Brèves

FO Com exige l’arrêt de la sécabilité structurelle !

sécabilité structurelleLors de la dernière commission de suivi de l’accord « Facteurs », les revendications portées par FO Com ont été entendues mais nullement écoutées. Ainsi, l’arrêt de la « sécabilité » structurelle que nous demandions pour tous, et ce jusqu’à la fin de l’accord, n’a été suspendue que du 9 novembre 2020 au 17 janvier 2021. Et encore, cette interruption est actée uniquement sur les tournées mixtes et tournées dédiées colis.

Pour le reste, La Poste campe sur ses positions.

Les primes de 7 et 10 € ne sont absolument pas une avancée. Ce n’est que le « dû » logique, conséquences de toutes ces organisations transitoires à répétition. Les textes d’application continuent de changer en cours de route et de façon unilatérale.

Aucun progrès notable sur ce 11 ème relevé de décisions et FO Com se bat pour le maintien de l’intégralité de l’accord.

Hommage à Samuel Paty : défendre l’instruction publique et laïque, la liberté d’expression

122071221_348878236172568_3601720913464852831_nL’intolérance, l’obscurantisme, la barbarie se nourrissent de l’ignorance que les enseignants combattent par l’instruction publique et laïque. Assassiner un professeur, s’attaquer à tout agent public, journaliste, dessinateur – au fait de vivre libre – est insupportable, s’est ainsi exprimé le secrétaire général de FO.
De nombreux rassemblements sont d’ores et déjà annoncés en réaction à l’assassinat terroriste du professeur Samuel Paty, notamment demain, dimanche.
La Fédération Nationale FO de l’Éducation nationale, la FNEC FP-FO, a d’ores et déjà annoncé sa présence.
La Confédération générale du travail Force Ouvrière sera représentée par son secrétaire général, au rassemblement à Paris, place de la République et invite ses adhérents à exprimer à cette occasion leur engagement pour l’instruction publique, laïque, la défense sans faille des enseignants et personnels de l’éducation nationale, et plus largement de l’ensemble des agents publics et leur détermination à défendre la liberté d’expression, intrinsèque à la liberté syndicale, la laïcité, la démocratie et la République.

A quand des solutions aux dysfonctionnements du Système d’Information du Réseau ?

Système d’Information du RéseauLe travail des militants FO Com sur le terrain a permis la présentation d’un dossier solide et factuel lors de la bilatérale du 24 septembre avec le directeur de la Direction des Services Informatiques de la Banque et du Réseau (DSIBR). Les témoignages des postiers, relatant leurs difficultés à bâtir une relation client de qualité avec un SI défaillant, se sont révélés très illustratifs.

Bien que consciente, paraît-il, des dysfonctionnements rencontrés sur le terrain, la DSIBR nous a semblé bien démunie face au problème. FO Com a su pointer du doigt la place prééminente prise par les grands projets au détriment des conditions de travail et de la qualité des outils au quotidien.

Si le problème est si bien connu, pour quelles raisons les solutions tardent tant à voir le jour ?

Une communication a été envoyée le 2 octobre aux directeurs de Secteur et aux Responsables Méthode et Outils des DR. Un calendrier décrivant les différentes actions en cours et à venir y sont décrites. Si les écrits sont là, la volonté de remédier aux dysfonctionnements doit devenir une priorité. Il ne reste plus qu’à pouvoir constater les effets sur le terrain tant au niveau du Réseau qu’au niveau des informaticiens de la DSIBR.

FO Com reste sur ses gardes quant à l’évolution de ce sujet brûlant. Il est hors de question que les choix de l’entreprise entraînent les postiers vers le « statut » de victimes collatérales.

La Poste ne doute de rien !

La PosteAlors que La Poste entend relancer le dialogue social au niveau du Groupe à travers la négociation d’un accord autour d’un pacte social 2020/2030, c’est un bien curieux signe qu’elle envoie aux organisations syndicales en affichant son refus total de prendre en compte leur vote (en Comité Technique National) et position unanime contre les nouvelles organisations qu’elle entend imposer à la distribution.

FO Com exige des preuves tangibles de sa volonté de dialogue social ! En réalité quoi de plus simple : il suffit qu’elle respecte et qu’elle fasse respecter ses engagements dans l’ensemble des directions et établissements couvrant le territoire national !

Au-delà de l’affichage médiatique, il nous faut des actes.