Brèves

Cherchez l’erreur…

erreurLe Président annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai 2020 et… La Poste annonce quasi dans le même temps sa décision de faire sortir les facteurs une journée supplémentaire par semaine ! Difficile de parler de coordination dans  les décisions et discours…

FO Com a fait connaître son opposition à l’augmentation du nombre de jours travaillés, rappelant à La Poste que la prolongation du confinement est une réponse à des conditions sanitaires toujours défaillantes qui ne permettent pas une reprise d’activité sans risques.

FO Com se base aussi sur la recommandation des médecins de l’entreprise publique visant à la mise en place d’une organisation  à la semaine de 3 jours travaillés pour 4 jours d’éloignement. Cette organisation a de plus l’avantage de rendre possible la présence alternée des postiers, par rotation des équipes (50% du personnel présent), en garantissant la distanciation sociale et en évitant une rupture du service postal en semaine.

FO Com persévère dans sa demande ! L’option prise reste incompréhensible et ne va pas dans le sens de la santé et de la sécurité des postières et postiers. En effet, cela pourrait mettre les collectifs de travail en danger concernant l’exposition au Covid-19

 

Restauration : Prime exceptionnelle de frais de repas et titres-restaurants

restaurationDans ce contexte sanitaire, de nombreux Restaurants Inter-Entreprises (RIE) ont dû fermer. Un grand nombre de postiers se sont retrouvés sans solution d’aide à la restauration. FO Com a insisté auprès de La Poste afin de mettre en place une mesure de substitution.

De manière transitoire, les postiers pourront via KDS être éligibles à une « prime exceptionnelle » de frais de repas lié à la pause déjeuner du midi de 5 euros nets par jour travaillé. Elle s’applique aussi pour les agents qui bénéficiaient d’un service de restauration collective le soir. Dans tous les cas, cette prime ne s’applique pas dans le cas où l’établissement de restauration aurait mis en place un autre système que celui de manger en collectivité, comme la livraison de plateaux repas par exemple.

 Les conditions cumulatives sont les suivantes :

  • ne plus bénéficier d’un accès à un RIE du fait du Covid-19;
  • travailler en présentiel sur un site postal;
  • avoir dans leur journée de travail une pause déjeuner et déjeuner sur le lieu de travail;
  • ne pas bénéficier de titres restaurants, ni de l’indemnité de restauration.

Pour les titres-restaurants, il n’y a pas de dispositif exceptionnel de prévu pour les personnes en télétravail du fait de la crise Covid-19. Seuls les personnels déjà sous convention de télétravail et qui ont demandé des titres-restaurants continuent à en bénéficier dans les conditions habituelles de calcul des droits.

Entretien d’appréciation, FO obtient le report

Entretien d’appréciationPartagé entre angoisse du déplacement pour aller sur son lieu de travail ou fatigue mentale pour respecter au mieux les mesures barrières, ni l’agent, ni le manager n’ont la tête à mener un entretien d’appréciation.

FO, à plusieurs reprises, en a demandé le report. L’urgence est bien à l’organisation des bureaux et à la gestion du quotidien qui en cette période ne manque jamais d’imprévus (absence de personnel, incivilités…..).

La Poste se doit de  donner un signe fort en ne rajoutant  pas un stress inutile aux agents et encadrants, suffisamment sollicités par ailleurs.

Notre demande a été finalement  entendue  et La Poste vient de nous confirmer le report de l’entretien d’appréciation au-delà du 15 mai dans un premier temps !

Prime Colis : il faut neutraliser les critères collectifs et d’absences !

La neutralisation des critères collectifs et d’absences de la prime Colis est une exigence forte de Force Ouvrière directement liée à la crise sanitaire du covid-19 !

En effet, il n’est pas envisageable que le pouvoir d’achat des postiers éligibles au « Bonus » (Agences Colis, Plate-Formes-Colis, livreurs du soir en établissement Courrier) soit impacté par des causes extérieures sur lesquelles les postiers n’ont aucune prise tout en  subissant de plein fouet les conséquences de l’épidémie sur leur santé et leurs conditions de travail !

C’est pourquoi, Force Ouvrière revendique la neutralisation des critères collectifs et d’absences (ATM garde d’enfants, quatorzaine, personnes fragiles…).

Pour FO Com, le personnel, qu’il soit en activité sur le lieu de travail habituel, en télétravail, en absence « sanitaire » doit percevoir le montant intégral du « Bonus » pour le 1er trimestre et les suivants. Il ne doit eu aucun cas être pénalisé financièrement !

En parallèle, au niveau du groupe, FO revendique une reconnaissance financière pour tous les postiers présents « sur le front » dans l’exercice des missions de service public.