Actualités

Actus

Congés bonifiés : la mobilisation continue

49068467872_80f5bbbcc8_oLe jeudi 14 novembre 2019, les organisations syndicales (FO, CFTC, CGT, FSU, Solidaire) ont appelé les ultramarins à manifester devant le ministère de l’action et des comptes publics à Bercy pour préserver leurs droits à congés bonifiés. Malgré le froid et la pluie, les personnels ultramarins sont venus nombreux pour monter leur mécontentement et leur détermination à s’opposer au projet de réforme du gouvernement.

Sans aucune concertation, le Président de la République a lancé une réforme, qui remet en cause les droits des originaires d’Outre-mer. En outre, c’est par simple modification du décret de 1978, sans passer par le parlement, qu’ils entendent supprimer le droit aux congés bonifiés. C’est dans ce sens qu’un décret de modification sera adopté avant la fin de l’année 2019.

FO Com s’oppose à cette réforme qui méprise l’histoire au regard de ses territoires ultra-marins et oublie le lien ombilical des agents originaires d’outre-mer avec leur terre, leur famille et leur culture.

Le mouvement lancé il y maintenant 9 mois se poursuit. Tous  les agents de la fonction publique concernés entendent bien défendre leurs avantages liés à leur statut d’ultramarins.

Quand les incivilités s’affichent…

incivilitésUne opération de sensibilisation pour prévenir les incivilités est mise en place dans certains bureaux de poste, par le biais d’une campagne d’affichage. Ces affiches sont censées sensibiliser les clients au respect  des procédures et des règles de savoir-vivre dans un lieu public.

Cette campagne n’est pas sans rappeler celle des transports en commun. Pour autant, les agressions, car il s’agit plus d’agression que d’incivilités, progressent!

Les causes ? Manque de moyens, problèmes informatiques récurrents, absence de formation de certains agents, fermeture temporaire de bureaux…

Pour FO Com, cette campagne d’affichage n’a de sens que si La Poste se décide à prendre en compte les attentes des clients, c’est-à-dire du personnel en plus, des horaires adaptés aux besoins, le maintien des bureaux toutes opérations… Bref, un service public digne de ce nom, accessible à tous et pour tous !

 

 

Au colis, FO Com persévère : 550 euros pour 2019 !

L’accord Colis du 11 octobre 2017 a été prolongé jusqu’au 10 octobre 2020. Les colipostiers et les livreurs du soir en établissement courrier sont ainsi quasiment assurés de toucher 550 euros bruts cette année encore (200 euros payés en décembre et 350 euros payés en janvier).

FO se bat depuis des années avec succès pour l’octroi de cette prime Challenge et se félicite de son renouvellement.

Bien sûr, FO revendique avant tout une augmentation salariale significative chaque année pour toutes et tous, et le treizième mois pour donner un vrai coup de pouce à votre pouvoir d’achat.

Nom de code : « Mandarine » !

La majorité du capital de la CNP (Caisse Nationale de Prévoyance), détenue par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) à 40,87%, doit intégrer Le Groupe La Poste d’ici janvier 2020.

La CNP, c’est 37 millions d’assurés dans le domaine de la prévention et de la protection et 14 millions dans celui de l’épargne retraite. Autant dire que l’entrée de la CNP dans le capital de La Poste va changer la donne !

Cette intégration financière, si elle permet d’augmenter les fonds propres (+ 3.7 milliards d’euros) et améliore la situation financière de La Poste (+ 527 millions d’euros de bénéfices), elle doit aussi pérenniser ainsi l’avenir des 230.000 postiers.

FO Com exige de La Poste une redistribution conséquente d’une partie des bénéfices de cette opération « Mandarine » par une revalorisation des salaires, des primes, et l’amélioration des conditions de travail de chaque postier et postière. Diriger une entreprise publique, ce n’est pas seulement des chiffres et des ratios financiers. Pour FO Com, La Poste se doit de le prouver !