Actus

Avantages bancaires aux postiers à la retraites et futurs retraités, FO enfin entendue

La Banque Postale propose 15 % de remise sur ses services ou 80 € par an !

La Banque Postale (LBP), filiale de La Poste, vient de comprendre que les 171 000 retraités et, d’une façon générale les futurs retraités, constituaient un atout indispensable pour son équilibre financier.

Pourtant c’était loin d’être gagné depuis sa décision brutale de juin dernier de supprimer ce qui restait de considération due aux retraités : les quelques avantages bancaires dont ils bénéficiaient encore sur leur comptes courants.

Il faut croire que notre combat engagé depuis 2022 et les actions menées contre cette décision inacceptable et méprisante visant à redonner aux postiers retraités, et au-delà aux futurs retraités, la reconnaissance que leur entreprise leur doit après des décennies passées à travailler à son développement, ont été entendues.

FO a agi (tracts, pétitions et plus récemment modèle de lettre des retraités au Président) auprès de La Poste afin que sa Banque Postale renonce à cette décision.

Le 30 octobre, plus de 1400 signatures à notre pétition réclamant le maintien des avantages et dénonçant cet acte de déconsidération ont été remises à la DRH du Groupe. En retour, elle nous informait que LBP devait réfléchir à un dispositif de compensation.

Fin novembre, Force Ouvrière lançait une lettre des retraités au Président afin de faire entendre à La Poste que les retraités ne se laisseront pas faire. Plusieurs centaines de lettres sont parvenues au Président.

Ainsi après plusieurs mois d’interventions contre cette décision arbitraire, La Banque Postale vient d’annoncer, lors du récent CA de La Poste, ses propositions en termes d’avantage bancaire (geste commercial) qu’elle est prête à faire pour les 171 000 postiers retraités :

  • soit une réduction de 15 % sur tous les services ;
  • soit une remise de 80 € par an.

Avant de préciser la forme de la compensation, elle souhaite questionner les syndicats sur ces propositions. Pour FO Com, c’est une première avancée. Reste à connaitre les modalités d’obtention et les conditions de ces deux choix. Nous demanderons l’octroi des deux. A défaut, celle relative aux 80 € attribués par an à chaque retraité serait des plus judicieuse et compenserait mieux ce que les retraités ont perdu.

Dans l’attente de la décision finale par rapport aux propositions, FO Com reste vigilante et entend agir afin que La Poste redonne à ses retraités toute la considération qu’ils sont en droit d’attendre.

Nouvelle Attitude : FO Com, première organisation syndicale

Nouvelle Attitude est une filiale du groupe La Poste dont l’activité est de proposer aux entreprises ou aux collectivités de nombreux services en lien avec l’économie circulaire tels la collecte et le traitement des matières, le recyclage ou le reconditionnement de vélos électriques par exemple.

Le premier tour des élections de Nouvelle Attitude place FO Com largement représentatif avec six élus titulaires sur sept dans le collège « employés » et cinq suppléants dans ce même collège. Un deuxième tour est nécessaire afin de pourvoir les deux sièges suppléants encore vacants. Dans le collège « agents de maîtrise », FO Com obtient deux sièges sur quatre (un titulaire et un suppléant).

Félicitations à toute l’équipe de Nouvelle Attitude !

Forte de ces excellents résultats qui la place à la première place avec une représentativité de 80 %, FO Com pourra continuer à être présente sur tout le territoire au plus près de tous les salariés.

Rémunération Variable Bancaire en Centres Financiers : FO a été entendue

Centres FinanciersFO Com a saisi la Direction des Relations de l’Expérience Client et de La Banque Postale afin de dénoncer les nouvelles règles en lien avec l’attribution de la RVB. Voir notre tract de novembre 2023

Pour rappel, la RVB au titre de la performance collective est attribuée intégralement au bénéficiaire absent (temps partiel, congés de type « enfant », accident de travail). Pour les autres absences et plus spécifiquement les absences pour maladie au-delà de 30 jours sur le quadrimestre, la RVB est supprimée. Cette règle, en vigueur depuis 2019, s’applique à l’ensemble des conseillers bancaires pour la Banque à Distance, la Direction Service Relation Clients et le Centre National de Mise en Relation mais également sur la ligne conseil bancaire de la Branche Grand Public et Numérique.

Quel ne fut pas notre étonnement quand, lors de l’attribution des RVB des Q2 et Q3 2023, cette notion de 30 jours « fut transformée » en 30 jours cumulés ! Nous avons immédiatement dénoncé cette manœuvre et nous avons été entendu ! Tout au moins en partie. Notamment sur la gestion des absences et du taux de présence sur la part collective en lien avec les absences pour maladie.

Désormais et grâce à notre intervention :

  • Pour les absences consécutives (et non plus en cumulé) inférieures ou égales à 30 jours, la part collective sera versée à 100%,
  • Pour les absences consécutives supérieures à 30 jours, la part collective sera proratisée (nombre de jours d’absence consécutifs/nombre de jours calendaires du quadrimestre).

De fait il n’y aura plus de mise à zéro de cette part collective pour les conseillers présents sur le quadrimestre.

Pour FO Com et dans le contexte économique actuel, nous considérions que cette règle de « mise à zéro » du compteur était une forme de discrimination et stigmatisante envers les collègues en arrêt maladie.

Si nous considérons la réponse de la Direction positive sur cet item, nous rappelons que la transformation de la DSRC a d’autres impacts et qu’il devient urgent de réaliser un Retour d’Expérience de cette transformation et d’ouvrir un chantier sur le « management de la performance ».

Les conditions d’exercice actuelles ne permettent pas aux conseillers de remplir leurs objectifs car il est associé au contexte économique difficile. Il persiste des dysfonctionnements entrainant frustration et stress au sein des équipes ainsi qu’un mécontentement grandissant de la clientèle.

Le dialogue social concernant la RVB 2024 se déroulera le 19 décembre. A cette occasion nous continuerons de défendre :

  • L’augmentation des salaires (salariés et managers),
  • L’augmentation la prime de fonction bancaire,
  • La communication des « règles » en termes de rémunération variable,
  • La neutralisation des absences dans les objectifs commerciaux,
  • L’ouverture de négociations d’un accord sur le management de la performance pour « faire mieux » plutôt que « faire plus »,
  • Des conditions de travail respectueuses.

Senior c’est à partir de 55 ans. Point.

SeniorL’IPSOS a réalisé pour l’association « A compétences Egales », une étude qui laisse apparaitre que les entreprises considèrent que l’on devient Senior à 49,6 ans. L’INSEE quant à lui, classe les salariés à partir de 55 ans dans cette case.

Mais, ô surprise ! Profitant de la renégociation de l’avenant sur le télétravail, La Poste a demandé aux organisations syndicales de reculer de 2 ans la séniorité au prétexte du recul de l’âge de départ à la retraite. Il a même été dit que les revendications sur le télétravail ne seraient acceptées qu’à la condition sine qua non d’accepter ce recul de la séniorité de 55 à 57 ans !

Doit-on en déduire que plus on recule l’âge de la retraite, plus on reste jeune plus longtemps ? Si la réponse est positive, nous devrions donc nous battre pour obtenir le recul de l’âge de la retraite à 90 ans !

Plus sérieusement, ouvrir cette porte, c’est se retrouver dans un couloir de conséquences graves pour tous les salariés, à commencer par exemple par  l’aménagement des tournées senior des facteurs.

La séniorité n’a pas de lien avec l’âge de la retraite. Pour l’un c’est une question d’état civil, pour l’autre c’est politique !

Que les choses soient claires, pour FO Com c’est non : on ne touche pas à l’âge de la séniorité !