnels qui, même si physiquement resteront hébergés dans les CF, seront rattachés à la Direction des Métiers des Services Financiers. Le RRO (Responsables Risque Opérationnel) devient Responsable de la Maitrise des Risques et managera dorénavant les ERO (Expert Risque Opérationnel) et les CIB (Contrôleur Interne Bancaire) de son centre. Le Responsable CIB devient Superviseur Territorial en charge de la Maîtrise des Risques et managera les Responsables de la Maîtrise des risques.

FO s’inquiète du passage de 5 à 4 plaques territoriales en supprimant ainsi la plaque Paris-Orléans (Paris sera rattaché à la plaque Nord-Est et Orléans à celle de l’Ouest). FO s’interroge sur les départs importants cette année qui ne seront pas remplacés, en effet est annoncé pour fin 2019 une nouvelle trajectoire pour 2020 !

Un Comité Technique National validera ces nouvelles organisations en juin pour une mise en place effective en septembre 2019.