Actualités

Actus

Ce qu’induit la rupture technologique des nouveaux moyens de paiement…

Le Comité Technique National concernant la nouvelle mutualisation d’activités des périmètres des centres financiers et centres financiers nationaux sur la filière Moyens de Paiements s’est tenu fin avril.

Cette nouvelle organisation est en lien direct avec Excello Production que FO Condamne. En effet, le projet Excello induit la fermeture des directions production en centres financiers. Elle intervient également dans une période de rupture technologique liée aux nouveaux moyens de paiement. Les trois filières Moyens de Paiement (Lille, Paris et Limoges) seront ainsi rattachées à la DOP (Direction Opérationnelle des Paiements) sur le NOD du CDP (Centre de Paiements) de Limoges. Les 260 agents des Filières Moyens de Paiement de Lille et de Paris changent ainsi de rattachement hiérarchique à compter du 1er mai 2018.

Heureusement, il existe des garanties grâce à l’accord AMB3 (Avenir des Métiers Bancaires) que FO a signé et défend au quotidien sur tous les centres : maintien des sites et pas de mobilité géographique forcée pour les agents. Il n’empêche que les agents s’interrogent beaucoup sur la pérennité de leurs emplois, impactés par les évolutions réglementaires. L’après 2018 est source d’inquiétude pour les personnels de la filière moyens de paiement.

Aux côtés des postiers, FO demande à l’entreprise de prendre en compte le professionnalisme des agents de la filière Moyens de Paiement, professionnellement et financièrement. FO demande à La Poste d’être à l’écoute des évolutions de carrière des agents et de proposer de réelles perspectives en II.3. Le grade de base doit être le II.3 et permettre ainsi aux agents d’accéder au III.1! FO exige aussi le grade III.3 pour tous les managers de proximité!

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Les postiers ne sont pas responsables des incivilités !

Une commission « bien-être  dans son travail » s’est tenue ce 11 avril 2018, dans le cadre de la CNSST (Commission Nationale Santé et Sécurité au Travail). Afin de prévenir des incivilités et agressions, une communication auprès des usagers de La Poste sera effectuée. Il s’avère qu’elles sont en constante augmentation : 17400 incivilités déclarées en 2017 contre 15900 en 2016, soit 9% de plus. Il est indispensable que les incivilités soient toutes déclarées auprès de l’entreprise, mais pour cela, il faut que les postiers aient le temps de le faire.

Différents cas génèrent des incivilités dans les différents métiers de La Poste. Cela peut-être lié à une panne, un manque d’informations concernant la fermeture ou les travaux d’un bureau, le mécontentement d’un client dans le service rendu par La Poste, une attente trop longue au téléphone…

Pour FO, il est important de régler surtout les causes racines des incivilités liées aux organisations de travail. Pour cela, le rôle des CHSCT est prépondérant. FO Com demande à l’entreprise de nous communiquer tous les indicateurs afin de faire ressortir les véritables causes des incivilités. Les agents ne sont pas seuls responsables des situations malheureuses rencontrées à La Poste.

Pour entre autres faciliter les relations avec les clients, FO revendique plus de postier(e)s et moins d’automates!

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

FO négocie et signe un accord protecteur pour les personnels des DAST

Dès son annonce, FO avait condamné le projet « DAST 2020 » qui sous couvert de mutualisation des services support du Réseau, constitue bel et bien une nouvelle vague de productivité. La brutalité de cette annonce avait alors généré une vague d’inquiétude bien légitime au sein des équipes impactées.

Pour FO, il était essentiel de répondre à la demande du personnel d’obtenir des garanties et des mesures protectrices. C’est désormais chose faite puisque les représentants FO ont obtenu et signé le jeudi 3 mai 2018 un accord sur les « mesures d’accompagnement et les garanties en faveur des collaborateurs en DAST« . Plus protecteur que l’accord « Servir Le Développement » que FO n’avait pas voulu signer, cet accord apporte l’essentiel des garanties demandées par tous. A titre d’exemple, pendant la durée de l’accord il n’y aura aucune fermeture des sites (DAST et ADAST), aucune mobilité géographique  imposée, aucune mobilité vers l’opérationnel imposée.

De même, 200 promotions seront mises en œuvre (soit presque 15 % de l’effectif cible), l’accès au TPAS sera accordé dès 57 ans et un ensemble de mesures financières sera éployé pour faciliter la transition voulue par La Poste.

Les représentants FO sont déterminés à faire respecter tous les engagements de cet accord  dans les commissions de suivi nationales dont la première se réunira en septembre prochain.

[ lire le tract ]

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Mutualisation de la filière juridique

Dans le cadre de l’accord Servir le développement, accord non signé par FO Com, une CDSP nationale s’est tenue le mardi 24 avril 2018 sur le déploiement de la filière juridique. Cette nouvelle organisation arrive deux ans après la précédente. Les agents n’ont pas encore eu le temps de s’adapter à leur organisation, que leurs fonctionnements et rattachements vont de nouveau être modifiés.

La filière comporte actuellement 163 postes de travail répartis sur tout le territoire (59% en DAST et 41% au Siège). Le projet est de mutualiser les équipes afin de combler le manque de postes sur certains territoires. Les juristes garderont leur spécificité soit en droit social (« Droit RH »), soit en droit des affaires, tout en développant leur polyvalence.

Il est prévu un redimensionnement de la filière en 2020 à 155 postes de travail. Les juristes ne désirant pas suivre les évolutions de leur filière pourront postuler en interne ou en externe au Groupe. Pour pallier aux différents départs, naturels ou non, La Poste désire recruter dans son vivier de jeunes juristes, voir des juristes d’autres grandes entreprises, venant enrichir la filière avec leur expertise. Le grade d’entrée sera le 3-3 avec une évolution vers le Groupe A et le Groupe B avec missions managériales.

Le télétravail étant très répandu dans cette filière, les agents ont souvent des bonnes conditions (temps en moins de transports, calme au travail, équilibre vie professionnelle et vie personnelle…) de travail, reste que le management est réglé à distance. FO Com demande des formations appropriées pour le management à distance, ainsi que la protection des agents trop souvent isolés dans le cadre du télétravail.

Cette mutualisation regroupant le Réseau et le Courrier, FO Com exige que la Poste prenne en compte l’expertise de chaque juriste dans son domaine propre d’activité. Les spécificités de chaque métier demandent un vrai temps de formation.

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page