Actus

Visite de pré-reprise et visite de reprise

La visite de pré-reprise, bien que non obligatoire reste, pour FO, un point à ne pas négliger. Elle peut être demandée par le postier ou par le médecin traitant afin de préparer un retour dans les meilleures conditions possibles. Le médecin du travail peut ainsi recommander des aménagements de poste ou des préconisations de reclassement.

La visite de reprise est, quant à elle, obligatoire. Cet examen, effectué par le médecin du travail, doit se faire soit le jour de la reprise effective soit dans un délai de 8 jours suivants le retour du postier. C’est à l’employeur de solliciter les services de prévention et de santé au travail. Cette visite a lieu après un congé maternité, après une absence pour cause de maladie professionnelle, à la suite d’une absence d’au moins 30 jours pour cause d’accident du travail ou d’une absence d’au moins 60 jours pour cause de maladie ou d’accident non professionnels. Son objectif est d’analyser la situation de l’état de santé et d’apporter des solutions quant au retour au poste de travail.

FO Com rappelle sans cesse à La Poste son obligation concernant les visites de reprise qui passent cependant régulièrement à la trappe. Le Code du travail (art R4624-31) est pourtant très clair sur ce point !

Si vous rencontrez des difficultés pour faire valoir ce droit fondamental qui concerne votre santé et la reprise du travail dans de bonnes conditions, rapprochez-vous de votre correspondant FO Com local.

Besoin d’aide ? Au quotidien ou pour de petits travaux ?

CESULe CESU préfinancé par le Conseil d’Orientation et de Gestion des Activités Sociales de La Poste ( COGAS) vous permet de réduire significativement le prix des prestations ! C’est un titre de paiement nominatif qui permet de régler des services à la personne à domicile ou hors domicile (garde d’enfants). Les activités payables par CESU auprès des organismes agréés ou dans le cadre d’un emploi direct sont les suivantes :

  • Services à la famille : garde d’enfants, crèche, halte-garderie, jardin d’enfants, assistante maternelle, garderie périscolaire, soutien scolaire et cours à domicile…
  • Services de la vie quotidienne : entretien de la maison, travaux ménagers, petits travaux de jardinage et de bricolage, assistance informatique et Internet à domicile…
  • CESU « Handicap» : Assistance aux personnes âgées handicapées ou dépendantes, aide à la mobilité et transport des personnes en difficulté de déplacement…

Notez bien : Le COGAS a fait le choix de revaloriser l’aide financière depuis le 1er janvier 2022, rendant le CESU toujours plus intéressant.

Tranches QF T1 T2 T3 T4 T5 T6 T7 T8 T9 T10
Participation du COGAS depuis le 01/01/2022 pour un chèque de 15 € 13€ 12€ 11€ 10€ 9€ 8€ 7€ 6,5€ 6€ 5€

Pour tout savoir sur le CESU rendez-vous sur Portail Malin : Info CESU

Pour FO Com, cette revalorisation intervient dans un contexte économique de plus en plus difficile pour les postières et les postiers. Un seul mot d’ordre doit dicter nos actions futures : améliorer le quotidien de toutes et tous !

Bon à savoir concernant la période d’échange des CESU « 2022 » périmés

Pour ne pas perdre les CESU 2022 que vous n’auriez pu utiliser avant le 31 janvier 2023, vous pourrez les échanger. La période d’échange des CESU millésime 2022 arrivés à expiration sera ouverte du 1er au 28 février 2023. L’échange, moyennant des frais, se fera via le service en ligne Domi-échange de Domiserve. En quelques clics, la demande sera validée. Vous pourrez bénéficier, soit d’un envoi des CESU papier par courrier, soit d’une prolongation des CESU dématérialisée disponible sur votre compte CESU Domiserve.

Pour effectuer votre demande :

  • Connectez-vous à l’adresse https://www.domiserve.com/echange
  • Indiquez que vous bénéficiez de CESU papiers ou de CESU dématérialisés sur votre Compte CESU Domiserve,
  • Si vous bénéficiez d’un compte CESU, vous serez redirigé vers votre « Espace Bénéficiaire » pour authentification,
  • Déclarez vos numéros de chèques ou sélectionnez le numéro du compte concerné,
  • Choisissez le type de CESU que vous souhaitez recevoir : CESU papiers ou CESU dématérialisés,
  • Réglez vos frais d’échange par carte bancaire (15 € pour alimenter un compte CESU, 18 € pour recevoir des CESU papiers).

Le troublant prisme du service public…

service public…Vu par nos dirigeants

En bonne place dans son rapport d’activité, La Poste met en avant le « service public ». Vous savez, celui qui est sur toutes les langues mais qu’on voit de moins en moins.

Elle le décompose en 4 points :

  • Le service universel postal… Depuis le XVIème siècle ! Mais qui supprime le timbre rouge ?
  • Le transport et la distribution de la presse… Mais qui ne reçoit qu’une compensation symbolique de la part de l’Etat ?
  • L’aménagement du territoire… Mais combien de bureaux de poste ont été supprimés et combien vont l’être ?
  • L’accessibilité bancaire… Mais qui perd 100 000 clients par an sans réaction ?

FO Com s’inquiète que cet « itinéraire d’intérêt général » au service des Français depuis son origine ne devienne qu’une « autoroute d’intérêt ciblé » au service d’une finance de plus en plus gourmande.

Le 19 janvier, avec FO Com, dites NON!

19 janvierLe couperet est tombé ! Le 10 janvier, le gouvernement a officiellement annoncé de porter l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans et d’allonger la durée de cotisation à 43 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein. L’argument avancé pour justifier une telle décision est toujours le même : notre système de retraite serait en danger et il faudrait éviter « la faillite » des régimes.  Or, celui-ci a été excédentaire en 2021 et 2022 et l’estimation des déficits futurs reste limitée. Si danger il y avait, les causes seraient à rechercher non pas dans le dérapage de dépenses, mais dans un manque de ressources. Il suffirait donc d’augmenter les salaires qui mécaniquement augmenteraient les cotisations.

De plus, rappelons qu’un salarié sur deux de plus de 55 ans n’est plus en emploi ! Il est donc plus judicieux de chercher des pistes du côté de l’emploi des seniors …

Reculer l’âge de départ est la mesure la plus injuste : cela va frapper tout particulièrement celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt, les plus précaires, dont l’espérance de vie est inférieure au reste de la population, et celles et ceux dont la pénibilité des métiers n’est pas reconnue. Elle va aggraver la précarité de celles et ceux qui ne sont déjà plus en emploi avant leur retraite, et accentuer les inégalités femmes-hommes.

Avec toutes les autres organisations syndicales, nous serons donc   dans la rue à partir du 19 janvier prochain et nous appelons toutes les postières et postiers à nous rejoindre pour faire reculer le gouvernement.

Cette réforme est injuste et inefficace. Pour FO Com, c’est NON !