Brèves

Formation au numérique pour les postiers

NUMERIQUESimplon est une start-up de l’économie économique et sociale (ESS), labellisée Grande Ecole du Numérique, qui a pour objectif d’insérer ou de réinsérer des personnes exclues des circuits de formation classiques. Elle offre 3 types de prestations : l’adaptation au changement, l’actualisation de compétences et l’aide à la reconversion.

Dès 2015, Simplon et La Poste ont noué un partenariat avec l’objectif de former une vingtaine d’agents au numérique sur trois ans, sachant qu’une session de formation s’étale sur huit mois. Les postiers sont formés au métier de développeur JAVA en alternance sur un rythme de quinze jours chez Simplon (Montreuil) et de quinze jours dans les futurs DSI du Groupe où ils pourraient être recrutés. Les profils concernés sont divers, mais les facteurs sont majoritaires (9 sur 19 pour la promotion 2017-2018). Seulement 3% des 600 candidats postiers ont été retenus.

Le partenariat a été adapté aux besoins de reconversion de certains postiers du Courrier et aux évolutions du marché du travail. Dans le cadre de l’accompagnement à la mobilité interne et externe mise en place avec les EMRG (Espaces Mobilité et Recrutement Groupe), un dispositif spécifique d’accompagnement à l’ESS a été mis en place.

Les postiers s’intéressent de plus en plus aux métiers du numérique. C’est pourquoi l’entreprise a lancé le programme « Tous numériques ». La moyenne d’âge des postiers se positionnant sur cette formation se situe aux alentours de 40 ans.

Forte de son succès, Simplon travaille de plus en plus avec d’autres grandes entreprises (Orange, la SNCF, BNP Paribas…). Le rôle de partenaire historique qu’aurait pu jouer La Poste semble ainsi s’éloigner de plus en plus. La Poste privilégie la diversification des offres de formation numérique. Malgré cela, Simplon reste une opportunité possible pour quelques postiers du Courrier.

C’est pourquoi FO souhaite privilégier ce partenariat pour tous les postiers qui subissent des réorganisations incessantes et souhaitent se reconvertir.

FO a signé l’accord sur les bureaux à priorité sociétale (BPS) !

Après neuf mois de négociation très dense, FO Com a signé l’accord BPS le 20 juin 2018.

Grâce à cet accord, les agents des bureaux à priorité sociétale  ont obtenu 135 positions de travail supplémentaires sur les bureaux aux opérations « banque sociale » supérieures à 30% et 150 postes de Chargés de Clientèle Accueil en III.1.

Les primes commerciales des agents des bureaux à « banque sociale » supérieure à 25% vont être revalorisées de 100 euros par an. D’autre part, une prime d’attractivité de 3000 euros pour combler les postes des bureaux à « banque sociale » supérieure à 25% ainsi qu’une prime de 4000 euros pour les conseillers sont créées.

Par cet accord, 6000 postiers pourront bénéficier des mesures spécifiques « Quartier Prioritaire de la ville» (QPV) : bonification de l’ancienneté d’indice pour les fonctionnaires et majoration d’ancienneté pour les salariés après trois ans de service continu dans un bureau Zone Urbaine Sensible (ZUS), abondement du Compte Epargne Temps (CET) à hauteur de 25% et l’assurance « Protection des agents victimes d’infraction » de la part d’un tiers dans le cadre de ses fonctions, ainsi qu’une aide financière de La Poste pour les préjudices matériels sur les biens propres et les effets personnels et les dégâts subis.

Si vous êtes concernés par cet accord, n’hésitez pas à contacter vos référents syndicaux FO Com qui pourront répondre à vos demandes spécifiques !

[lire le tract]

Vers une privatisation de notre système de santé ?

A l’heure où il devient difficile de trouver un praticien disponible ou un hôpital près de chez soi, où les urgences sont souvent saturées, où des lits d’hôpitaux ferment par milliers, nous sommes en droit de nos poser la question quant à l’avenir de notre système de santé.

Les conditions de travail des agents hospitaliers, des EHPAD, des services sanitaires et médico-sociaux se dégradent à vue d’œil. Aujourd’hui, les personnels de la santé parlent ouvertement de souffrances au travail, de risques psycho-sociaux liés au manque de personnel et au manque de reconnaissance de leur fonction.

Le gouvernement répond REFORME du système de santé !

Est-ce une réponse à apporter à tous ces agents ? Est-ce une réponse à apporter aux patients qui se désolent que la santé ne soit plus une priorité en France ?

Non, le droit à la santé n’est pas un droit réservé aux plus riches. Le droit à la santé est un droit fondamental auquel tous peuvent prétendre. Pour Force Ouvrière, c’est un investissement au service de l’humain, par la constitution de droits collectifs permettant à tous un égal accès à des soins de qualité.

En ce sens, un avis du Haut conseil pour l’avenir de l’Assurance maladie vient de paraitre. S’il n’emporte pas l’adhésion de Force Ouvrière, il aura le grand mérite de rappeler des principes fondamentaux : le système de santé doit partir des besoins de la population et non de l’offre, favoriser les recrutements, donner aux personnels des perspectives positives en termes d’emplois et de conditions d’exercice et gommer les inégalités territoriales notamment.

une prime pour les PIC: l’incontournable FO!

Les métiers en PIC (Plateforme Industrielle Courrier) vont évoluer.

A l’annonce de l’ouverture des discussions et des négociations avec la DRIC (Direction Réseau Industriel Courrier) sur « les parcours métiers des équipiers et managers opérationnels dans les établissements de la DRIC.), FO s’est réjouie. La première plénière s’est tenue le 13 juin 2018.

Les trois thèmes proposés par la Direction pour reconnaître les efforts d’adaptation des agents sont : le recrutement, les promotions et les parcours qualifiants. Ces thèmes correspondent en partie aux attentes de FO, mais la prime que nous revendiquons depuis plusieurs années n’est prévue ni sur le budget 2018 ni sur celui de 2019. Pour FO, l’octroi d’une prime est un incontournable à la poursuite des négociations.

Devant le refus de la DRIC, FO a quitté la séance et sans autres avancées en termes de reconnaissance financière pour les agents des PIC, FO refusera de participer aux prochaines rencontres.

FO demande que les agents des PIC soient traités comme  tous les agents de la BSCC et obtiennent enfin une prime, car ce sont les seuls agents de la BSCC à ne pas en bénéficier!

 

La feuille de route disparait au profit du contrat d’objectifs !

Le contrat d’objectifs est la nouvelle appellation de la feuille de route. Le sujet a été enfin présenté aux organisations syndicales et aux personnels concernés fin avril. Ceci est bien tardif pour les équipes qui travaillaient jusque là sans …

La mise en place de ce nouveau dispositif permet de répondre à trois impératifs pour La Poste :

  • la priorité bancaire plus marquée,
  • la pondération du risque jugée insuffisante, et
  • le cadrage du Groupe La Poste sur les dispositifs de part variable.

Il est donc question maintenant d’une part collective branche au niveau national et de l’identification d’une part individuelle d’entité.

Pour FO, le bilan est très simple : nous sommes sous une pression commerciale. A regarder de plus près, l’accent est mis sur le «quantitatif» au détriment du «qualitatif» et cela représente plus d’1/3 du contrat! Qu’en est-il de la qualité du management commercial ? Il nous semblait, pourtant, qu’un tiers de la feuille de route des Directeurs de Secteur devait porter sur la qualité du management commercial. Où se trouvent le management bienveillant et la qualité qui s’y associe ?

FO espère que les agents concernés ont pu avoir les éléments en amont, sans quoi, il leur sera bien difficile de travailler dans la stratégie proposée par l’entreprise.

[lire le tract]