Rémunération

Nouvelles grilles indiciaires: Après l’arlésienne, la bande à Bonnot!

grilles indiciairesLes décrets prérédigés par La Poste dès l’ouverture de la signature de l’accord, le 3 octobre 2018, ont été publiés au journal officiel le 10 avril 2021. 2 ans 5 mois et 7 jours pour des textes qui ne sont même pas passés en Conseil supérieur de la Fonction publique d’État car ils ne concernent que La Poste ! Pendant ce temps là des milliers de fonctionnaires sont partis à la retraite !

Mais à la lecture, il a fallu constater que le gouvernement avait modifié le contenu de l’accord et pas à la marge !

Un véritable Hold-up !

Alors que, malgré l’accord, nos grilles restent souvent inférieures aux équivalents des 3 fonctions publiques (État, territoriale, hospitalière) et que cela ne concernera que quelques dizaines de milliers de fonctionnaires, c’est encore trop pour le premier ministre ou du moins les têtes pensantes qui ont présenté les textes à sa signature. Certes la plupart de nos collègues s’y retrouveront. Mais les exceptions sont notables.

Grilles de reclassification : indice brut (indice net)

  • 2.3 : 665(555) au lieu de 672(560) soit -5 points sur les 15 points net promis dans l’accord. L’équivalent est à 707(587) dans les 3 fonctions publiques
  • 3.3 : 865(707) au lieu de 872(712) soit -5 points sur les 15 points net promis dans l’accord. L’équivalent (attaché principal) est à 966(783)
  • CS : L’échelon 1015 y est bien, mais les 3 derniers échelons devaient être réduit à 2 ans pour permettre de ne pas allonger la carrière en créant un nouvel échelon d’une durée de 3 ans. La réduction à 2 ans a disparu dans la bataille. Les corps de fonctionnaires à recrutement bac+5 finissent HE A3(972 net) ou HE B3(1067 net) (sauf pour les grands corps de l’Etat).
  • Emplois supérieurs : Là c’est plus simple on a tout effacé. Il n’y a rien !

Grilles de reclassement

Des points grapillés dans certaines  grilles. Par exemple -2 points nets pour les chefs de travaux de service automobile et contrôleurs divisionnaires. Pourquoi ce pinaillage ?

Au total, c’est la fin de la catégorie B, c’est la fin de la catégorie A niveau licence et de la catégorie A niveau BAC+5 qui sont volées au coin d’un bois, alors que ce sont les catégories les plus maltraitées par rapport aux 3 fonctions publiques.

Le pire, c’est qu’alors que nous appelions sans cesse les services ministériels pour savoir pourquoi les textes ne sortaient pas, on nous répondait que ça allait être fait mais jamais on ne nous a dit qu’il y aurait un coup de rabot ou plutôt de hache ! C’est une véritable trahison !

Nous n’allons pas nous laisser faire. Dès cette semaine, nous demanderons une audience à La Poste et une autre au cabinet du Premier Ministre.

Un accord est un accord. FO continuera de mettre la pression jusqu’au bout ! Mais le temps presse.

Accord nouvelles grilles indiciaires : on joue les prolongations !

grilles indiciairesA plusieurs reprises FO a interpellé La Poste et les politiques sur les dérives interminables et inacceptables de la mise en œuvre de l’accord unanime du 3 octobre 2018 sur la mise en place des nouvelles grilles indiciaires.

Pour les non spécialistes de la Fonction publique, et pour simplifier une question complexe dans sa traduction juridique, il s’agit de quoi ? Tout simplement de la traduction dans un accord d’entreprise d’un accord de la Fonction publique signé au niveau national pour pouvoir ajuster les grilles indiciaires des grades de la Poste sur les nouvelles grilles indiciaires de la Fonction publique.

Face à la lenteur prise sur l’application de cet accord, FO a régulièrement alerté La Poste qui, au final, nous a renvoyé vers le niveau politique à qui elle a transmis le projet.

Nous sommes alors intervenus auprès des cabinets ministériels et au sein des commissions de la Fonction Publique où siègent des élus FO. Pour formaliser ces démarches, nous sommes intervenus au travers de plusieurs courriers du secrétaire général Fonction publique FO au ministre de l’économie et à l’ancien ministre de la Fonction publique, ainsi que par 2 courriers de la secrétaire générale FO Com au ministre de l’économie en janvier 2020 et à la ministre de la fonction publique fin novembre 2020.

En réponse à ce dernier courrier, la ministre s’est voulue pédagogique et rassurante… Sa lettre, en conclusion, nous annonce une mise en œuvre à la fin du premier trimestre. (Lire le courrier de la ministre)

Nous sommes le 31 mars et…  point de décret !

Aujourd’hui c’est la parole politique qui est discréditée. Nous allons devoir intervenir au plus haut niveau pour sortir de cet enlisement incompréhensible qui n’est pas sans conséquences.

En effet, depuis la signature de cet accord en attente de décrets d’application, ce sont plus de 17 000 fonctionnaires qui ont quitté La Poste sans pouvoir en bénéficier.  Et ce sont plusieurs milliers de fonctionnaires qui en seront écartés car il faudra attendre encore 6 mois pour bénéficier du nouvel indice pour sa retraite ! Enfin, on ne compte pas tous les fonctionnaires qui ont retardé leur départ pour profiter de cet accord !

FO exige que ce préjudice de carrière soit pris en compte et que l’application future de cet accord soit immédiate pour les postières et postiers fonctionnaires !

Missive adressée à la DRH de La Poste : prime exceptionnelle pour tous les postiers!

prime exceptionnelle En commission de suivi de l’accord intéressement, FO Com a demandé le versement d’une prime exceptionnelle en lieu et place de la prime d’intéressement qui sera à 0€ cette année. Face au refus de La Poste, nous avons par courrier renouvelé notre demande au Président de La Poste, courrier qui reste à ce jour sans réponse !

Aujourd’hui, nous nous adressons à la DRH du Groupe pour exiger à nouveau le versement d’une prime exceptionnelle [Lire la lettre adressée à la DRH]

En effet, les postières et les postiers ont fait preuve depuis le début de cette crise sanitaire d’un courage exemplaire face à ce virus et d’un grand professionnalisme pour répondre aux besoins des clients.

Ce sont eux qui font que La Poste réalise un chiffre d’affaires aussi important. Ce sont eux qui proposent les nouveaux services ou les nouveaux produits. Quant à l’image de La Poste, ce sont eux qui la véhiculent chaque jour !

Après une prime d’intéressement à 0€, des négociations salariales (NAO) inexistantes depuis deux ans, l’injustice doit cesser !

Les postières et les postiers méritent la juste reconnaissance du travail qu’ils effectuent au quotidien. FO Com se battra jusqu’au bout pour obtenir cette prime exceptionnelle !

Prime d’intéressement: pas d’année blanche pour une année noire !

prime d’intéressementL’existence et le versement de la prime d’intéressement n’est possible qu’à travers un accord d’entreprise. Cette prime d’intéressement versée chaque année depuis 2010 n’a donc été possible que grâce aux organisations syndicales signataires dont FO Com. Ce qui a permis à chaque postière et postier, de percevoir sur cette période un montant global de 3264,57 euros. Avec des syndicats, qui n’engagent jamais leur signature, c’était Zéro.

Le déclenchement de cette prime est soumis à des indicateurs dont le résultat d’exploitation (REX). Il n’y a d’intéressement distribué que lorsque le REX est supérieur à 700 millions d’euros. Pour 2021, rien ne sera donc versé.

Mais qu’empêche La Poste de verser une prime en dehors du cadre de l’accord ? RIEN. Ceci serait d’autant plus légitime  pour reconnaître l’engagement et l’investissement des postières et postiers présents pendant la crise, pendant la Peak –Périod.

Qu’empêche La Poste d’être une entreprise socialement responsable ? RIEN non plus…

FO Com vient d’écrire au Président de La Poste [Lire la lettre] pour demander que le montant provisionné pour le versement de la prime d’intéressement 2021, soit redistribué sous forme de prime exceptionnelle à tous les postières et postiers concernés.

[Lire notre déclaration préalable du 25 février 2021]