Actualités

Actus

La Banque Postale et Réseau: FO Com revendique la prolongation des accords protecteurs !

accordsÀ plusieurs reprises, FO a demandé la prolongation des différents accords arrivant à échéance. Face au silence de La Poste, c’est par une lettre officielle adressée le 20 octobre 2020 à Maud Vimeux, DRH pour La Banque Postale et le Réseau La Poste, que FO a réitéré sa demande.

 Il s’agit de 7 accords pour lesquels nous revendiquons une reconduction intégrale jusqu’au 31 décembre 2021.

4 accords bancaires

  • Accord de méthode et mesures sociales COBA  de 2014
  • Accord social relatif au management commercial de 2015
  • Accord sur les métiers et parcours professionnels des conseillers bancaires de 2016
  • Accord social sur les conditions d’exercice des métiers bancaires de 2017

 2 accords Réseau

  • Accord Guichetier Chargé de Clientèle de 2016
  • Accord sur la création de la fonction de Chargé de Clientèle Remplaçant de 2017

L’accord sur les bureaux à priorité sociétale

Si à ce jour nous n’avons obtenu aucune réponse, les postiers peuvent compter sur notre obstination. Et pour cause, ces textes représentent un socle d’engagements forts et ainsi qu’une base solide pour garantir et faire respecter les droits de chacun.

Nous ne manquerons pas de vous diffuser la réponse de La Poste… dès sa réception !

Vous avez dit Plan de Continuité d’Activité ?

Plan de Continuité d’ActivitéDans le cadre de la pandémie et suite aux nouvelles décisions gouvernementales de la fin de la semaine dernière La Poste a décidé… de ne rien changer. La situation est normale !

Mi-octobre pourtant, prévenante, La Poste anticipait un Plan de Continuité d’Activité (PCA) local pour coller au plus près des particularités de chaque secteur mais, c’était avant le discours présidentiel et gouvernemental qui fait de l’accès au service public un incontournable.

La Poste est donc bien considérée comme un Service public !

Pour autant, la santé des agents n’est pas à négliger et si la situation est différente de celle du 1er confinement avec des moyens de protection disponibles et des organisations logiquement mieux adaptées, il n’est pas question de privilégier le développement commercial en délaissant les préconisations d’hier. Ainsi, même si un rendez-vous avec un conseiller financier n’apparaît pas dans la liste des sorties dérogatoires, La Poste considère qu’il fait partie des services indispensables. La réalisation d’opérations financières et d’assurances est d’ailleurs possible dans le décret du 29 octobre 2020.

Si nous avons été entendus partiellement sur l’élargissement du télétravail, il nous faut dénoncer la restriction de la mesure au détriment des commerciaux. Certains ne seraient pas assez matures tout comme quelques managers. Seuls les vendeurs équipés d’ordinateurs portables pourront télé travailler 2 jours par semaine (RCPART, CSP, RCPRO). Cette possibilité pourrait être étendue aux conseillers ayant un temps de trajet très important ou en situation de vulnérabilité.

Notre demande récurrente concernant la possibilité de travailler dans un bureau de poste proche du domicile semble entendue et en cours de déploiement.

Trop de tâtonnements, peu d’avancées et des réponses pas toujours claires en ce début de confinement, mais un objectif demeure majeur : le développement commercial.

FO Com veillera à remettre les priorités dans le bon ordre : préservation de la santé d’abord et commercial ensuite !

Indemnisation des postiers éloignés du service en raison du Covid-19: FO tient tête!

IndemnisationDans une précédente brève en date du 29 octobre, Force Ouvrière entendait ne rien lâcher en revenant systématiquement sur les points de divergence avec La Poste concernant l’indemnisation partielle des postiers.

Cette fois, devant notre détermination, La Poste a accepté de couvrir dans l’accord présenté ce 2 novembre 2020 (application du 1er au 30 novembre), les parents contraints de garder leurs enfants de moins de 16 ans en raison de la fermeture de leur établissement/classe, les parents  dont les enfants de moins de  16 ans sont cas contact et les parents d’enfants en situation de handicap quel que soit leur âge, dont la structure d’accueil ferme.

Par contre, en l’état actuel des discussions, l’aidant ainsi que le postier qui partage son domicile avec une personne fragile ne sont pas concernés par l’accord. Il en est de même des personnes dont le handicap n’entraine pas une fragilité au vu des critères énoncés.

Ce n’est pas acceptable pour FO, au regard des accords signés sur les aidants et sur le handicap. De même, il n’est absolument pas possible d’après la DRH du Groupe La Poste, de les mettre en ASA éviction  comme demandé par FO, et comme ce fut le cas à Mayotte et en Guyane lorsque ces départements étaient en situation d’urgence sanitaire.

Dans ces conditions, FO n’hésitera pas à faire remonter au siège de La Poste les dossiers des collègues aidants et en situation de handicap qui seraient en grande difficulté.

La Poste a précisé que le postier cas contact d’une personne de son foyer (conjoint par exemple) sera en congé maladie.

Pas de réponse à notre demande de rétroactivité à compter du 26 octobre pour la situation des personnes à nouveau considérées comme vulnérables suite à l’annulation du décret par le Conseil d’Etat.

FO a demandé une validité de l’accord  jusqu’au 31 décembre 2020 sans être entendue, la DRH du Groupe préfère revoir la situation avec une CDSP le 26 novembre.

Si FO a obtenu des avancées, l’esprit d’ouverture de La Poste a néanmoins manqué, aussi nous  continuerons d’être à vos côtés et de revendiquer. N’hésitez pas à nous faire remonter les dossiers des collègues en difficulté.

Chômage partiel à La Poste… FO agit à vos côtés !

personnesfragilesCe jeudi 29 octobre, une réunion plénière a été organisée par le Groupe La Poste pour la reconduction de l’accord social d’activité partielle liée au COVID-19. Le précédent accord se termine le 31 octobre.

Les annonces du gouvernement d’hier soir n’ont pas permis à La Poste d’anticiper et d’envisager toutes les mesures sanitaires à prendre.

FO a fait remonter ses revendications, à savoir :

  • La prise en considération de l’ensemble des personnes vulnérables comme celles définies d’après la décision du Conseil d’Etat du 15 octobre. Cette dernière suspendait les dispositions de la liste restrictive du décret du 29 août, en limitant les critères de vulnérabilité. La Poste nous a rétorqué qu’une communication du siège a été diffusée par une note de service applicable à compter du 26 octobre.
  • Le chômage partiel pour les aidants, pour le personnel en situation de handicap, pour les parents d’enfants handicapés sans notion d’âge, pour les parents d’enfants de moins de 16 ans dès lors que les structures sont fermées, pour les parents dont les enfants sont cas contact d’une personne infectée, pour le postier qui partage son domicile avec un proche vulnérable.
  • Que cet accord couvre la période allant jusqu’au 31 décembre au vu de l’incertitude concernant l’évolution de la pandémie.
  • De l’emploi pérenne et des embauches pour faire face à la peak période plus chargée que les autres années. La Poste a largement communiqué dans les médias sur ce surplus d’activité à venir.

Nous avons insisté sur la situation de la plupart des entités du Groupe en matière de manque de personnel. De même, nous avons alerté sur l’augmentation des dossiers chômage impliquant un mal-être au travail pour nos collègues du CSRH de Nancy. Ils se retrouvent en grande difficulté face à l’énorme précarité des chômeurs générée par le retard pris sur le traitement des dossiers du fait du manque d’effectifs. La DRH du Groupe La Poste a bien pris en compte notre demande.

Nous avons rappelé les consignes gouvernementales favorisant le télétravail et le travail à distance pour préserver la santé des postiers.

Le Groupe fait une communication managers dès aujourd’hui. A la suite de la conférence de presse du 1er ministre ce soir, une nouvelle réunion aura lieu au plus tard lundi avec les organisations syndicales.

FO Com est vigilante sur cet accord et vous tiendra informés