Brèves

La démarche ParlonZen, parlons-en !

Dans le cadre de la Commission Nationale Santé Sécurité au Travail (CNSST), La Poste a présenté la démarche ParlonZen. Initiée depuis 2016, Force Ouvrière s’est étonnée qu’elle ne soit présentée que maintenant.

De quoi s’agit-il au juste : d’échanges entre le manager et ses agents afin de faciliter le travail en équipe au quotidien. Organisés pendant le temps de travail, ils doivent permettre de faire émerger des idées pour améliorer ce qui ne fonctionne pas bien. Les idées retenues ont vocation à être mises en place. Le choix des sujets est décidé par les membres de l’équipe, puis le manager tranche sur ce choix. La démarche est présentée en CHSCT.

Parmi les sujets abordés sur les sites pilotes, on retrouve des thèmes directement en lien avec la santé sécurité au travail. C’est une preuve supplémentaire que les EValuations des Risques Professionnels (EVRP) ne sont pas réalisées correctement avec un collectif de travail réuni comme il se doit ! La mise en place de ParlonZen remplace de fait l’incontournable réglementaire que sont les EVRP.

Pour FOCOM, cela démontre une nouvelle fois la difficulté d’un véritable dialogue social au sein de l’entreprise. Des informations complémentaires seront apportées lors de la CNSST du 17 juillet prochain ; la démarche doit être généralisée à la rentrée.

Tous dans la rue le 22 mai 2018 !


La Fédération Force Ouvrière, aux côtés de la CGT, de Solidaires, de la CFDT, de la CFE/CGC , de la CFTC  et de la FSU, ne partage ni l’orientation, ni la méthode, ni le calendrier proposés par le gouvernement dans son document d’orientation intitulé «Refonder le contrat social avec les agents publics.»

FO Com se bat et se battra pour que les missions de Service Public soient respectées par les entreprises dans le respect des agents et des clients, tout en rendant des services de qualité sur tout le territoire.

Le Statut général des fonctionnaires, leurs statuts particuliers et leurs régimes de retraite doivent non seulement être préservés mais aussi développés. Pour FO, défendre le statut général des fonctionnaires contre l’emploi contractuel, c’est s’opposer à la précarité. Défendre l’augmentation générale des salaires, c’est combattre la paupérisation des agents publics. Défendre le service public, c’est défendre la République !

C’est pourquoi la Fédération FO Com sera présente le 22 mai 2018 dans la rue et vous y attendra !

Vers une mobilité forcée?

Forte de proposition en matière d’emplois en 2018, La Poste annonce un recrutement de 5500 recrutements externes, et étend son offre de mobilité pour les postiers et les agents des filiales en interne. Face à la fermeture de nombreux sites (PICS, bureaux de Poste, centres de tri…), nombreux sont les agents à reclasser lors de ces réorganisations ou mutualisations.

Depuis le 2 janvier 2018, pour permettre aux agents d’être mieux accompagnés dans leurs différentes démarches lors de leur mobilité, La Poste a créé un réseau de douze centres Espaces Mobilité et Regroupement Groupe (EMRG), eux-mêmes issus de la mutualisation de différentes structures spécialisées dans la mobilité et le recrutement.

Le postier sollicitant l’EMRG, par le biais du RH de proximité ou du CEP (Conseiller en évolution professionnelle), entre dans un processus d’accompagnement complet débutant par un entretien découverte, puis des ateliers CV, lettre de motivation, préparation aux entretiens…  Cette prise en charge favorise les mobilités intra-groupe sur tout le territoire, mais également les mobilités externes (créations d’entreprise, vers la fonction publique…).

FO Com se désole du semblant d’homogénéisation du recrutement alors que chaque NOD reste décisionnaire en la matière. Les postiers se retrouvent confronter à différents entretiens et à différentes procédures, et donc à un véritable parcours du combattant, et ne permet pas toujours de comprendre les décisions finales prises.

FO Com demande à La Poste de privilégier les emplois dans sa propre entreprise tout en respectant les missions de service public qui lui sont dévouées.

 

Après Franprix, un partenariat avec Carrefour ?

La Poste voudrait signer un partenariat avec Carrefour afin d’élargir son réseau de point de vente en France. Cela permettrait de désengorger les bureaux, renforcer le maillage et la proximité avec les clients, mais surtout de fermer plusieurs bureaux de poste!

En Ile-de-France, La Poste et Carrefour ont commencé un test à Montesson (91) et désirent étendre ces services sur 7 villes : Lille, Laon, Wasquehal, Amiens, Nice, Antibes et Evry.

Les employés de chez Carrefour seront amenés à vendre des produits Courrier et Colis de La Poste. Les  clients pourront également y déposer ou y retirer un colis. Pour cela, les employés seront équipés des mêmes outils que les postiers, dont le Smartphone fourni par La Poste.

FO Com exige que les postiers continuent d’exercer leur métier dans les meilleures conditions. Fermer les bureaux de Poste afin de reporter la clientèle sur d’autres entreprises n’est pas un gage de respect des postiers, surtout dans un contexte d’augmentation du chômage et de précarisation de la société.

Ce qu’induit la rupture technologique des nouveaux moyens de paiement…

Le Comité Technique National concernant la nouvelle mutualisation d’activités des périmètres des centres financiers et centres financiers nationaux sur la filière Moyens de Paiements s’est tenu fin avril.

Cette nouvelle organisation est en lien direct avec Excello Production que FO Condamne. En effet, le projet Excello induit la fermeture des directions production en centres financiers. Elle intervient également dans une période de rupture technologique liée aux nouveaux moyens de paiement. Les trois filières Moyens de Paiement (Lille, Paris et Limoges) seront ainsi rattachées à la DOP (Direction Opérationnelle des Paiements) sur le NOD du CDP (Centre de Paiements) de Limoges. Les 260 agents des Filières Moyens de Paiement de Lille et de Paris changent ainsi de rattachement hiérarchique à compter du 1er mai 2018.

Heureusement, il existe des garanties grâce à l’accord AMB3 (Avenir des Métiers Bancaires) que FO a signé et défend au quotidien sur tous les centres : maintien des sites et pas de mobilité géographique forcée pour les agents. Il n’empêche que les agents s’interrogent beaucoup sur la pérennité de leurs emplois, impactés par les évolutions réglementaires. L’après 2018 est source d’inquiétude pour les personnels de la filière moyens de paiement.

Aux côtés des postiers, FO demande à l’entreprise de prendre en compte le professionnalisme des agents de la filière Moyens de Paiement, professionnellement et financièrement. FO demande à La Poste d’être à l’écoute des évolutions de carrière des agents et de proposer de réelles perspectives en II.3. Le grade de base doit être le II.3 et permettre ainsi aux agents d’accéder au III.1! FO exige aussi le grade III.3 pour tous les managers de proximité!